Press "Enter" to skip to content

Opinion. Dr Frank Tian Xie analyse l’Initiative Ceinture et Route de Pékin

TENDANCE > Opinion

Les menaces géopolitiques, économiques et culturelles posées par l’Initiative Ceinture et Route de Pékin sont devenues une préoccupation croissante ces dernières années. Certains observateurs ont qualifié le projet de « diplomatie du piège de la dette ». Dans une interview accordée à Vision Times, le Dr Frank Tian Xie, professeur à l’Aiken School of Business de l’Université de Caroline du Sud, révèle la substance de l’Initiative Ceinture et Route du gouvernement de Pékin et analyse plus en détail les éléments qui conduisent à dire qu’elle est au bord de l’effondrement.

Le plan Marshall américain et l’Initiative Ceinture et Route de Pékin

Selon les médias chinois, lorsque le gouvernement de Pékin a exporté pour la première fois l’Initiative Ceinture et Route, il a annoncé qu’il conduirait d’autres pays à construire une route prospère : faisant écho à la proposition ultérieure de Xi Jinping de « construire une communauté de destin humain ».

Toutefois, ces dernières années, de nombreux projets de « Une Ceinture et Une Route » ont été annulés ou interrompus par certains pays : en raison de problèmes liés au financement, au prix des projets et à la main-d’œuvre, mais aussi en lien avec des préoccupations géopolitiques.

« L’Initiative Ceinture et Route du gouvernement chinois a été lancée avec des motifs discutables », a déclaré le Dr Frank Tian Xie. « Certains pensent que l’Initiative Ceinture et Route est un peu comme le plan Marshall américain pour l’Europe. Ce n’est pas vrai du tout. À l’époque, le plan Marshall américain a réellement alloué des dizaines de milliards de dollars, soit des centaines de milliards de dollars d’aujourd’hui pour aider l’Europe à se relever : reconstruire l’Europe après la guerre et lutter contre le défi de l’idéologie communiste. Ce programme a joué un rôle déterminant dans la reconstruction de l’Europe d’après-guerre. À cette époque, les économies de tous les pays étaient en récession. Mais les États-Unis n’avaient pas été touchés par la guerre et leur économie s’était très bien rétablie, ce qui leur permettait d’aider les autres pays », a-t-il précisé.

« L’entité faisant l’objet du contrat pour le projet des Trois Gorges est le projet Gezhouba. Lorsqu’il a été mis en place, c’était pour préparer le projet des Trois Gorges. Après la construction, il restait des centaines de milliers de travailleurs. Donc on a dû passer au projet suivant », a précisé Dr. Frank Tian Xie. (Image : wikimedia / Derivative work: Rehman / CC BY 2.0)

« Ce n’est pas le cas de la Chine. Le Parti communiste chinois ne cherche pas à aider les autres pays. En fait, c’est parce qu’il a lui-même utilisé les infrastructures et l’excès d’infrastructures pour construire dans le pays. De fait, la Chine a contracté des dettes énormes et créé d’énormes bulles d’actifs et il n’y a aucun moyen d’absorber la capacité de production excessive de ces infrastructures : qu’il s’agisse de matériaux de construction, de travailleurs de la construction ou d’équipements de construction. Par exemple, si l’on prend le projet des Trois Gorges. L’entité faisant l’objet du contrat pour le projet des Trois Gorges est le projet Gezhouba. Lorsque Gezhouba a été mis en place, c’était pour préparer le projet des Trois Gorges. Après la construction de la centrale hydroélectrique de Gezhouba, il restait des centaines de milliers de travailleurs à Gezhouba. Donc on a dû passer au projet suivant. À l’époque, l’évaluation du projet des Trois Gorges n’avait pas été réalisée de manière objective et de nombreuses personnes s’y opposaient. En fait, le groupe de sociétés Gezhouba est un énorme groupe d’intérêt. Il a insisté pour que le projet des Trois Gorges soit lancé le plus rapidement possible, pour ses propres intérêts, et nous savons tous ce qui s’est passé ensuite, aboutissant à la situation actuelle », a précisé le Dr. Frank Tian Xie.

Vendre les capacités excédentaires, piller les ressources locales et exporter l’idéologie

Dr. Frank Tian Xie a également souligné ce qui lui paraît être la véritable intention du Parti communiste chinois (PCC) pour exporter le projet « Une Ceinture et Une Route ». « En fait, la Chine elle-même surproduit ses infrastructures et exporte ses capacités excédentaires vers d’autres pays, dans l’espoir de commercialiser les produits excédentaires de la Chine vers d’autres pays par le biais de " Une Ceinture et Une Route ". L’une est l’ancienne route de la soie et l’autre est la route de la soie par la mer. Tout en exportant, le Parti communiste chinois s’imagine aussi qu’il va remodeler la structure du commerce, du transport et de l’économie mondiale de toute la communauté internationale, avec la Chine au centre ».

