Press "Enter" to skip to content

Monde. Covid-19 : crainte d’une pandémie à l’échelle mondiale

ACTUALITÉ > Monde

L’Italie a fait état de trois autres décès le 24 février, ce qui porte le total à six. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

On craint de plus en plus que l’épidémie de Covid-19 n’atteigne l’ampleur d’une pandémie à mesure que de nouveaux cas apparaissent dans le monde. On parle de pandémie lorsqu’une maladie infectieuse se propage facilement d’une personne à l’autre dans de nombreuses régions du monde.

Ce que nous savons

- En Chine, où le virus est apparu l’année dernière, plus de 77 000 personnes ont été infectées et près de 2 600 en sont mortes (on pense que ces chiffres ont été largement sous-déclarés).
- Plus de 1 200 cas ont été confirmés dans une trentaine d’autres pays et il y a eu plus de 20 décès.
- L’Italie a signalé trois autres décès le 24 février, ce qui porte le total à six.
- Le nombre de morts en Iran s’élève à au moins 12, ce qui laisse craindre une propagation au Moyen-Orient.
- Wuhan revient sur l’annonce disant qu’elle allait alléger le confinement.
- En Corée du Sud, le nombre de cas s’élève à plus de 800.
- Les stocks mondiaux s’effondrent en raison des craintes liées aux coronavirus.

La Chine reporte le Congrès national du peuple, interdit le commerce et la consommation d’animaux sauvages

Selon les chiffres officiels publiés lundi, 409 nouveaux cas de coronavirus et 150 nouveaux décès ont été enregistrés en Chine le 23 février, ce qui porte le nombre total de cas confirmés à 77 150, avec un bilan cumulé de 2 592 décès. La majorité des cas nouveaux – 398 – se trouvaient dans la province du Hubei, tout comme ceux qui sont décédés, excepté un. Six provinces chinoises ont réduit leur niveau d’alerte, avec la réouverture d’entreprises et la fin de la quarantaine pour certains travailleurs.

Le 24 février, les dirigeants chinois ont reporté le plus grand événement de leur calendrier politique, le Congrès national du peuple, car la lutte du pays contre l’épidémie mortelle de coronavirus perturbe l’agenda du parti communiste au pouvoir et bouleverse l’économie nationale.

Dans un discours prononcé la veille devant les responsables du parti, le président Xi Jinping avait prévenu que l’épidémie était une « crise » qui allait inévitablement secouer le développement économique du pays, mais il avait promis que les perturbations seraient temporaires et gérables.

La Chine a déclaré qu’elle interdirait le commerce et la consommation d’animaux sauvages, une industrie de plusieurs milliards de dollars qui emploie des millions de personnes, dans le cadre des efforts visant à enrayer l’épidémie du virus. L’épidémie de Covid-19 a été liée à des animaux sauvages porteurs du coronavirus et vendus sur les marchés alimentaires. La plupart des chercheurs pensent que le virus est passé d’un animal à un hôte humain, a muté, puis infecté d’autres personnes.

La Chine a déclaré qu’elle allait interdire le commerce et la consommation d’animaux sauvages, une industrie de plusieurs milliards de dollars qui emploie des millions de personnes, dans le cadre des efforts visant à endiguer les épidémies de virus. (Image : Capture d’écran / YouTube)
La Chine a déclaré qu’elle allait interdire le commerce et la consommation d’animaux sauvages, une industrie de plusieurs milliards de dollars qui emploie des millions de personnes, dans le cadre des efforts visant à endiguer les épidémies de virus. (Image : Capture d’écran / YouTube) 
 

« Depuis l’épidémie de Covid-19, la consommation d’animaux sauvages et l’énorme menace sous-jacente que cette pratique fait peser sur la santé publique ont attiré une large attention », a déclaré le 24 février le Comité permanent du Congrès national du peuple.

Selon le rapport, la décision avec effet immédiat prévoit l’interdiction de la consommation d’animaux sauvages et la répression du commerce illégal d’animaux sauvages, afin de protéger la santé publique, ajoutant que cette interdiction prenait effet immédiatement.

