Press "Enter" to skip to content

Monde. Les chauves-souris : responsables de la crise du Covid-19 ?

ACTUALITÉ > Monde

Les chauves-souris peuvent être porteuses de maladies telles que les coronavirus et la rage, mais ces maladies ne constituent pas un danger pour l’homme, à moins que l’homme n’entre en contact avec le sang ou la salive des chauves-souris. (Image : mohamed Hassan / Pixabay)
 

En Chine, les chauves-souris fer à cheval sont un réservoir naturel de coronavirus semblables au SRAS. Certains experts de la santé pensent que les marchés d’animaux sauvages, en particulier à Wuhan, en Chine, ont entraîné la propagation du nouveau coronavirus dans les populations humaines.

Bien qu’elle ne soit pas confirmée, l’hypothèse a conféré aux chauves-souris du monde entier une mauvaise image, et les craintes du public quant à l’exposition aux chauves-souris sont de plus en plus fortes.

Les chauves-souris représentent-elles un danger pour les humains ?

En principe, non, les chauves-souris ne mettent pas les gens en danger. Les chauves-souris peuvent être porteuses de maladies telles que les coronavirus et la rage, mais ces maladies ne constituent pas un danger pour l’homme, à moins que l’homme n’entre en contact avec le sang ou la salive des chauves-souris, un cas rare aux États-Unis. La rage peut être contractée par presque toutes les espèces de mammifères, mais elle est couramment signalée chez les chauves-souris, les ratons laveurs, les mouffettes et les renards. Comme les chauves-souris sont capables de résister et de survivre à l’infection par de nombreux virus, la recherche sur la façon dont leur système immunitaire réagit à ces infections suscite beaucoup d’intérêts.

 

Tara Hohoff, biologiste de la faune sauvage de l’Illinois Natural History Survey, a capturé une chauve-souris au filet japonais pour recueillir des données sur les populations de chauves-souris dans le centre de l’Illinois. (Image : Steve Taylor)
Tara Hohoff, biologiste de la faune sauvage de l’Illinois Natural History Survey, a capturé une chauve-souris au filet japonais pour recueillir des données sur les populations de chauves-souris dans le centre de l’Illinois. (Image : Steve Taylor)
 

La plupart des chauves-souris essaient de rester le plus loin possible des humains, mais cela devient de plus en plus difficile à mesure que nous continuons à les priver de leur habitat. De nombreuses espèces de chauves-souris du Midwest préfèrent se percher dans l’écorce hirsute des arbres morts, mais comme il y a moins d’arbres disponibles, les chauves-souris trouvent parfois leur seul abri dans les greniers, les hangars et les garages de la population. Elles se trouvent, donc, à proximité des humains, où des interactions indésirables peuvent se produire.

Quelle est la relation entre les marchés d’animaux sauvages et l’émergence de maladies comme le nouveau coronavirus ?

Les marchés d’animaux sauvages ont, généralement, de nombreux types d’animaux qui ont été capturés dans la nature et qui sont gardés très près les uns des autres. Il s’agit d’animaux qui n’entreraient pas naturellement en contact les uns avec les autres. Parfois, les animaux vivants et morts sont empilés les uns sur les autres, ce qui rend le transfert de sang ou de salive courant. Les personnes qui travaillent dans ces marchés ou qui achètent des animaux pour le commerce d’animaux exotiques ou à des fins culinaires courent un risque élevé d’exposition à une multitude de maladies.

Qu’est-ce qu’un « effet de débordement » ? Quels sont les facteurs qui influent sur cette éventualité ?

Une contagion se produit lorsqu’un agent pathogène est transféré de son espèce hôte à une nouvelle espèce, généralement par un contact non naturel comme cela peut se produire dans un marché d’animaux sauvages. L’espèce hôte historique peut avoir développé une certaine immunité à l’agent pathogène, tandis que l’espèce nouvellement affectée n’aura probablement aucune résistance naturelle, ce qui la rendra susceptible de se propager.