« Par conséquent, outre le transfert des capacités de production excédentaires et le pillage des ressources locales, le PCC a également des objectifs géopolitiques évidents. Par exemple, les centaines de kilomètres du corridor économique Chine-Pakistan avec le Pakistan, le long desquels de nombreuses centrales électriques et diverses installations ont été construites, ont en fait empiété sur les intérêts de l’Inde, qui s’est associée au projet. Le Parti communiste chinois s’en sert pour lier ses partenaires de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), qui ont beaucoup d’ambitions stratégiques, et il veut aussi répandre son idéologie communiste dans le monde », a-t-il assuré.

Le Parti communiste chinois risque de s’endetter lourdement

Selon les rapports, le projet « Une Ceinture et Une Route » est appliqué par Pékin, principalement aux pays pauvres. « Malheureusement, la plupart de ces pays se sont endettés. Le projet " Une Ceinture et Une Route " du Parti communiste chinois a commencé en Afrique et en Amérique latine, puis s’est déplacé en Asie », a déclaré Dr. Frank Tian Xie.

« En Asie du Sud-Est, il a en fait endetté de nombreux pays. Les projets d’infrastructures de la Chine elle-même sont en crise de dettes, et elle a endetté d’autres pays comme l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, la Thaïlande, le Myanmar, etc. Nous savons également qu’au Sri Lanka, le Parti communiste chinois a lancé le projet " Une Ceinture et Une Route ", car le gouvernement local ne pouvait pas rembourser l’argent. Le gouvernement sri-lankais a donc dû signer un bail de 99 ans avec le Parti communiste chinois pour le port de Hambantota, à titre d’hypothèque. C’est en fait de
la même nature que la folie de pillage du capitalisme primitif occidental, il y a un siècle. Nombreux sont ceux qui qualifient ce pillage par le Parti communiste chinois de pillage néo-colonialiste barbare »
, a-t-il précisé.

États membres de la nouvelle route de la soie en 2019. La Chine est en rouge clair et les autres membres en rouge foncé. (Image : wikimedia / Empreur supreme jonathan / CC BY-SA 4.0)

Une Ceinture et Une Route s’étend à l’Europe

« Ces dernières années, " Une Ceinture et Une Route " de Pékin s’est étendue de l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie à l’Europe. Voice of America a récemment rapporté que la République du Monténégro, en Europe centrale et orientale, qui croule désormais sous une dette chinoise d’environ un milliard de dollars, en raison de sa participation au programme "Une Ceinture et Une Route " est utilisée par les autorités chinoises pour exercer une plus grande influence sur le pays. Le pays est un ancien état yougoslave, et sa propre économie n’est pas très forte, surtout maintenant que la guerre civile est terminée. Ses infrastructures sont vieillissantes et son économie faible, ce qui donne au Parti communiste chinois une excuse pour profiter de la situation et construire une autoroute, afin de promouvoir " Une Ceinture et Une Route " dans les Balkans. Mais la Chine n’a pas suivi le plan initial, elle a enfreint la loi, détruit l’écologie locale et pollué les rivières. De plus, elle emploie ses propres travailleurs, invoquant ses propres réglementations en matière de production et de construction et ses propres capacités en matière d’infrastructures », a précisé le Dr. Frank Tian Xie.

« La République du Monténégro, qui ne peut pas rembourser sa dette d’un milliard de dollars à la Chine, a demandé à adhérer à l’Union européenne, cherchant à obtenir l’aide du club des riches voisins. En théorie, si vous ne pouvez pas rembourser la dette du Parti communiste chinois, vous devriez vous adresser au Parti communiste chinois et lui demander d’effacer votre dette. Il est donc clair que " Une Ceinture et Une Route " a permis à ces petits pays de tomber dans le piège de l’endettement de Pékin, dont ils sont incapables de s’extraire », a-t-il souligné.

Les ambitions géopolitiques de la Chine

Dr. Frank Tian Xie poursuit son analyse en avançant : « Un autre point est que même dans les Balkans, les républiques du Monténégro, de la Serbie et de la Croatie, qui faisaient à l’origine partie de la Yougoslavie, ont beaucoup de liens complexes avec la Russie. Les forces russes, les forces serbes, les forces de l’UE et de l’OTAN sont donc en concurrence au Monténégro. Aujourd’hui, le Parti communiste chinois est impliqué en Serbie où il tente d’éloigner l’influence russe du pays. Ce n’est pas une bonne chose pour la paix dans le monde. Nous savons que la Serbie a été l’étincelle de la Première Guerre mondiale : en fait, la cause profonde de la guerre mondiale. S’il y a un conflit entre les pays ici, ce n’est pas une bonne perspective ».