L’Italie tente d’endiguer la soudaine flambée des cas

Alors que, pour contenir la première grande épidémie de coronavirus en Europe, l’Italie a bloqué 50 000 personnes dans dix villes – et qu’une cinquième personne y est décédée du virus – une nervosité croissante s’est emparée du continent, les responsables des pays voisins se sont engagés à empêcher l’épidémie de se propager davantage.

Selon Angelo Borrelli, chef de l’Agence de protection civile et coordinateur de la réponse d’urgence du pays en matière de coronavirus, le 24 février, le nombre total de cas en Italie est passé à 219, alors qu’il était de 152 cas un jour plus tôt.

Plus de 100 de ces cas se trouvent dans la région nord de la Lombardie. Le 24 février, des responsables italiens ont confirmé un cinquième décès attribué au coronavirus, un homme de 88 ans de Caselle Landi, à environ 70 kms au sud de Milan. Au moins 26 patients atteints de coronavirus sont en soins intensifs, ont déclaré les responsables.

La flambée en Italie a déjà suscité une réaction immédiate. Outre le verrouillage des dix villes de Lombardie où un nombre important de cas est apparu, l’Italie a également approuvé des mesures d’urgence applicables dans tout le pays.

La flambée en Italie a déjà suscité une réponse agressive. (Image : Capture d’écran / YouTube)
La flambée en Italie a déjà suscité une réponse agressive. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Les résidents en quarantaine doivent bénéficier d’une autorisation spéciale pour quitter leur ville ou y entrer, et des forces de police et militaires ont été déployées pour surveiller les entrées des villes. Les autorités ont fermé des écoles et annulé les deux derniers jours du carnaval de Venise, ainsi que les foires commerciales, les représentations d’opéra et les matchs de football.

Le virus touche également Milan, moteur économique du pays, bien que la ville ne soit pas actuellement en quarantaine. La bourse de Milan a chuté de plus de 4 % le 24 février, et de nombreuses attractions touristiques, dont la célèbre cathédrale de la ville, ont été fermées. Certaines universités ont annulé leurs cours, tandis que les étudiants étrangers ont avancé les dates de départ prévues par crainte d’être bloqués.

La région sud de la Basilicate a imposé une quarantaine de 14 jours aux personnes venant des régions du nord touchées, et les passagers d’un vol Alitalia de Rome vers l’île Maurice ont eu le choix entre une quarantaine ou un retour immédiat. Alitalia a déclaré qu’aucun des passagers n’avait présenté de symptômes du coronavirus mais avait décidé de retourner en Italie.

Le virus représente peut-être pour l’Europe son plus grand défi depuis la crise migratoire de 2015, qui a radicalement modifié la politique de l’Union européenne et mis en évidence ses faiblesses institutionnelles. Une propagation du virus mettrait à l’épreuve le principe fondamental de l’ouverture des frontières dans une grande partie de l’Europe – si central à l’identité du bloc – ainsi que les systèmes de santé publique européens tant vantés mais mis à rude épreuve.

Un commissaire européen a déclaré que l’Union européenne était en contact permanent avec les autorités italiennes, mais que la multiplication des cas avait renforcé la vigilance dans les pays voisins. Les autorités de Lyon, en France, ont arrêté un bus en provenance de Milan le 24 février et ont confiné les passagers à l’intérieur après avoir soupçonné la présence d’un cas à bord, a rapporté le journal Le Parisien.

Le bilan des morts en Iran s’élève à au moins 12

L’épidémie a tué au moins 12 personnes en Iran en date du 24 février, selon les médias d’État – le plus grand nombre de décès étant liés aux coronavirus en dehors de la Chine.

Le vice-ministre de la santé du pays a déclaré le 24 février qu’au moins 61 personnes avaient été testées positives pour le virus. Téhéran a annoncé la fermeture pendant une semaine des écoles, des universités et des centres culturels dans 14 provinces afin d’endiguer l’épidémie.

