Press "Enter" to skip to content

Monde. L’UE enregistre une hausse de plus de 50 % des demandes d’asile en dehors de l’Ukraine

ACTUALITÉ > Monde

L’Union européenne a enregistré une augmentation de 54 % des demandes d’asile en dehors de l’Ukraine cette année et s’attend à ce que ce nombre augmente l’année prochaine.

Près de 790 000 demandes d’asile ont été déposées en Union européenne (UE) au cours des dix premiers mois de 2022, soit une augmentation de 54% par rapport à la même période de l’année précédente, a déclaré Nina Gregori, directrice de l’Agence européenne pour l’asile (EUAA), aux journalistes du groupe allemand Funke Media le 19 décembre.

« Les développements géopolitiques de cette année et de l’année dernière ont eu un impact direct sur le besoin de protection internationale et ont conduit à une augmentation des déplacements vers les pays de l’UE », a déclaré Nina Gregori.

Ce nombre ne comprend pas les nombreux réfugiés ukrainiens, l’Ukraine étant en passe de devenir un membre à part entière de l’Union. Les réfugiés n’ont pas besoin de demander l’asile en vertu d’une règle spéciale de « protection temporaire » de l’UE.

« L’instabilité et les menaces pour la sécurité humaine sont une caractéristique du monde dans lequel nous vivons. Malheureusement, elles ne sont pas temporaires », a souligné Nina Grigory.

La part la plus importante revient à l’Allemagne

Si la tendance à l’augmentation des demandes d’asile se poursuit, ce que prévoient les analystes, le nombre de réfugiés dépassera 973 000 l’année prochaine. Toutefois, le nombre de réfugiés reste inférieur à ceux de 2015 et 2016, lorsque l’UE accueillait en moyenne 1,3 million de demandeurs d’asile par an.

Quel que soit le scénario, c’est l’Allemagne qui prendra la plus grande part de l’afflux de demandeurs d’asile, comme elle le fait chaque année depuis 2012. Le pays, considéré comme la puissance centrale en Europe, accueille plus d’un cinquième de tous les demandeurs d’asile de l’UE, la France arrivant en deuxième position et la Hongrie en dernière position.

Les Syriens ont constitué le plus grand groupe d’immigrants dans l’UE, suivis des personnes déplacées originaires d’Afghanistan et de Turquie. L’Allemagne a accueilli près de 190 000 migrants de janvier à novembre de cette année, selon les données de l’Office fédéral de l’immigration (BAMF). Le BAMF prévoit que ce nombre passera à un peu moins de 230 000 l’année suivante, soit une augmentation de 43,2 %.

Réfugiés ukrainiens

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie il y a près d’un an, 4,7 millions de réfugiés ukrainiens ont pris un chemin vers d’autres régions d’Europe sous protection temporaire, dont près d’un million se sont installés en Allemagne, a déclaré Nina Gregori à Funke Média, ajoutant que les agences d’immigration européennes avaient été « soumises à une pression considérable ».

Elle a toutefois affirmé que la mise en œuvre de la directive sur la protection temporaire avait permis d’éviter un effondrement des systèmes d’asile nationaux dans l’UE.

Une approche européenne

Nina Gregori s’est félicitée que l’EUAA ait été dotée de plus de poids avec sa fondation plus tôt cette année que son prédécesseur, l’EASO, pour faire face à l’afflux d’exilés au niveau européen.

« Il est important de progresser sur ces questions », a-t-elle expliqué, faisant référence à l’engagement pris par les partenaires de l’UE de mettre en place un cadre législatif d’ici les élections européennes de 2024, après des années de discussions infructueuses sur la question.

Revenant sur l’évolution de l’EUAA en termes de développement, de taille et de portée, Nina Gregori a indiqué que les activités de l’organisation ont littéralement « explosé ».

Elle a récemment déclaré que pour la fin d’année, l’EUAA a signé des plans opérationnels avec 14 États membres. En 2019 il n’y avait que 3 pays.

« D’ici la fin de l’année, nos services de soutien opérationnel et de formation auront permis à des millions d’Ukrainiens de bénéficier d’une protection, où qu’ils soient enregistrés en Europe », a indiqué Nina Grigori. « Alors, bien sûr, cela s’ajoute au soutien continu des États membres dans leur travail d’asile et d’accueil. »

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : 2022: EU Sees Over 50 Percent Rise in Asylum Applications Excluding Ukraine

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.