Press "Enter" to skip to content

Monde. Des espions chinois tentent d’infiltrer le Royaume-Uni en profitant du programme de visas à long terme destiné aux Hongkongais

ACTUALITÉ > Monde

En juillet 2020, le Premier ministre britannique Boris Johnson a introduit un nouveau programme de visas à long terme pour les détenteurs d’un passeport britannique BNO (British National Overseas), suite à l’imposition, par la Chine, d’une nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong. Le plan a été lancé en janvier de cette année et permet aux Hongkongais ayant le statut BNO de vivre, travailler et étudier au Royaume-Uni pendant une période de cinq ans, et à terme de demander la nationalité britannique.

De récents rapports suggèrent que des espions du Parti communiste chinois (PCC) tentent d’utiliser le système de visas à long terme pour infiltrer le Royaume-Uni. Selon un rapport publié le 9 août par The Times, le gouvernement britannique est au courant que des « agents dormants » chinois demandent des visas en se faisant passer pour des réfugiés.

Un programme de visas sous haute surveillance

« Des vérifications rigoureuses des antécédents sont en place pour les demandes de visa - et elles sont en place pour une raison… Le processus de contrôle pour le système de visa BNO est beaucoup plus approfondi que tout autre », ont déclaré des sources gouvernementales au média.

Selon Jabez Lam, le  directeur du centre de Hackney Chinese Community Services, une organisation caritative à Londres qui aide les nouveaux arrivants, beaucoup craignent que les citoyens chinois du pays ne signalent à Pékin les nouveaux arrivants. Il a déclaré que la plupart des nouveaux Hongkongais sont « très méfiants » à son égard et qu’il faut beaucoup de temps pour gagner leur confiance. Jabez Lam a prévenu que les policiers de Hong Kong qui ont participé à l’oppression et à la répression des citoyens pourraient également essayer de se faufiler au Royaume-Uni grâce au système de visas à long terme.

Un ancien conseiller de district de Hong Kong qui a déménagé en Grande-Bretagne s’inquiète de l’influence de Pékin sur les entités chinoises du pays et sur le parlement britannique. Pendant son séjour à Hong Kong, il a été contraint de démissionner de son poste et vivait dans la crainte d’être persécuté. La peine de neuf ans de prison prononcée à l’encontre de Tong Ying-kit, 24 ans, première personne à être emprisonnée en vertu de la loi sur la sécurité nationale, a « déçu tout espoir » en lui, de voir l’État de droit prévaloir à Hong Kong.

Chris Patten, le dernier gouverneur britannique de Hong Kong, a commenté : « nous avons affaire à un État totalitaire qui utilise des informateurs. Si quelqu’un craint que le Parti communiste chinois (PCC) ne cherche à placer des informateurs et des personnes qui voleront des secrets de sécurité dans des sociétés ouvertes, il a tout à fait raison. Nous devons être réalistes à ce sujet ».

Dans une déclaration à The Epoch Times, un porte-parole du ministère de l’Intérieur britannique a déclaré que le programme de visa à long terme pour les détenteurs d’un passeport britannique BNO reflète « l’engagement historique et moral » du gouvernement britannique envers les Hongkongais qui choisissent de maintenir leurs liens avec le Royaume-Uni.

« Il s’agit d’une offre sans précédent et généreuse qui reflète notre lien profond avec Hong Kong… Des garanties sont en place tout au long du processus de demande pour s’assurer qu’il est exempt d’abus et qu’il aide ceux qui en ont le plus besoin », a déclaré le porte-parole.

Benedict Rogers, directeur général de Hong Kong Watch, a qualifié de « totalement scandaleuse » la tentative du PCC d’infiltrer le Royaume-Uni par le biais du programme de visas à long terme. Dans un tweet, il a demandé au gouvernement britannique de « renforcer les procédures afin de filtrer et d’éliminer ces espions. »

Au cours des trois premiers mois de 2021, le Royaume-Uni a reçu 34 300 demandes pour le programme de visas à long terme pour les détenteurs d’un passeport britannique BNO, dont 20 600 étaient des demandes « hors du pays » et 13 700 des demandes « dans le pays ». 5 600 subventions ont été accordées pour les demandes à l’étranger, tandis que 1 600 subventions ont été accordées pour les demandes à l’intérieur du pays. Environ 86 % des subventions ont été accordées à des titulaires du statut BNO, y compris ceux de Hong Kong.

Programme d’accueil aux Etats-Unis

Entre-temps, les États-Unis ont décidé d’offrir un asile temporaire aux Hongkongais qui se trouvent actuellement en Amérique. Un mémo publié par le président Joe Biden le 6 août promet une prolongation de 18 mois du séjour aux États-Unis pour les Hongkongais invoquant des « raisons impérieuses de politique étrangère », telles que la promotion des droits de l’homme et la défense de la démocratie.

« Je demande en outre au Secrétaire à la sécurité intérieure de prendre les mesures appropriées pour autoriser l’emploi des non-ressortissants dont le renvoi a été différé, comme le prévoit le présent mémorandum, pour la durée de ce report, et d’envisager de suspendre les exigences réglementaires concernant les étudiants non immigrants F-1 qui sont des résidents de Hong Kong, comme le Secrétaire à la sécurité intérieure le juge approprié », indique le mémo, intitulé « Mémorandum sur le départ forcé différé pour certains résidents de Hong Kong ».

Le secrétaire à la sécurité intérieure, Alejandro N. Mayorkas, a confirmé les dispositions énoncées dans le mémo de Joe Biden, déclarant que le ministère de la sécurité intérieure « reportera temporairement l’expulsion des personnes éligibles ». Il a demandé aux Hongkongais se trouvant aux États-Unis de demander une autorisation d’emploi auprès des services de citoyenneté et d’immigration américains.

Dans une interview accordée à Breitbart, Rob Law, le directeur des affaires réglementaires et de la politique du Center for Immigration Studies, a qualifié le « départ différé de l’exécution » Deferred Enforced Departure (DED) pour certains résidents de Hong Kong, de « décision imprudente de l’administration Biden ». Rob Law, qui a été un haut fonctionnaire de l’agence des services de citoyenneté et d’immigration des États-Unis pendant l’administration Trump, a évoqué la possibilité que des membres du PCC se fassent passer pour d’authentiques Hongkongais. Il n’est pas convaincu que Washington sera en mesure de vérifier si les documents soumis dans le cadre du processus de refuge sont légitimes ou non.

« Comment allez-vous les valider ? (Si vous essayez) Vous allez devoir demander aux fonctionnaires de Hong Kong qui est maintenant sous l’autorité du Parti communiste chinois. Lorsque (vous obtenez) des documents frauduleux, vous allez obtenir l’affirmation qu’ils sont en fait légitimes… Étant donné l’animosité totale de l’administration Biden à l’égard d’un filtrage et d’un contrôle appropriés, les mauvais acteurs vont passer entre les mailles du filet ici », a déclaré Rob Law.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.