Press "Enter" to skip to content

Monde. Israël : selon le Dr Kobi Haviv, directeur médical de l’hôpital Herzog à Jérusalem, la plupart des patients atteints de Covid-19 sont entièrement vaccinés

ACTUALITÉ > Monde

Le 5 août, le Dr Kobi Haviv, directeur médical de l’hôpital Herzog à Jérusalem, a déclaré lors d’une interview sur la chaîne 13 TV News, que 95 % des patients hospitalisés pour une forme sévère de Covid-19 sont vaccinés. Il a aussi indiqué que 85 à 90 % des patients sont entièrement vaccinés et que l’hôpital « ouvre de plus en plus de salles Covid. »

L’afflux de patients vaccinés l’a amené à conclure que « l’efficacité du vaccin s’affaiblit/se dissipe. » Le site Internet de l’hôpital indique que le centre est « le premier centre israélien de soins, de traitement et de recherche en gériatrie, en pneumologie, en santé mentale et en psycho traumatologie ». Avec 330 lits, l’hôpital Herzog est le troisième plus grand hôpital de Jérusalem.

Sur les 72 patients hospitalisés pour Covid-19, 25 étaient dans un état « critique », 38 dans un état « modéré » et 9 dans un état « léger ». Deux décès ont été signalés au moment de l’interview.

Selon les données du ministre israélien de la Santé publiées le 22 juillet, l’efficacité du vaccin Pfizer-BioNTech pour la prévention de Covid-19 est passée de 90 % à seulement 39 %, ce qui coïncide avec la propagation de la variante Delta dans le pays.

Selon Xinhua.net, « l’efficacité du vaccin dans la prévention des maladies graves à coronavirus en Israël est actuellement estimée à 91,4 %, et dans la prévention des hospitalisations pour Covid-19, à 88 % ». Cependant, les critiques ont demandé pourquoi le public devrait prendre un risque avec des vaccins expérimentaux si un traitement précoce avec des médicaments bon marché et efficaces tels que l’ivermectine réduit considérablement le risque de maladie grave et de décès dû au Covid-19.

En Israël, depuis le début de la campagne de vaccination le 20 décembre 2020, 5,8 millions de résidents, soit environ deux tiers de la population, ont reçu une première dose. Près de 5,4 millions ont reçu la deuxième dose, et 420 000 ont reçu une troisième dose de rappel. Au 7 août, les données du ministère de la santé indiquaient que le pays comptait 31 736 patients actifs, dont 545 hospitalisés, 324 gravement malades et 71 dans un état critique.

Des vaccins obligatoires « démoniaque »

La multiplication des vaccins obligatoires dans le monde a conduit les citoyens à protester dans la rue et les médecins à s’exprimer. Sœur Dirde Byrne, Docteur retraitée de l’armée américaine et diplômée de la faculté de médecine de l’université de Georgetown, a fait part de ses réflexions dans une interview publiée sur LifeSiteNews le 5 août.

Elle a déclaré : « Cette bataille n’est pas entre la droite et la gauche, elle n’est pas entre les conservateurs et les libéraux ou les républicains et les démocrates ». Il s’agit plutôt d’une bataille entre « Notre Seigneur et le diable », et chaque personne doit choisir son camp.

La Dr Dirde Byrne est devenue sœur des Petites ouvrières des Sacrés-Cœurs à Washington, D.C., après avoir terminé sa formation médicale et servi dans le corps médical de l’armée américaine. Elle est certifiée en médecine familiale et en chirurgie générale, et membre de l’American College of Surgeons. Elle est actuellement directrice médicale de la clinique de physiothérapie et d’ophtalmologie des Little Workers et est chirurgien bénévole à la clinique médicale de Catholic Charities à Washington.

En tant qu’ancienne combattante ayant servi en Corée et en Égypte, et en tant que chirurgienne missionnaire ayant voyagé à Haïti, au Soudan, au Kenya et en Irak, elle a déclaré au média que « des mesures préventives de " bon sens " et des médicaments thérapeutiques peuvent réduire fortement les hospitalisations et les décès des patients atteints de Covid-19. »

Elle a ajouté : « Si nous les traitons à un stade précoce - le plus tôt est le mieux - avec de l’ivermectine et de l’hydroxychloroquine, 80 % des personnes n’auront pas à aller à l’hôpital. » L’utilisation de traitements bon marché, précoces et efficaces rend en grande partie inutile la vaccination, étant donné que l’hospitalisation peut être évitée dans la majorité des cas sans exposition aux vaccins expérimentaux Covid-19 dont les effets à long terme sont inconnus.

Nous avons une thérapie, et elle a fait ses preuves

En ce qui concerne la vaccination obligatoire, la Dr Dirde Byrne a déclaré : « Tout cela est une honte, parce qu’il s’agit d’un mandat de vaccination d’urgence, ils essaient de l’imposer à tout le monde. » Puisque la vaccination d’urgence n’est nécessaire qu’en l’absence de thérapie efficace, les entreprises pharmaceutiques et les parties prenantes sont incitées à censurer les informations sur les traitements.

« Nous avons une thérapie, et elle a fait ses preuves, et les pouvoirs en place, les dirigeants gouvernementaux ici dans les États, ignorent ces données. » Elle affirme qu’une pratique courante depuis le début de la pandémie consiste à renvoyer les patients chez eux avec un test Covid-19 positif jusqu’à ce qu’ils soient suffisamment malades pour nécessiter une hospitalisation, sans jamais leur proposer de médicaments sûrs et efficaces.

Exiger des vaccins contre la Covid-19 est devenu un moyen d’exercer un « contrôle total » sur les gens. « Ils veulent imposer un composé expérimental dont nous ne connaissons pas vraiment les effets à long terme. Puis ils veulent, en plus de cela, s’assurer que tout le monde a un passeport (vaccinal). Il s’agit donc du contrôle total d’une population. Et c’est le communisme. Nous nous dirigeons dans cette direction », a-t-elle déclaré.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais :  Most COVID-19 Patients at Israel Hospital Fully Vaccinated, Doctor Calls Mandates ’Diabolic