Press "Enter" to skip to content

Monde. Les douanes de Chicago saisissent des centaines de milliers de dollars en fausse monnaie fabriquée en Chine

ACTUALITÉ > Monde

Au cours d’une période de trois jours, du 15 au 17 mai, le service américain des douanes et de la protection des frontières (Customs and Border Protection ou CBP) a saisi 24 colis contenant de la fausse monnaie pour une valeur totale de 685 000 dollars. Tous les envois provenaient de Chine et étaient adressés à diverses villes américaines.

Même si les envois confisqués étaient destinés à être utilisés comme « monnaie d’appoint », la reproduction de monnaie constitue une violation de la loi fédérale et les contrevenants sont passibles d’arrestation. Les devises concernaient des billets de 5, 10, 20, 50 et 100 dollars. Un envoi à destination du Bronx à New York contenait près de mille billets de 100 dollars. Un colis à destination de Louisville contenait 103 billets de 50 dollars et 101 billets de 20 dollars.

« Nos agents du CBP sont toujours sur le qui-vive et surveillent tous les types d’envois interdits qui passent par le service de courrier international (International Mail Facility). En bloquant ces expéditions, nous protégeons nos institutions financières, nos entreprises et le public », a déclaré Shane Campbell, directeur du port de Chicago, dans un communiqué.

Les fausses monnaies ont été remises aux Homeland Security Investigations (HSI) et aux services secrets américains pour « une enquête plus approfondie ». Habituellement, les agents du CBP saisissent environ 40 à 50 colis de marchandises illégitimes par jour. Chaque année, les agents du CBP traitent près de 57 millions de colis.

Historique des expéditions illégales en provenance de Chine

Selon un communiqué du CBP, plus de 10,6 millions de dollars en fausse monnaie ont été saisis au cours de l’année fiscale allant d’octobre 2019 à septembre 2020. L’argent était acheminé via l’International Mail Facility (IMF) à Chicago O’Hare.

Au total, 306 expéditions de fausse monnaie ont été confisquées par les agents de l’IMF. La plupart ont été saisies au cours d’une opération baptisée « Show Me the Money » (Montre- moi l’argent), qui vise à endiguer le trafic illégal de devises. Plus de 280 de ces envois provenaient de Chine, et la plupart des billets étaient faits de matériaux de mauvaise qualité, il manquait les filigranes requis, les fibres incrustées. Les numéros de série étaient identiques, et certains de ces envois étaient accompagnés de factures comportant des lettres chinoises.

Des saisies de fausse monnaie en provenance de Chine ont eu lieu dans divers autres endroits en Amérique. En janvier de l’année dernière, les agents du CBP ont saisi des devises américaines d’une valeur de 900 000 dollars dans une cargaison ferroviaire commerciale au Minnesota. En mai 2020, le CBP de Cincinnati a confisqué 252 000 dollars de fausse monnaie en provenance de Shenzhen et en juin 2020, les agents du CBP de Milwaukee ont saisi 351 000 dollars de fausse monnaie en provenance de Shanghai.

Selon l’US Bureau of Engraving and Printing (Bureau des gravures et impressions américain) du Département du Trésor, fabriquer de la fausse monnaie américaine ou modifier une monnaie authentique pour augmenter sa valeur est une violation du titre 18, Section 472 du Code des États-Unis et est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 15 000 dollars, ou 15 ans d’emprisonnement, ou les deux.

Le 6 avril de cette année, le CBP de Chicago a annoncé qu’au cours des trois mois précédents, il avait saisi plus de 100 envois de fausse monnaie, d’une valeur de plus de 1,64 million de dollars. La plupart des pièces et des billets américains provenaient de Chine.

Dix jours plus tard, le 16 avril, le CBP a saisi 281 envois provenant principalement de Chine, dont deux envois contenant au total 1 589 faux billets de 100 dollars. Ces envois étaient destinés au Texas et à la Géorgie. Le 21 avril, le CBP de Chicago a procédé à quatre saisies de 6 345 fausses pièces de 1 dollar et 283 fausses pièces de 2,50 dollars. La plupart des pièces étaient destinées à être vendues comme pièces de collection.

« La contrefaçon est un commerce lucratif qui sert souvent à financer des activités illégales telles que le trafic d’êtres humains, de drogues et même le terrorisme », a déclaré Mike Pfeiffer, directeur adjoint du port de Chicago, dans un communiqué.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.