Press "Enter" to skip to content

Monde. Afghanistan : Pékin cherche à occuper la base aérienne de Bagram par l’intermédiaire du gouvernement taliban au pouvoir

ACTUALITÉ > Monde

Selon de nouveaux rapports, le Parti communiste chinois (PCC) envisagerait de déployer du personnel militaire et à établir une route d’approvisionnement sur la base aérienne de Bagram, anciennement contrôlée par les États-Unis, en Afghanistan, sous la bénédiction du gouvernement taliban établi.

Un article publié le 7 septembre par le média U.S. News indique que « l’armée chinoise mène actuellement une étude de faisabilité sur l’effet de l’envoi à Bagram, dans les années à venir, de travailleurs, de soldats et d’autres membres du personnel liés à son programme d’investissement économique étranger connu sous le nom de « Belt and Road initiative » ( Initiative ceinture et route).

Le média s’est appuyé sur « une source informée d’une étude par des responsables militaires chinois » qui s’est exprimée sous couvert d’anonymat.

La source a paraphrasé en disant : « Cependant, la considération actuelle de Pékin ne concerne pas des mouvements en attente, mais plutôt un déploiement potentiel d’ici à deux ans. »

« Et cela n’englobe pas la prise de contrôle de la base mais plutôt l’envoi de personnel et de fournitures à l’invitation du gouvernement de Kaboul - et certainement après que les talibans aient assuré leur domination. »

Pékin a officiellement nié la véracité de ce rapport. Dans des commentaires adressés aux journalistes le même jour, Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, a affirmé que cette histoire était « une information purement fausse ».

Construit en 1976, l’aérodrome de Bagram, une base militaire clé près de Kaboul, est devenu un point central dans la guerre entre l’Union soviétique et l’Afghanistan. Les États-Unis ont pris position de cette base aérienne il y a 20 ans, lors de l’invasion de l’Afghanistan, et l’ont contrôlée jusqu’à ce que le président Joe Biden ordonne la restitution du site aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes (ANDSF) le 1er juillet 2021, en prévision d’un retrait total des forces américaines du pays.

Une tempête se prépare

Fin août, la transcription d’un appel entre Joe Biden et l’ancien président afghan Ashraf Ghani fin juillet a été divulguée à Reuters. Cet appel a révélé qu’Ashraf Ghani avait informé Washington que l’Afghanistan était confronté à une « invasion à grande échelle » par les talibans.

Joe Biden a indiqué à Ashraf Ghani qu’il était nécessaire de projeter une image différente au monde, et a mis l’accent sur les relations publiques : « Mais je pense vraiment, je ne sais pas si vous êtes conscient, à quel point la perception dans le monde est que cela ressemble à une proposition perdante, ce qui n’est pas le cas, pas nécessairement. »

La réponse d’Ashraf Ghani a été : « M. le Président, nous sommes confrontés à une invasion à grande échelle, composée de talibans, d’une planification et d’un soutien logistique pakistanais complets, et d’au moins 10 à 15 000 terroristes internationaux, principalement pakistanais, jetés dans cette affaire, donc cette dimension doit être prise en compte. »

Afghanistan : Pékin cherche à occuper la base aérienne de Bagram par l’intermédiaire du gouverement taliban au pouvoir
Fin juillet, l’ancien président Ashraf Ghani a déclaré à Joe Biden que l’Afghanistan subissait une « invasion à grande échelle » de la part des talibans, avec le soutien du Pakistan. (Image : wikimedia / The White House / Domaine publique)

Un article publié le 28 août par le Washington Post relate les événements qui ont entouré la chute de Kaboul le 15 août, alors que le président Biden et le secrétaire d’État Antony Blinken, tous deux en vacances à ce moment-là, ont été confrontés à une crise soudaine lorsque l’ANDSF a cédé plusieurs points de contrôle clés aux talibans.

La veille, Antony Blinken avait négocié un plan avec Ashraf Ghani, décrit comme « un arrangement négocié par les États-Unis avec les talibans, selon lequel les militants resteraient en dehors de Kaboul si le dirigeant afghan se retirait et qu’un gouvernement intérimaire prenait la relève ».

Le projet de gouvernement intérimaire « visait à former un gouvernement inclusif impliquant les talibans, ainsi que d’autres acteurs ».

Des sources ont déclaré au Washington Post que le projet de « gouvernement inclusif » a déraillé lorsque Ashraf Ghani a soudainement fui le pays avec son épouse à bord d’un hélicoptère après avoir reçu de faux renseignements de la part de conseillers, selon lesquels les talibans étaient entrés dans le palais présidentiel et cherchaient à s’en prendre à sa vie.

Les talibans auraient en fait été positionnés à l’extérieur de Kaboul à la suite des négociations d’Antony Blinken.

Après la fuite d’Ashraf Ghani, le chef du commandement central de l’armée américaine (Centcom), le général Kenneth McKenzie, a rencontré certains des dirigeants talibans en personne à Doha. Le conseiller politique en chef Abdul Ghani Baradar aurait déclaré : « Nous avons un problème. Nous avons deux options pour y faire face : Vous [l’armée américaine] devez prendre la responsabilité de sécuriser Kaboul ou vous devez nous permettre de le faire. »

Mais, selon le Washington Post, Joe Biden a rejeté l’option de sécuriser Kaboul jusqu’à la fin du retrait, optant plutôt pour le contrôle de l’aéroport de la ville uniquement.