Les experts ont déclaré que, sur la base du nombre de morts, le nombre total de cas en Iran est probablement beaucoup plus élevé, car la maladie liée au virus semble tuer environ une personne infectée sur 50. L’Iran avait déclaré il y a quelques jours seulement qu’il n’était pas touché par le virus.

Alors que des preuves indiquent que le virus pourrait se propager ailleurs au Moyen-Orient – avec des cas confirmés au Bahreïn, en Irak et au Koweït, tous liés à l’Iran – les pays voisins ont mis en place des mesures pour essayer de limiter la transmission. Le Pakistan et la Turquie ont temporairement fermé leurs frontières avec l’Iran le 23 février.

L’épidémie a tué au moins 12 personnes en Iran en date du 24 février. (Image : Capture d’écran / YouTube)
L’épidémie a tué au moins 12 personnes en Iran en date du 24 février. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

La frontière pakistanaise avec l’Iran, une zone de 909 kms largement anarchique avec peu de contrôles frontaliers, pose des défis particuliers pour contrôler la propagation du virus.

En Afghanistan, le Conseil national de sécurité a déclaré le 23 février que tous les déplacements vers l’Iran seraient réduits aux « besoins humanitaires essentiels ». Le premier cas de coronavirus du pays a été confirmé le 24 février.

En Iran, de longues files d’attente se sont formées à l’extérieur des pharmacies, et il y a une pénurie de masques et de désinfectants, selon les responsables de la santé et la population iranienne. Les responsables ont averti que les hôpitaux sont surchargés et ont exhorté les gens à s’abstenir de se rendre aux urgences, sauf s’ils présentent des symptômes aigus.

Bien que l’origine de l’épidémie en Iran ne soit pas claire, le ministre de la santé du pays a déclaré que les voyageurs chinois étaient une source de l’épidémie, a rapporté l’agence de presse Fars le 23 février.

Wuhan revient sur l’annonce disant qu’elle allait alléger le confinement

L’annonce a surprit tout le monde : Wuhan, la ville chinoise au centre de l’épidémie de coronavirus, allait commencer à assouplir le vaste embargo imposé par les autorités fin janvier en permettant à certaines personnes de partir. Mais le 24 février, quelques heures seulement après la nouvelle du changement, les autorités ont fait marche arrière, affirmant que l’annonce avait été faite par erreur.

Ce revirement a suscité la colère et la confusion en Chine et a renforcé les craintes que le gouvernement soit incapable de gérer la situation face au virus. Le gouvernement de Wuhan, une ville de 11 millions d’habitants, a déjà été critiqué pour son manque de réactivité et pour avoir dissimulé des informations sur l’épidémie.

Dans l’annonce initiale, les autorités de Wuhan ont déclaré que les personnes en bonne santé qui ne vivent pas dans la ville et les résidents qui ont besoin d’un traitement médical spécialisé seraient autorisés à partir. Une telle décision – le premier assouplissement d’un verrouillage qui a maintenu des millions de personnes à l’intérieur pendant des semaines – aurait très probablement nécessité l’approbation du gouvernement central de Pékin. Le gouvernement a supprimé l’annonce initiale quelques heures plus tard.

Dans l’annonce initiale, les autorités de Wuhan ont déclaré que les personnes en bonne santé qui ne vivent pas dans la ville et les résidents qui ont besoin d’un traitement médical spécialisé seraient autorisés à partir. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Dans l’annonce initiale, les autorités de Wuhan ont déclaré que les personnes en bonne santé qui ne vivent pas dans la ville et les résidents qui ont besoin d’un traitement médical spécialisé seraient autorisés à partir. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Dans une nouvelle déclaration, les autorités de Wuhan ont révélé que la directive initiale avait été publiée sans l’approbation des hauts dirigeants et qu’ils allaient « sévèrement sanctionner » les personnes responsables de l’erreur.