 

Tara Hohoff surveille les chauves-souris en hibernation dans le sud de l’Illinois durant l’hiver. (Image : Jocelyn Karsk). (Image : Jocelyn Karsk)
Tara Hohoff surveille les chauves-souris en hibernation dans le sud de l’Illinois durant l’hiver. (Image : Jocelyn Karsk)
 

Parmi les facteurs qui influencent le potentiel de propagation dans un marché d’animaux sauvages, on peut citer le niveau d’infection, les conditions sanitaires, les méthodes de préparation des aliments et la compatibilité de l’agent pathogène avec les espèces nouvellement exposées. Un autre facteur intéressant qui influence la possibilité qu’une exposition se transforme en épidémie est le degré de mortalité de l’agent pathogène. Les maladies qui tuent rapidement leurs hôtes ont réduit les possibilités d’infecter de nouveaux individus, tandis que les maladies moins mortelles peuvent se propager à un plus grand nombre d’individus.

Y a-t-il une solution à ce problème ?

Il est important de rappeler que les chauves-souris ne choisissent pas d’interagir avec les humains. Nous nous mettons en danger lorsque nous prenons des animaux dans la nature et les mettons en contact avec les humains, comme cela se produit, par exemple, dans la série documentaire Tiger King de Netflix. Nous nous mettons également en danger lorsque nous ne réfléchissons pas attentivement à la manière dont nous nous approvisionnons en produits d’origine animale, lorsque nous détruisons des habitats, lorsque nous vivons à proximité d’animaux sauvages et lorsque nous nourrissons et habituons les animaux sauvages aux humains. Nous devons respecter les animaux sauvages pour ce qu’ils devraient être, c’est-à-dire comme étant sauvages.

Comment la recherche et la conservation des chauves-souris aident-elles la santé humaine et la société ?

Les chauves-souris constituent un groupe incroyable d’organismes pour la recherche, car elles sont très diverses. L’évolution de leur vol, leur écholocation (chez de nombreuses espèces) et leurs adaptations pour être nocturnes sont autant de domaines fascinants pour la recherche. De nombreuses espèces de chauves-souris ont une durée de vie très longue compte tenu de leur taille, c’est pourquoi les scientifiques s’intéressent à l’étude de leur vieillissement. Comme mentionné précédemment, des espèces telles que les chauves-souris en fer à cheval ont un système immunitaire unique qui leur permet de survivre aux maladies infectieuses qui sont préjudiciables aux autres espèces. Nous avons beaucoup à apprendre sur la façon dont cela est possible.

 

Tara Hohoff suit à la radio une chauve-souris pour localiser les perchoirs essentiels à la conservation. (Image : Tara Hohoff)
Tara Hohoff suit à la radio une chauve-souris pour localiser les perchoirs essentiels à la conservation. (Image : Tara Hohoff)
 

De plus, de nombreuses espèces de chauves-souris fournissent des services écosystémiques vitaux qui sont utiles à la santé humaine et à l’économie, comme la consommation d’insectes, la pollinisation des plantes en se nourrissant de nectar et la dispersion des graines de fruits. Par exemple, des chercheurs de l’Université du Sud de l’Illinois ont estimé que les espèces de chauves-souris insectivores fournissent environ 1 milliard de dollars au niveau mondial pour la suppression des insectes qui endommagent les cultures de maïs. Ici, dans l’Illinois, la suppression des parasites agricoles est incroyablement importante, mais nous en profitons également lorsque les chauves-souris locales consomment des parasites de basse-cour comme les moustiques.

Fourni par : Diana Yates de l’Universite l’llinois à Urbana-Champaign. (Note : le contenu et la longueur des documents peuvent être modifiés).

Traduit par Camille Lane

Version en anglais : Are Bats to Blame for the COVID-19 Crisis?