Press "Enter" to skip to content

Monde. La Chine freine l’application de covoiturage Didi après son entrée à la Bourse de New York

ACTUALITÉ > Monde

Les actions de la société chinoise de covoiturage Didi Global, basée à Pékin, ont chuté de presque 25% à la Bourse de New York mardi matin, après que la Chine ait lancé une enquête interne sur la société, empêchant les nouveaux utilisateurs de télécharger l’application.

L’agence chinoise du cyberespace a déclaré qu’une enquête sur les activités de l’entreprise avait été lancée afin de défendre la sécurité nationale et les intérêts du grand public. Les régulateurs ont ensuite ajouté aux accusations des questions telles que l’antitrust et la sécurité.

La masse de données de Didi Global constitue une menace pour la vie privée des individus et la sécurité nationale, a déclaré le Global Times, soutenu par le Parti communiste, dans un commentaire faisant l’éloge de l’enquête sur l’application chinoise de covoiturage : « Pour protéger les données personnelles ainsi que la sécurité nationale, la Chine doit être encore plus stricte dans sa surveillance de la sécurité des données de Didi, étant donné qu’elle est cotée aux États-Unis et que ses deux principaux actionnaires sont des sociétés étrangères. »

Dans son prospectus d’introduction en bourse, Didi avait énoncé les réglementations chinoises pertinentes qu’il était censé respecter en Chine, comme « des procédures strictes de collecte, de transmission, de stockage et d’utilisation des données des utilisateurs conformément à nos politiques de sécurité des données et de confidentialité. »

La brusque décision d’entraver les opérations commerciales de Didi est intervenue deux jours seulement après l’annonce par les régulateurs du Parti d’une enquête sur la collecte et l’utilisation des informations personnelles par l’entreprise.

Apple et Google ont dû retirer l’application, infligeant un coup dur à l’une des plus grandes introductions en bourse américaines de la dernière décennie. L’application est toujours utilisable par ceux qui l’ont téléchargée avant la répression.

L’autorité chinoise de régulation du cyberespace n’a pas donné de détails quant aux sujets de l’enquête. Cependant, la date à laquelle interviennent ses déclarations est cruciale car elle se situe juste après la première introduction en bourse de Didi et le centenaire du Parti communiste.

Didi a déclaré à Reuters qu’elle avait l’intention d’entreprendre une enquête approfondie sur les problèmes de cybersécurité, de collaborer pleinement avec l’organisme gouvernemental compétent et de prendre des mesures pour protéger les informations personnelles de ses utilisateurs.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.