Press "Enter" to skip to content

Monde. États-Unis : les jeunes imposent le passeport vaccinal à leurs amis et à la famille

ACTUALITÉ > Monde

Selon un nouveau sondage, plus d’un tiers des jeunes Américains appliquent volontairement le passeport vaccinal de facto en excluant de leur vie les amis, la famille et les connaissances non vaccinés.

Les données publiées par Axios dans un bulletin d’information le 16 août montrent que 30 % des membres de la génération Z et 33 % des milléniaux ont déclaré « avoir coupé les liens avec un ami, un membre de la famille ou une connaissance parce qu’il ne voulait pas recevoir le vaccin Covid-19 ». L’étude, menée par The Harris Poll, s’appuie sur un sondage réalisé auprès de 1 334 adultes américains entre le 6 et le 8 août.

John Gerzema, directeur général de The Harris Poll, a déclaré à Axios, que le statut vaccinal était « la nouvelle ligne de démarcation culturelle » et que les jeunes générations avaient « chassé les amis qui ne voulaient pas se faire vacciner ».

Le sondage a également révélé que seulement 15 % des personnes interrogées s’attendent à ce que les organisateurs de fêtes exigent une preuve de vaccination, mais que « deux tiers » d’entre elles appliqueraient personnellement un passeport vaccinal si elles étaient aux commandes.

Une tendance à la baisse

Certaines études récentes ont montré une nette tendance à la baisse des valeurs morales et sociales adoptées et démontrées par les jeunes générations. En mai, une étude menée auprès de 2 000 adultes, par le Cultural Research Center de l’Arizona Christian University, a révélé que les membres de la génération du millénaire (nés entre 1984 et 2002) et de la génération X (nés entre 1965 et 1983), confrontés à une question sur la « règle d’or » consistant à traiter les autres comme on souhaite être traité, n’ont répondu respectivement qu’à 48 et 53 % par l’affirmative.

En revanche, 81 et 90 % des Boomers (nés entre 1946 et 1964) et des Builders (nés entre 1927 et 1945) interrogés, ont déclaré accorder de l’importance à la règle d’or.

À la question de savoir si une personne chercherait à se venger de ceux qui lui ont fait du tort, 38 % des Millennials et 33 % des membres de la génération X ont répondu par l’affirmative, contre seulement 12 et 10 % des Boomers et des Builders.

En juillet, une étude de l’Institute of Economic Affairs, basé au Royaume-Uni, a interrogé les Millennials et la Gen Z sur leurs opinions concernant le socialisme et le capitalisme, et a constaté que ces deux groupes démographiques étaient devenus une « génération hyperpolitisée, qui embrasse des idées " woke ", progressistes et anticapitalistes. »

Selon les données, 67 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles souhaitaient vivre sous les politiques économiques du socialisme, tandis que 75 % d’entre elles pensaient que les problèmes sociaux et économiques auxquels le Royaume-Uni est confronté, tels que le changement climatique, la crise du logement et le racisme, étaient imputables au modèle plus traditionnel du capitalisme.

75 % ont notamment déclaré croire que « le socialisme est une bonne idée, mais il a échoué dans le passé parce qu’il a été mal fait. » Les auteurs de l’étude ont constaté que ces notions étaient devenues « l’opinion dominante parmi les Millennials et les Zoomers (génération Z) ».

« Les jeunes associent le " socialisme " principalement à des termes positifs, tels que " travailleurs ", " public ", " égalité " et " justice ". Très peu l’associent à l’ " échec " et pratiquement personne ne l’associe au Venezuela, l’ancienne vitrine du " socialisme du XXIe siècle " », souligne le rapport.

La racine « rouge »

Le livre Nine Commentaries on the Chinese Communist Party (2004) est sans doute l’examen le plus approfondi de la façon dont le Parti communiste chinois (PCC) a vu le jour, comment il fonctionne, comment il pense, comment il ment, et comment il a systématiquement détruit les 5 000 ans de culture traditionnelle transmise au cours des nombreuses dynasties florissantes de la Chine.

Un regard sur la façon dont le PCC a usurpé la Chine éclaire la véritable nature et la signification de la tendance médiatique des passeports vaccinaux auto-imposés et imposés par le gouvernement.

Le commentaire 6, intitulé Comment le Parti communiste chinois a détruit la culture traditionnelle, explique pourquoi le régime communiste dévoyé a cherché à détruire les valeurs et la culture traditionnelles, en commençant par le confucianisme. Ce dernier « mettait l’accent sur l’éthique familiale, dans laquelle la piété filiale (respect et loyauté envers les parents) jouait un rôle extrêmement important, en enseignant que « toute bonté commence par la piété filiale ». Confucius prônait la bienveillance, la droiture, la rectitude, la sagesse et la fidélité, mais il disait aussi : « La piété filiale et l’amour fraternel ne sont-ils pas les racines de la bienveillance ? »

« L’amour fraternel et la relation entre frères peut être étendu à la droiture et à la justice entre amis », explique le livre. « Les confucéens enseignent que dans une famille, un père doit être gentil, un fils filial, un frère aîné amical et un frère cadet respectueux. Ici, la bonté paternelle peut être étendue à la bienveillance d’un monarque envers ses subordonnés. Tant que les traditions de la famille peuvent être maintenues, la moralité sociale peut naturellement être soutenue. »

