Press "Enter" to skip to content

Société. Le chant peut soulager le stress, renforcer le système immunitaire et contribuer au bien-être

TENDANCE > Société

Nous connaissons tous le pouvoir de la musique. Elle peut évoquer un large éventail d’émotions , permettre de remonter le moral et nous soutenir dans l’épreuve du deuil. Pourtant, chanter peut se révéler plus efficace que d’écouter de la musique. En plus d’être un exercice salutaire, chanter à voix haute s’est avéré être un moyen de réduire le stress, d’améliorer l’humeur et lorsque notre humeur s’améliore, notre santé suit.

Sarah Wilson, neuropsychologue clinicienne et directrice de l’école des sciences psychologiques de l’université de Melbourne, a dirigé une étude visant à déterminer ce qui se passe dans le cerveau lorsque nous chantons. Des examens IRM ont montré que le « réseau du chant » dans le cerveau comprend des zones non seulement dans l’hémisphère du langage, mais aussi dans les zones impliquées dans l’émotion, le mouvement de production du son et l’articulation.

Pourquoi le stress diminue lorsque l’on chante

Comme tout exercice d’aérobic, le chant libère des endorphines, les hormones du bien-être, ou peptides, libérés par l’hypophyse dans le cerveau. Nous ne pensons peut-être pas que le chant est un exercice d’aérobic, mais la respiration profonde nécessaire pour remplir nos poumons, la concentration nécessaire pour maîtriser nos cordes vocales, ainsi que les mouvements de la bouche et du corps qu’il implique, exigent tous un effort physique, alors oui, c’en est un !

Ces endorphines réduisent le stress directement en améliorant notre humeur et indirectement, car avec une vision plus positive, notre immunité est renforcée, ce qui améliore notre capacité à gérer le stress.

La respiration elle-même peut également être considérée comme un moyen de réduire le stress. Notre système nerveux parasympathique, lié à des situations physiques calmes et reposantes, est stimulé lorsque la respiration diaphragmatique (ou abdominale) permet un taux élevé d’échange d’oxygène dans les cellules des poumons. Une étude des facteurs neurophysiologiques à l’origine de la respiration thérapeutique a révélé que la concentration nécessaire pour contrôler notre respiration stimule également les zones du cerveau liées aux émotions et à la conscience.

Effets physiques positifs du chant

Une étude menée en 2004 sur les effets du chant par rapport à la simple écoute de musique a révélé que les chanteurs présentaient des taux plus élevés d’immunoglobuline A, un anticorps que nous utilisons contre les infections, ce qui renforce sensiblement le système immunitaire.

Une étude menée en 2008 sur le ronflement, un symptôme de l’apnée obstructive du sommeil (AOS), a révélé que les chanteurs étaient moins susceptibles de ronfler que leurs conjoints qui ne chantent pas. Les chercheurs ont donc proposé le chant comme thérapie contre le ronflement. Jouer d’un instrument à vent semble également réduire le ronflement et ces deux activités peuvent être considérées comme utiles dans le traitement de l’AOS.

La respiration profonde et l’utilisation contrôlée des muscles respiratoires requises pour le chant peuvent également améliorer la fonction pulmonaire. Les personnes souffrant de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), d’asthme et de mucoviscidose peuvent bénéficier des effets accrus du chant régulier sur le système respiratoire.

L’exercice consistant à se remémorer les paroles d’une chanson peut améliorer la mémoire. Une étude de 2016 a révélé que les patients atteints d’Alzheimer étaient non seulement capables de se souvenir des paroles de chansons plus facilement que d’autres choses, mais que chanter des chansons familières déclenchait également des souvenirs qu’ils avaient précédemment oubliés. De nombreux participants étaient capables de se rappeler des informations autobiographiques détaillées après avoir chanté une chanson de leur jeunesse.

Des recherches ont également été menées pour déterminer si le chant peut aider les personnes dont la parole est affectée par des troubles neurologiques. Des études ont montré que le chant améliore la capacité d’élocution des personnes atteintes d’autisme, de la maladie de Parkinson, d’aphasie due à un accident vasculaire cérébral et de bégaiement. Peut-être parce que le chant sollicite de nombreuses zones du cerveau, la communication peut être obtenue en compensant la zone altérée par une autre zone active.

Le chant peut soulager le stress, renforcer le système immunitaire et contribuer au bien-être
Concert régional des Golden Singers au YMCA JLM. Chanter en groupe apporte un grand sentiment de complicité et d’empathie. (Image : Ambassade des États-Unis à Jérusalem / Flickr / CC BY 2.0)

Le chant en groupe développe l’empathie et le sentiment d’appartenance

La musique apporte beaucoup. Le chant, d’autant plus. Le chant en groupe est peut-être ce qu’il y a de mieux. Comme l’explique Mme Wilson dans son rapport, « il est prouvé qu’en général, le fait de chanter en groupe renforce notre sentiment d’empathie et de lien social. C’est ce que nous constatons dans les clubs de football… C’est une activité qui renforce la communauté, car nous sommes unis par notre voix. »

Outre les endorphines, l’ocytocine (ou « hormone de l’amour ») est également libérée dans l’acte de chanter. L’ocytocine, en tant qu’hormone, joue un rôle important dans la procréation, l’allaitement et l’activité sexuelle. En tant que messager chimique, on pense qu’elle est liée au sentiment de confiance et d’attachement. Ainsi, lorsque nous chantons en groupe, nous ressentons un sentiment chaleureux de connexion.

Une étude de 2014, portant sur plus de 11 000 écoliers, a révélé que les enfants développaient un fort sentiment de communauté lorsqu’ils étaient placés dans un programme de chant et d’engagement musical. De même, une étude plus restreinte menée auprès d’adultes a montré un plus grand sentiment de connexion significative et de bien-être chez ceux qui chantaient en groupe que chez ceux qui chantaient seuls. Ce sentiment de lien social est également censé renforcer la tolérance à la douleur.

Chant et spiritualité

Sarah Wilson pense que le chant est « fondamental dans notre constitution biologique » et qu’il est l’une des « choses innées qui nous unissent et nous rendent plus forts ».

En effet, le chant fait partie intégrante de la vie depuis l’Antiquité, en tant que forme de dévotion au divin. Toutes les grandes religions ont leurs propres hymnes, chants, chansons ou écritures chantées.

Une telle expression d’amour et de gratitude envers le divin contribue à apaiser l’anxiété, la dépression et la tension. En chantant, les peurs et les soucis sont oubliés, le cœur se remplit de joie et de rayonnement, un peu comme une puissante méditation. Dans une offrande à l’esprit céleste, la sincérité de l’amour et la dévotion sont plus importantes que votre voix.

Votre voix est-elle importante à d’autres fins pratiques ? Oui et non. Les personnes qui ne chantent pas n’exercent que le réseau linguistique de leur cerveau lorsqu’ils chantent, de sorte que certains des avantages que nous avons abordés ne sont pas réalisés. En revanche, lorsque nous nous adonnons au chant, nous pouvons développer le réseau spécialisé du chant dans le cerveau et en retirer les bénéfices physiologiques. En résumé, s’il n’est pas nécessaire d’être un oiseau chanteur pour tirer profit du chant, la pratique améliorera non seulement votre expérience musicale, mais aussi votre santé et votre bonheur.

Rédacteur Swanne Vi

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.