Press "Enter" to skip to content

Monde. 2023 : une année électorale déterminante pour l’Union européenne

ACTUALITÉ > Monde

L’Union européenne se prépare à une année électorale déterminante, qui pourrait avoir une incidence considérable sur les événements à venir. Dans un contexte d’agitation sociale croissante, de pénuries énergétiques et alimentaires, de guerre russo-ukrainienne et d’une nouvelle vague imminente de Covid-19 avec la réouverture de la Chine, L’UE devra faire face à de nombreux défis en 2023.

Des élections nationales auront lieu cette année en Suisse, en République tchèque, en Estonie, en Finlande, en Grèce et en Espagne. Dans presque tous les cas, les partis concernés seront engagés dans une course au coude à coude.

Ces élections sont importantes, car elles peuvent avoir un impact considérable sur les politiques futures de plusieurs États européens.

Quelques acteurs clés de la scène électorale européenne, comme l’Allemagne, la Pologne et la Turquie, en proie à des luttes électorales internes, auront certainement un impact considérable au-delà de leurs frontières.

L’Allemagne

Dans un climat d’agitation sociale, d’allégations de fraude électorale et d’une tentative de coup d’État présumée du mouvement d’extrême droite « Reichsbürger », la Cour constitutionnelle de Berlin a déclaré invalides les élections du 26 septembre 2021 pour l’Abgeordnetenhaus de la ville qui sert de corps législatif à Berlin, ainsi que pour 12 représentants de district.

Le responsable des élections de l’État allemand, Stephan Bröchler, souhaite regagner la confiance du public dans le système démocratique après que des scènes chaotiques ont éclaté et qu’un référendum et un marathon ont eu lieu le même jour dans la capitale, entraînant de nombreuses pannes.

Stephan Bröchler a promis de superviser les nouvelles élections du Bundestag qui se tiendront le 12 février, déclarant que le système électoral allemand devait maintenant montrer que « nous avons appris de nos erreurs et que nous retrouverons la confiance dans la démocratie », rapporte l’édition germanophone de The Epoch Times.

Stephan Bröchler a invité un groupe de contrôleurs internationaux pour garantir la fiabilité des prochaines élections parlementaires dans l’une des démocraties les plus solides du monde occidental.
Actuellement, le Parti social-démocrate de Franziska Giffey, la maire de Berlin, gouverne avec les Verts et la gauche. Selon un récent sondage, ils sont cependant à égalité avec les chrétiens-démocrates (CDU) en première position. Mais selon d’autres sondages, ce sont surtout les Verts et la CDU qui s’affrontent dans les urnes. Dans tous les cas, il semble que les principaux concurrents seront très proches les uns des autres.

La Pologne

La Pologne, qui est dirigée par le parti Droit et Justice (PiS) depuis 2015, organisera des élections législatives nationales à l’automne. Ces élections sont cruciales car la Pologne s’est éloignée des politiques européennes centralisées, notamment lorsque, en octobre 2021, la Cour suprême polonaise a jugé que le droit national polonais avait la priorité sur le droit européen, un acte qu’un fonctionnaire de l’UE a qualifié d’« ingérence de la Cour de justice de l’UE dans le système juridique polonais. »

Malgré les critiques sévères des partenaires européens, les nationalistes polonais peuvent être rassurés car leur parti favori, le PiS, dirigé par le Premier ministre Mateusz Morawiecki, gouverne sans partage et a obtenu environ 37 % des voix dans les derniers sondages.

La Turquie

Des élections auront lieu en Turquie en juin prochain, mais la coalition au pouvoir et les partis d’opposition sont déjà dans une situation de blocage.

Le président Recep Tayyip Erdogan, du parti conservateur islamique AKP, dirige le pays depuis près de 20 ans d’une main de fer de plus en plus résolue, notamment avec la transition de 2014 d’un système parlementaire remplacé par un système présidentiel, amassant toujours plus de pouvoir.

Cependant, avec les tensions internationales et un taux d’inflation national de 80 %, la position de Recep Tayyip Erdogan ne semble plus aussi sûre. Les chances des six partis d’opposition qui ont uni leurs forces n’auraient jamais pu être plus prometteuses qu’aujourd’hui. Pourtant, la fusion de l’opposition hexagonale n’a pas réussi à se mettre d’accord sur un candidat à la présidence jusqu’à présent.

Par conséquent, ni l’AKP de Recep Tayyip Erdogan, ni le Parti du mouvement nationaliste (MHP) avec qui il a fait alliance, ni la sextuple coalition d’opposition ne devraient obtenir la majorité absolue au Parlement.

Le résultat des élections est d’une importance décisive en raison du rôle de la Turquie sur la scène internationale, du choix de son camp dans le conflit ukrainien et de son attitude belliciste, notamment à l’égard de son voisin, la Grèce.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : 2023: Europe Faces an Eventful Election Year

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.