En Corée du Sud, le nombre de cas a grimpé en flèche pour atteindre plus de 800

Le 24 février, la Corée du Sud a signalé 231 cas supplémentaires d’infection au Covid-19, portant le total des cas à 833 avec sept décès. Le président Moon Jae-in a mis la Corée du Sud en état d’alerte maximale le 23 février, une mesure qui permettait au gouvernement de fermer les villes et de prendre d’autres mesures radicales pour contenir l’épidémie.

« Les prochains jours seront un moment critique pour nous », a déclaré M. Moon lors d’une réunion d’urgence des représentants du gouvernement pour discuter de l’épidémie. « Le gouvernement central, les gouvernements locaux, les responsables de la santé, le personnel médical et l’ensemble de la population doivent apporter une réponse globale et concertée au problème ».

Le 24 février, la Corée du Sud a signalé 231 cas supplémentaires d’infection au virus Covid-19, ce qui porte le total de cas à 833 avec sept décès. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Le 24 février, la Corée du Sud a signalé 231 cas supplémentaires d’infection au virus Covid-19, ce qui porte le total de cas à 833 avec sept décès. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

La plupart des cas de coronavirus en Corée du Sud se trouvent dans la ville de Daegu, au sud-est du pays, qui a été placée en état d’urgence, bien que les habitants soient toujours libres d’entrer dans la ville et d’en sortir. Plus de la moitié des personnes dont l’infection a été confirmée sont soit des membres de l’église Shincheonji de Jésus, une secte religieuse secrète très présente à Daegu, soit leurs parents ou autres contacts.

Le 24 février, les forces américaines de Corée ont confirmé qu’une personne à charge d’un membre des forces armées vivant à Daegu faisait partie des personnes ayant été testées positives au virus.

Les stocks mondiaux s’effondrent en raison des inquiétudes concernant le coronavirus

Les marchés mondiaux ont chuté le 24 février, les investisseurs craignant que les perturbations économiques que l’épidémie avait déjà provoquées en Chine n’aient un impact plus large.

Le S&P 500, un indice boursier basé sur 500 grandes sociétés cotées en bourses aux États-Unis,  a chuté de près de 3 % au début des échanges, après que les marchés européens aient enregistré leur pire journée depuis 2016 et que les principaux indices de référence en Asie aient clôturé en forte baisse. La moyenne industrielle du Dow Jones a chuté de plus de 900 points.

En Asie, le marché sud-coréen a chuté de près de 4 % après une flambée des cas de coronavirus confirmée le week-end dernier. Les actions australiennes ont chuté de plus de 2 %, tandis que l’indice de Hong Kong a baissé de 1,8 %.

Les marchés mondiaux ont chuté le 24 février, les investisseurs craignant que les perturbations économiques que l’épidémie a déjà provoquées en Chine n’aient un impact plus important. (Image : Kevin Hutchinson / wikimedia / CC BY 2.0)
Les marchés mondiaux ont chuté le 24 février, les investisseurs craignant que les perturbations économiques que l’épidémie a déjà provoquées en Chine n’aient un impact plus important. (Image : Kevin Hutchinson / wikimedia / CC BY 2.0)
 

L’épidémie de coronavirus en Chine a déjà fortement freiné la croissance économique du pays. La réouverture des usines a été lente, en partie parce que les quarantaines de masse ont empêché de nombreux employés de reprendre leur travail, mais aussi parce que la demande en Chine s’est au moins temporairement effondrée pour une grande variété de marchandises. Les ventes d’automobiles ont chuté de 92 % au cours des deux premières semaines de février par rapport à la même période l’année dernière.

Les investisseurs sont sur les nerfs depuis le début de la crise en raison du rôle que les usines chinoises jouent dans le commerce mondial et parce que la Chine est elle-même un énorme marché de consommation. Mais de nouveaux rapports indiquant que le virus n’est pas contenu sont des « signaux d’alarme », a écrit un analyste de marché de Citigroup le 24 février.

Rédacteur Swanne Vi

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.