Press "Enter" to skip to content

Chine. Mouvement Tuidang : renoncer à l’adhésion au Parti communiste chinois

ACTUALITÉ > Chine

Le livre intitulé : Neuf commentaires sur le parti communiste est l’un des écrits les plus censurés en Chine. Ce livre qui compile neuf éditoriaux, révèle la véritable nature du Parti communiste chinois (PCC).

En 2004, le journal d’outre-mer chinois Dajiyuan, mieux connu aujourd’hui sous le nom d’Epoch Times, a publié une série d’éditoriaux visant le Parti communiste chinois au pouvoir. La diffusion de cette série intitulée Nine Commentaries on the Communist Party (Neuf commentaires sur le parti communiste), a débuté en novembre 2004, déclenchant un mouvement de masse populaire incluant des centaines de millions de participants.

Selon le site internet tuidang.epochtimes.com, plus de 900 000 Chinois ont renoncé ce mois-ci à leur affiliation au PCC ou à ses deux organisations de jeunesse affiliées, rejoignant ainsi le rang des 386 millions de personnes qui ont renoncé à leur promesse de « donner leur vie » et de lutter pour le Parti communiste.

Attaquer le cœur du communisme

Même si les Neuf Commentaires ne fournissent qu’une description succincte de l’ascension du Parti et de son accession au pouvoir, la série définit avec précision les caractéristiques politiques et idéologiques de la Chine communiste qui distinguent le régime actuel de toutes les dynasties du passé.

Il y a plus de 70 ans, les armées communistes se sont emparées de la Chine continentale, présentant leur conquête comme le « choix » de l’histoire et du peuple chinois. S’adressant à ses partisans depuis les murs de la Cité interdite en octobre 1949, le président du Parti, Mao Zedong, a déclaré  : « le peuple chinois s’est levé ».

Mouvement Tuidang : renoncer à l’adhésion au Parti communiste chinois
Le Parti communiste chinois a imposé à la Chine une dictature sans précédent, causant la mort de quelque 80 millions de personnes par le biais d’exécutions, de travaux forcés, de tortures physiques et psychologiques et des vastes famines. (Image : Epoch Média Group)

Au lieu de cela, le PCC a imposé à la Chine une tyrannie sans précédent, causant la mort de quelque 80 millions de personnes soumises à des exécutions, aux travaux forcés, aux tortures physiques et psychologiques et aux vastes famines. Les religions ont été réprimées au profit de l’idéologie marxiste athée, et l’histoire de la civilisation chinoise datant de milliers d’années a été écartée en tant que « vieillerie  féodale » faisant place à la « Chine nouvelle » du PCC.

« S’appuyer sur la violence et la terreur pour conquérir et maintenir son pouvoir. Chaque lutte, chaque mouvement a été un exercice de terreur, faisant trembler le cœur du peuple chinois et le réduisant peu à peu à l’esclavage sous le contrôle du PCC », peut-on lire dans le premier des Neuf Commentaires.

Tromperie, cruauté, lutte

Ce processus de renforcement du régime et de l’idéologie du Parti n’a jamais vraiment pris fin.

Même après la mort de Mao Zedong et le début des réformes économiques, le PCC a conservé son emprise sur le pouvoir absolu. Les dirigeants du Parti ont envoyé des troupes massacrer les étudiants qui protestaient sur la place Tiananmen en 1989. Dix ans plus tard, le chef du PCC, Jiang Zemin, a interdit la pratique spirituelle du Falun Gong et lancé une campagne nationale pour persécuter les pratiquants dont le nombre était estimé entre 70 et 100 millions.

Les Neuf Commentaires mettent en lumière des exemples de la propension du PCC à exercer un contrôle total, digne d’une secte, sur l’esprit et le corps des personnes soumises à son autorité.

