Press "Enter" to skip to content

Chine. Les coronavirus comme arme biologique selon des scientifiques militaires chinois

ACTUALITÉ > Chine

Sharri Markson, une journaliste australienne qui couvre la pandémie de Covid-19 a déclaré dans une interview récente à Fox News que des scientifiques militaires chinois avaient mis en garde il y a cinq ans contre l’utilisation des coronavirus comme arme biologique. Elle travaille actuellement à la rédaction d’un livre intitulé What Really Happened In Wuhan, dont la sortie est prévue en septembre.

Alors qu’elle s’adressait à l’animatrice Maria Bartiromo dans le cadre de l’émission Sunday Morning Futures, la journaliste australienne a parlé des documents que la Chine avait officiellement soumis à la Convention sur les armes biologiques des Nations unies en 2011. Elle a déclaré qu’ils étaient « effrayants et terrifiants ».

« Il y est question… de recherches impliquant des virus génétiques, spécifiques, donc ciblant des personnes en fonction de leur race. Ils discutent de la façon dont les fuites de laboratoire composent une menace latente pour l’humanité… Ils parlent des agents pathogènes fabriqués par l’homme et de la façon dont cela peut également constituer un grand risque pour l’humanité. Il s’agit donc de documents vraiment choquants, d’autant plus qu’il s’agit d’une soumission officielle du gouvernement chinois », a déclaré Sharri Markson lors de l’émission.

Un document daté du 23 novembre 2011 prévient que des erreurs accidentelles dans les laboratoires de biotechnologie peuvent mettre l’humanité en « grand danger ». Un autre document parlait de l’utilisation de la biotechnologie à des fins hostiles. Il indiquait que l’utilisation de nouveaux types de biotechnologies militarisées se développe et constitue une « menace latente » pour la société humaine.

Un troisième document affirme qu’« une fois que des éléments hostiles auront compris que différents groupes ethniques présentent des susceptibilités génétiques intrinsèquement différentes à des agents pathogènes particuliers », ces connaissances pourront être utilisées pour créer des armes génétiquement ciblées visant des groupes raciaux présentant une susceptibilité spécifique.

Sharri Markson cite le premier document qui exprime des inquiétudes quant à un accident de laboratoire. Il remet en question le rejet pur et simple par Peter Daszak, président de Beijing et de l’EcoHealth Alliance (EHA), de la théorie de la fuite du laboratoire sur l’origine de la Covid-19 comme étant une simple conspiration. L’EHA fait actuellement l’objet d’un examen minutieux pour avoir utilisé des subventions accordées par les Instituts nationaux de la santé des États-Unis (NIH) pour financer des recherches à l’Institut de virologie de Wuhan (WIV), d’où le virus Covid-19 est soupçonné d’avoir fui.

La journaliste australienne a également décrit comment son pays a été frappé de droits de douane et soumis à la coercition économique par le gouvernement chinois communiste pour avoir demandé une enquête sur les origines de la pandémie. Elle a demandé pourquoi les dirigeants des États-Unis et de l’Europe ne demandent pas de réponses au régime communiste.

« Ce virus a ravagé le monde entier. Et comment se fait-il qu’un an et demi plus tard, il n’y ait pas eu d’enquête ? »

En mai, The Sun a fait état de nombreux documents rédigés par des responsables de la santé publique et des scientifiques militaires chinois en 2015. Des responsables américains enquêtant sur la COvid-19 les avaient reçus. Les scientifiques affirmaient que les coronavirus responsables du SRAS annonçaient une « nouvelle ère d’armes génétiques. » Ils se vantaient que les virus pouvaient être « manipulés artificiellement pour devenir un virus de maladie humaine émergente, puis utilisés comme arme et libérés d’une manière jamais vue auparavant. »

Les articles théorisent sur une attaque à l’arme biologique capable de forcer « l’effondrement du système médical de l’ennemi ». Ils proposent également que le virus responsable du SRAS qui a frappé la Chine en 2003 pourrait être un virus artificiel déclenché par des terroristes. Les auteurs du document citent les travaux du colonel Michael J. Ainscough, de l’armée de l’air américaine, qui a prédit que la troisième guerre mondiale pourrait être menée à l’aide d’armes biologiques.