Mandataire pakistanais

Yun Sun, la directrice du programme Chine au Stimson Center, a déclaré à U.S. News qu’elle pensait que Pékin était impatient de « mettre la main sur tout ce que les États-Unis ont laissé sur la base ».

Elle a ajouté : « Si les talibans demandent l’aide de la Chine, je pense que la Chine décidera d’envoyer un soutien humain. Ils le présenteront probablement comme un soutien technique ou logistique. Il existe des précédents de ce type concernant les bases militaires étrangères. Mais une prise de contrôle par la Chine est peu probable. »

Yun Sun a également déclaré qu’elle pense que le Parti pourrait utiliser le Pakistan voisin, signataire du projet d’infrastructure et du piège à dettes de la l’initiative « Belt and Road initiative » (BRI) du PCC, pour satisfaire son désir de renforcer Bagram.

« Mais si cela s’avérait possible, je suis sûr qu’ils préfèreraient supprimer les intermédiaires », a ajouté Yun Sun.

Dans des commentaires de fin d’août, l’ancien vice-président afghan Amrullah Saleh, qui s’est déclaré président légitime en vertu de la Constitution de 2004 du pays et qui reste dans le pays, a déclaré que les talibans n’étaient qu’un « groupe mandataire » du Pakistan.

Amrullah Saleh a également déclaré que l’organisation terroriste ISIS-K, qui a revendiqué l’attentat suicide à l’aéroport de Kaboul qui a fait 13 morts parmi les soldats américains, prenait en fait racine chez les Talibans. « Toutes les preuves que nous avons en main montrent que les cellules [terroristes ISIS-K] prennent racine chez les Talibans et dans le réseau Haqqani, en particulier celles qui opèrent à Kaboul », a déclaré Amrullah Saleh sur Twitter.

Le réseau Haqqani est un lien notable. Dans son article, l’U.S. News rapporte que les talibans ont révélé le 7 septembre que « le gouvernement nouvellement formé comprendra comme ministre de l’intérieur Sirajuddin Haqqani, le descendant du célèbre groupe terroriste Haqqani Network basé au Pakistan ».
Le National Counterterrorism Center des États-Unis (NTC) qualifie le réseau Haqqani de « groupe d’insurgés le plus meurtrier et le plus sophistiqué ciblant les forces américaines, de la coalition, et afghanes en Afghanistan ».

Dans un article publié le 30 août par Newsline, Anas Haqqani, le fils de Jalaludin Haqqani, fondateur du réseau Haqqani, a déclaré sans ambages : « Nous sommes les talibans », afin de dissiper les accusations selon lesquelles le réseau serait une branche de l’agence pakistanaise Inter-Services Intelligence.

Alors que le monde libre se retirait d’Afghanistan, des rapports ont révélé que les forces spéciales d’Al Isha, une branche du réseau Haqqani, avaient pris le contrôle de plusieurs milliers de scanners biométriques militaires utilisés par l’armée américaine et d’une base de données comprenant jusqu’à 25 millions de données biométriques d’Afghans laissées sur place lors du retrait bâclé des troupes américaines, et qu’elles utilisaient cet atout pour traquer les alliés de l’OTAN.

Trop proche pour être confortable

En 2015, Melanie Hart, coordinatrice de la politique chinoise de l’administration Biden pour le bureau du sous-secrétaire d’État à la croissance économique, à l’énergie et à l’environnement, a, pendant son séjour au Center for American Progress (CAP), cosigné un document sur un accord entre le CAP et la China-United States Exchange Foundation, et une branche notoire du département du travail du Front uni du PCC, préconisant « un échange d’idées complet sur les domaines de coopération potentielle et d’intérêt commun entre les États-Unis et la Chine sur le thème du Moyen-Orient. »

Le document appelle directement les États-Unis à utiliser leur projet d’une « Nouvelle route de la soie » (New Silk Road - NSR) au Moyen-Orient pour aider Pékin à installer la BRI dans la région. « Le travail nord-sud de la NSR devrait servir de base et d’opportunité pour les projets de la Belt and Road en Asie centrale, ainsi qu’en Afghanistan et au Pakistan », peut-on lire dans le rapport.

Les auteurs ont fixé leur regard sur « la richesse des ressources en hydrocarbures à travers les États d’Asie centrale et les demandes croissantes en Afghanistan et au Pakistan en matière d’énergie pour stimuler le développement économique. »

« La New Silk Road et la Belt and Road initiative offrent toutes deux des investissements importants qui peuvent soutenir la durabilité économique de l’Afghanistan… Si elles travaillent en tandem, elles peuvent mener à bien de grands projets concrets dans la région. l’ampleur des besoins dans la région est extraordinaire. La BRI et la NSR ont plus de chances de réussir et de générer des retours importants si elles se complètent plutôt que de se faire concurrence pour les mêmes ressources. » poursuit le rapport.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.