Mouvement Tuidang : renoncer à l’adhésion au Parti communiste chinois
 Logo officiel du 100ème anniversaire du Parti communiste chinois, affiché à l’entrée du Zhaoshan Scenic Spot, Xiangtan, Hunan, Chine.(Image : wikimedia / Huangdan2060 / CC BY 3.0)

Selon les Neuf commentaires, la doctrine violente du marxisme-léninisme du Parti communiste n’a pas aidé la Chine à rattraper son retard, mais a plutôt imposé une culture de « tromperie, de mensonge et de lutte » (假惡鬥) à l’ancienne civilisation.

Malgré le développement économique rapide de la Chine, beaucoup de régions font face à l’isolement et à la pauvreté. Le gouvernement chinois dépense des centaines de milliards de yuans pour surveiller et censurer la population, et les fonctionnaires corrompus transfèrent leurs gains mal acquis à l’étranger. En 2020, le PCC a supprimé les libertés de l’ancienne colonie britannique de Hong Kong, et plus d’un million de minorités ethniques sont actuellement détenues dans des camps de concentration.

Le mouvement Tuidang

Les Neuf Commentaires sur le Parti communiste sont largement diffusés en Chine continentale et sont le plus souvent associés aux pratiquants de Falun Gong.

En plus de distribuer des brochures et d’autres médias pour sensibiliser le public à la persécution dont ils font l’objet, de nombreux pratiquants diffusent des copies des Neuf commentaires et demandent au public de renoncer verbalement ou par écrit au PCC, à la Ligue de la jeunesse communiste et aux Jeunes pionniers.

Le mouvement , qui couvre les trois organisations du PCC, est connu sous le nom de mouvement Tuidang (退黨, se retirer du Parti) ou San Tui (三退, se retirer des trois organisations).

Mouvement Tuidang : renoncer à l’adhésion au Parti communiste chinois
Une femme à Hong Kong discute du mouvement Tuidang avec les passants, pour les aider à renoncer à leur affiliation au Parti communiste chinois (PCC). (Image : Minghui.org)
Mouvement Tuidang : renoncer à l’adhésion au Parti communiste chinois
Chine continentale : un message peint à la bombe sur un mur de Chine continentale exhorte les gens à prendre part au mouvement Tuidang et à renoncer à leur serment vis-à-vis du PCC. (Image : Epoch Média Group)
Mouvement Tuidang : renoncer à l’adhésion au Parti communiste chinois
Une déclaration Tuidang pour se retirer du Parti communiste chinois (PCC), affichée à Harbin, au nord-est de la Chine. (Image : Epoch Média Group)
Mouvement Tuidang : renoncer à l’adhésion au Parti communiste chinois
Une déclaration Tuidang écrite sur un billet de 10 yuans. (Image : Epoch Média Group)
Mouvement Tuidang : renoncer à l’adhésion au Parti communiste chinois
Un délégué au Congrès du peuple de la province de Fujian renonce ouvertement à ses liens avec le PCC. La déclaration a été faite aux alentours du 1er juillet, date anniversaire de la fondation du PCC. (Image : Epoch Média Group)

Des millions de déclarations de retrait du PCC, émanant de citoyens chinois et de Chinois d’outre-mer ont été enregistrées sur le site Tuidang. Selon les bénévoles qui enregistrent ces déclarations, beaucoup de participants choisissent d’annuler leur serment en utilisant un pseudonyme, en raison des risques potentiels pour leur liberté ou leur carrière. Cependant un grand nombre ont choisi d’utiliser leur véritable identité.

D’après les statistiques officielles, le Parti compte plus de 90 millions d’adhérents. La  plupart des élèves des écoles primaires sont des Jeunes pionniers. La Ligue de la jeunesse communiste, qui prépare les jeunes à devenir membres du Parti, compte également des dizaines de millions de membres.

Même si la persécution envers les pratiquants de Falun Gong en Chine dure depuis plus de 20 ans, un rapport de Freedom House de 2017 estime que des millions de pratiquants sont actifs. Par ailleurs, des militants pour la démocratie et des pratiquants d’autres confessions interdites par le PCC diffusent également les Neuf commentaires, ce qui contribue à l’étendue de leur diffusion.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.