Press "Enter" to skip to content

Monde. États-Unis : la majorité des médecins déclare ne pas vouloir se faire vacciner

ACTUALITÉ > Monde

Une enquête menée par l’Association of American Physicians and Surgeons (AAPS) a révélé que 58 % des médecins américains ont déclaré ne pas vouloir se faire vacciner contre la Covid-19. Cette enquête fait suite à une étude menée par l’American Medical Association (AMA), selon laquelle près de 96 % des médecins seraient entièrement vaccinés contre le coronavirus.

L’enquête de l’AMA indique également qu’environ 45 % des médecins non vaccinés prévoient de se faire vacciner, utilisant cet argument pour mettre en avant la nécessité de se faire vacciner contre la Covid-19. Trois cents médecins ont participé au sondage.

« Les médecins praticiens de tout le pays montrent l’exemple en adoptant de manière étonnante les vaccins contre la Covid-19… Les médecins et les cliniciens sont particulièrement bien placés pour écouter et valider les préoccupations des patients, et l’une des anecdotes les plus puissantes qu’un médecin puisse offrir est qu’il a lui-même été vacciné. Vous pouvez le croire de votre médecin : les vaccins Covid-19 sont sûrs et efficaces », a déclaré Susan R. Bailey, présidente de l’AMA, dans un communiqué.

Cependant, l’enquête de l’AAPS remet en question les résultats de l’étude de l’AMA, révélant qu’une majorité de médecins ont déclaré ne pas vouloir se faire vacciner contre la Covid-19.

Le sondage auquel ont participé 700 médecins souligne le fait que le soutien des médecins aux campagnes d’inoculation de masse n’est pas aussi unanime que certains l’affirment. Quatre-vingt pour cent des médecins non vaccinés ont déclaré que le risque lié aux vaccins est supérieur au risque de la maladie. Trente pour cent ont admis qu’ils avaient déjà contracté l’infection.

Les autres raisons invoquées par les médecins concernent les effets à long terme inconnus des vaccins, la nature expérimentale des essais cliniques des vaccins, les rapports de décès après inoculation, la formation de caillots sanguins chez les personnes vaccinées, l’utilisation de tissus de fœtus avortés dans les vaccins et la mise en oeuvre d’un traitement précoce efficace.

« Il est faux de dire qu’une personne qui refuse un vaccin est " anti-vaccination "… Pratiquement aucun médecin n’est   "anti-antibiotique s" ou " anti-chirurgie ", alors que tous sont opposés aux traitements qu’ils jugent inutiles, plus susceptibles de nuire que de bénéficier à un patient individuel, ou insuffisamment testés. » a déclaré Jane Orient, directrice générale de l’AAPS, dans un communiqué.

L’AAPS a également mené une enquête auprès de 5 300 non-médecins, dont 2 548 ont déclaré être au courant des effets secondaires des vaccins, entraînant notamment des cas de cécité, de paralysie, des problèmes cardiaques, des convulsions, une amputation et même la mort.

Les deux vaccins principaux utilisés aux Etats-Unis, Pfizer et Moderna, ont été approuvés par la Food and Drug Administration (FDA) américaine dans le cadre d’une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA). Une EUA n’est accordée qu’aux « produits médicaux non approuvés, ou aux utilisations non approuvées de produits médicaux approuvés en cas d’urgence ».

Les essais cliniques pour ces vaccins sont toujours en cours. Les essais en cours pour le vaccin Pfizer devraient se terminer fin janvier 2023. Les essais concernant le vaccin Moderna devraient prendre fin le 27 octobre 2022.

États-Unis : la majorité des médecins déclare ne pas vouloir se faire vacciner
Pfizer prévoit que les essais en cours sur le vaccin se termineront fin janvier 2023. (Image : wikimedia / Governo do Estado de São Paulo / CC BY 2.0)

Certains experts s’interrogent également sur la sécurité des vaccins Pfizer et Moderna. Ces deux vaccins font appel à la technologie de l’ARNm qui apprend aux cellules à créer des protéines ressemblant aux protéines de pointe du coronavirus.

Ces protéines déclenchent ensuite une réponse immunitaire dans l’organisme. Lors d’une conférence téléphonique portant sur l’accumulation des vaccins dans les organes humains, le Dr Byram Bridle, immunologiste spécialiste des virus, a déclaré que « les trois quarts de la dose ne sont plus présents au point d’injection dans l’épaule. » Elle se déplace dans tout le corps.

L’immunologiste a déclaré que la protéine Spike du vaccin passe dans la circulation sanguine. Cela pourrait expliquer les milliers de cas de caillots sanguins et d’autres effets secondaires similaires, comme des atteintes à la reproduction et au cerveau, signalés chez des personnes inoculées dans le monde entier.

« Nous pensions que la protéine spike était un excellent antigène cible, nous ne savions pas que la protéine spike elle-même était une toxine et était une protéine pathogène. Ainsi, en vaccinant les gens, nous leur inoculons par inadvertance une toxine », a déclaré le Dr Byram Bridle.

Selon le VAERS, un programme des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) faisant état des réactions indésirables aux vaccins, 294 801 problèmes de ce type ont été signalés chez les personnes ayant reçu les vaccins anti Covid-19 entre le 14 décembre 2020 et le 28 mai 2021. Ce chiffre inclut 5 165 décès.

Mandats de vaccination et expulsion du travail

Si certains médecins ont la possibilité d’éviter la vaccination Covid-19, plusieurs travailleurs de la santé n’ont pas ce luxe en raison de la politique de vaccination obligatoire par leur employeur. Certains travailleurs sont renvoyés pour avoir refusé les vaccins.

En Pennsylvanie, les employés du Penn Medicine Lancaster General Health ont lancé une pétition contre le mandat de vaccination. L’établissement a demandé à tous les employés de se faire vacciner avant le 1er septembre.

Selon Eric Winter, avocat conseil, la pétition a reçu des milliers de signatures.

« Nous sommes d’avis que le choix de se faire vacciner devrait appartenir à l’employé, et non à l’ employeur », a déclaré M. Winter, avocat du comté de Berks, à Lancaster Online.

Le 28 mai, 117 employés du Houston Methodist ont intenté une action en justice après que l’établissement ait imposé aux travailleurs de se faire vacciner avant le 7 juin. L’action en justice demandait au tribunal d’annuler l’obligation de vaccination.

Le tribunal s’est rangé du côté de l’hôpital et a rejeté l’action en justice, déclarant que « la loi texane ne protège les employés que contre le licenciement pour refus de commettre un acte entraînant des sanctions pénales pour le travailleur. » Comme les plaignants n’ont pas pu prouver quels actes illégaux l’hôpital leur avait demandé de commettre, le procès a été rejeté.

Selon le Houston Methodist, 153 employés ont été licenciés - ou ont démissionné de force - pour avoir refusé de se faire vacciner.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.