Les documents énumèrent les noms de certains membres éminents du secteur de la santé publique en Chine, dont l’ancien directeur adjoint du Bureau chinois de prévention des épidémies, Li Feng. Le rédacteur en chef de ces documents, Xu Dezhong, est connu pour avoir fait un rapport à la direction du ministère chinois de la Santé et de la Commission militaire chinoise pendant l’épidémie de SRAS de 2003.

Dix des auteurs cités dans les articles sont des experts en armement et des scientifiques affiliés à l’Université médicale de l’armée de l’air de Xi’an, placée sous le commandement du président Xi Jingping en 2017.

Une vidéo publiée en juin avait montré des chercheurs de la WIV expérimentant sur des chauves-souris et des souris « humanisées » dont les poumons imitent ceux des humains. Dans une interview avec Tucker Carlson de Fox News, Sharri Markson a déclaré que la vidéo avait été obtenue par une « équipe autonome de détectives » qui se fait appeler DRASTIC. Il s’agissait d’une bobine officielle de l’Académie chinoise des sciences. Elle a également critiqué l’inclusion du Dr Anthony Fauci dans l’équipe COvid-19 du gouvernement. Le Dr Fauci est le chef de l’Institut national des maladies allergiques (NIAID), l’organisation qui avait accordé l’argent du NIH à Ecohealth. Cet argent a financé le laboratoire de virologie de Wuhan.

« Anthony Fauci ne devrait pas conseiller le président sur l’origine du coronavirus étant donné que c’est son organisation (NIAID) qui a versé de l’argent à l’Institut de virologie de Wuhan par le biais d’une subvention secondaire… (Fauci) peut émettre tous les démentis qu’il veut, mais les documents scientifiques indiquent qu’ils ont été financés par le NIH », a déclaré Sharri Markson.

Forum sur l’origine de la Covid-19

Le 29 juin, les républicains de la Chambre des représentants des commissions sur le coronavirus et sur la surveillance ont organisé un forum d’experts chargés de discuter de la théorie  selon laquelle le coronavirus aurait accidentellement fuité d’un laboratoire de Wuhan.

Le Dr Steven Quay, fondateur d’Atossa Therapeutics, a démenti l’affirmation de la Chine communiste selon laquelle le virus proviendrait d’un marché humide. Il estime que certains « faits incontestés » soutiennent la théorie de la fuite en laboratoire. Les experts soutiennent également l’hypothèse de l’accélération du gain de fonction, un processus qui consiste à modifier les agents pathogènes pour en augmenter la transmissibilité et la pathogénie.

Le Dr David Asher, chercheur principal à l’Institut Hudson, a déclaré qu’il était « grand temps » d’imposer des coûts à Pékin pour son « mépris flagrant » des obligations découlant des traités internationaux ainsi que pour son indifférence systématique, sa dissimulation et son inaction.

« Que l’on pense que la Covid-19 provient d’un hôte zoonotique, d’une grotte de chauve-souris, d’une cargaison d’aliments congelés ou d’un dangereux programme de recherche à " double usage " d’un laboratoire de Wuhan soutenant les programmes non déclarés d’armes biologiques de la Chine, le monde a besoin de réponses de la part du Parti communiste chinois. Ce sont des réponses que la Chine ne fournira pas à moins qu’elle ne doive payer le prix fort pour sa dissimulation, sa désinformation, son mépris et sa subversion », a déclaré M. Asher lors de l’audition.

Le représentant républicain Mike Gallagher a demandé la déclassification des renseignements liés à la Covid-19, un audit sur l’argent des contribuables qui pourrait avoir financé la WIV, une assignation à comparaître à EcoHealth pour obtenir des informations liées à leur travail avec la WIV, et une enquête sur les violations potentielles de la convention sur les armes biologiques.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.