Il souligne ensuite comment les valeurs confucéennes contrastent avec celles du PCC, qui s’appuient sur le marxisme : « Le confucianisme valorise la famille, mais le Manifeste communiste promeut clairement l’abolition de la famille. La culture traditionnelle différencie le Chinois de l’étranger, mais le Manifeste communiste prône la fin de la nationalité. »

« La culture confucéenne encourage la gentillesse envers les autres, mais le Parti communiste encourage la lutte des classes. Les confucianistes encouragent la loyauté envers le monarque et l’amour de la nation. Le Manifeste communiste encourage l’élimination des nations. »

La façon dont le Parti a renversé la tradition a été expliquée : « Pour gagner et conserver le pouvoir en Chine, le Parti communiste a d’abord dû implanter sa pensée immorale sur le sol chinois. Mao Zedong affirmait : " Si nous voulons renverser une autorité, nous devons d’abord faire de la propagande et accomplir un travail dans le domaine de l’idéologie ". »

Le commentaire 4, sur la façon dont le Parti communiste s’oppose à l’univers, souligne comment Mao, pendant sa Révolution culturelle, a utilisé cette approche dans le but de « confondre le bien et le mal et d’éliminer l’humanité. »

« L’affection est une émotion humaine naturelle. L’affection entre maris et femmes, enfants, parents, amis, et dans la société en général est normale. Grâce à des campagnes politiques incessantes, le PCC a transformé les humains en loups, voire en un animal plus féroce et cruel que le loup. Même les tigres les plus féroces ne mangeraient pas leurs propres petits. »

« Mais sous le règne du PCC, il a été courant que les parents et les enfants se dénoncent mutuellement, ou que les maris et les femmes s’exposent les uns aux autres, les relations familiales ont souvent été reniées. »

Les grands médias servent d’avant-garde

Il existe de nombreux exemples de grands médias et de célébrités qui usent de leur influence pour encourager les lecteurs à imposer des passeports vaccinaux à leur cercle proche. Dans un article publié le 3 août par le magazine de culture pop InStyle, l’ancienne star de Friends, Jennifer Aniston, a déclaré à la fin d’une longue interview qu’elle avait écarté de sa vie « quelques personnes de ma routine hebdomadaire » qui « ont refusé ou n’ont pas révélé (si elles avaient été vaccinées ou non) », qualifiant cette perte de simplement « malheureuse ».

La citation s’est rapidement transformée en de multiples articles promotionnels par des médias grand public tels que USA Today (Jennifer Aniston Distanced Herself From People Over Covid-19 Vaccine : ’It Was Unfortunate’) (Jennifer Aniston s’est distanciée des gens à cause du vaccin contre le Covid-19 : « C’était malheureux »), et NBC News (Jennifer Aniston Says ’Anti-vaxxers’ are no Longer in Her ’Weekly Routine’ (Jennifer Aniston dit que les « anti-vaccins » ne font plus partie de sa « routine hebdomadaire »).

Cependant, le récit et ce qu’il encourage est beaucoup plus direct dans les médias de style et de glamour destinés aux jeunes, comme Hello Giggles, qui a intitulé son article Jennifer Aniston Says Sorry, Not Sorry to People Criticizing Her Covid-19 Vaccine Comments, (Jennifer Aniston dit désolé, pas désolé pour les gens qui critiquent ses commentaires sur le vaccin Covid-19), et le magazine Elle, qui a titré son article You Have To Be Vaxxed To Be Jennifer Aniston’s Friend  (Vous devez être vacciné pour être l’ami de Jennifer Aniston.)

Sous une autre forme illustrant la façon dont la propagande se manifeste, le ministère canadien Healthing.ca a publié le 13 août une colonne de questions et de réponses. Elle a été reprise sur les sites Web de plusieurs journaux urbains du conglomérat canadien Postmedia, intitulée ADVICE : Que dois-je faire au sujet d’une famille non-vaccinée ?

La question posée :

Cher demandeur d’un ami,

Ma belle-mère refuse de se faire vacciner. Cela n’a pas eu beaucoup d’importance puisque nous ne l’avons pas vue, mais nous organisons une grande fête de famille dans quelques semaines pour mon père âgé, et j’ai peur de le mettre en danger. Ne pas l’inviter ne me semble pas être une bonne option.

Signé, Vacciné

Quelques extraits clés d’une réponse longue et sinueuse montrent clairement la direction vers laquelle les lecteurs sont poussés :

Si votre belle-mère non vaccinée est invitée à participer à une fête de famille, vous devez décider si vous êtes à l’aise avec les risques et, dans l’affirmative, s’il existe un moyen de gérer la situation sans stress ni drames supplémentaires.

Lorsque vous avez affaire à une personne qui refuse de se faire vacciner, il y a des choses que vous devez faire et d’autres que vous ne devez pas faire. Vous avez parfaitement le droit de demander à votre belle-mère de porter un masque et de garder une distance sociale. Ce sera gênant, mais il s’agit de votre santé et de celle de vos invités.

Il faut espérer que votre belle-mère voit les choses comme vous le souhaitez et qu’elle accède à vos demandes de sécurité Covid et que tout le monde puisse profiter d’un bel événement. Si elle ne le fait pas, les choses se compliquent un peu plus. Mais il y a un point essentiel : votre décision peut être une question de vie ou de mort pour les participants à votre événement. Confrontation et jugement mis à part, c’est ce qui est le plus important.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.