« Je pense que l’importance de cet incident est qu’il a rendu le monde plus conscient du danger que représente l’Initiative Ceinture et Route de Pékin, qui a commencé par toucher les pays africains, les pays asiatiques et maintenant les pays européens. », a-t-il ajouté.

Les devises étrangères de Pékin se tarissent, le projet « Une Ceinture et Une Route » risque d’être abandonné

Selon une étude publiée par le Center for Strategic and International Studies, un groupe de réflexion américain, la Chine a déclaré lors de la promotion du projet « Une Ceinture et Une Route » en Europe et en Asie, que le partage des contrats et des financements d’infrastructures avec d’autres pays n’est qu’un concept complémentaire. L’étude montre que dans les pays d’Asie et d’Europe où la Chine s’est lancée, 89 % des entrepreneurs qui ont financé des projets d’infrastructures de transport sont des entreprises chinoises, tandis que seulement 11 % des entrepreneurs sont originaires d’autres pays. En outre, le coût local par kilomètre de la construction de routes par des entreprises chinoises est le plus cher de toutes les constructions de routes européennes.

« Nous savons qu’au début de l’initiative Ceinture et Route de Pékin, le Parti communiste a mis en place la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, la Banque asiatique d’investissement et le Fonds de la Route de la Soie », a déclaré Dr. Frank Tian Xie. « Au début, elle a investi des dizaines de milliards de dollars, mais ensuite elle a commencé à changer. Le plus important est que le Parti communiste chinois semble à court d’argent. Les devises étrangères du Parti communiste chinois ont commencé à manquer et les difficultés financières à surgir, alors il a mis en Renminbi (yuan) ou RMB. S’ils mettaient du RMB, ces pays ne pourraient pas obtenir de dollars, ils ne pourraient obtenir que du RMB, et le RMB ne pourrait être utilisé que pour acheter de la main-d’œuvre chinoise et des équipements chinois. Ce qui était injuste pour ces pays qui se retrouvaient avec une énorme dette en RMB. De plus, la hausse et la baisse du RMB sont contrôlées par le Parti communiste chinois, ce qui est très dangereux pour ces pays. Je pense donc que l’Initiative Ceinture et Route de Pékin sera probablement abandonnée en cours de route », a-t-il ajouté.

La Chine en rouge, les membres de l’Initiative Ceinture et Route en orange, les six corridors1 en noir et en bleu. (Image : wikimedia / Lommes / CC BY-SA 4.0)

Les pays occidentaux bloquent le projet chinois « Une Ceinture et Une Route »

Il a été signalé que l’initiative Ceinture et Route de Pékin a subi des revers dans un certain nombre de pays ces dernières années, en raison de problèmes géopolitiques ou financiers. De nombreux pays craignent également que la Chine tente de les contrôler par le biais de ces projets. Dr. Frank Tian Xie a souligné que le projet « Une Ceinture et Une Route » du Parti communiste est motivé par des considérations géopolitiques, qu’il met en danger la souveraineté et pose un risque pour la sécurité nationale. De plus en plus de pays résistent et voient le danger. Le Parti communiste chinois n’a aucune bonne volonté, il veut seulement pousser ses capacités excédentaires vers d’autres pays et utiliser sa propre main-d’œuvre. Il n’est pas disposé à aider réellement ces pays à relancer leur économie.

« Aujourd’hui, en raison de l’attitude offensive du PCC au Xinjiang, à Hong Kong et dans le détroit de Taïwan, les pays occidentaux tels que les États-Unis, la Grande-Bretagne et le Japon tentent de trouver des moyens de sanctionner le PCC et résister conjointement au projet "Une ceinture et une route" du PCC », a-t-affirmé.

Selon des rapports australiens, le gouvernement fédéral de l’Australie, par le biais de Marise Morrison, a récemment annulé l’accord « Une Ceinture et Une Route » signé entre le gouverneur du Parti travailliste de Victoria et le Parti communiste chinois, au motif qu’il ne servait pas les intérêts de la sécurité nationale de l’Australie. Certains experts affirment que les pays occidentaux tels que l’Europe et les États-Unis partagent les mêmes valeurs, des systèmes politiques similaires et des besoins communs en matière de sécurité et peuvent facilement former une alliance naturelle pour résister ou réduire les ambitions politiques du Parti communiste chinois en matière d’expansion internationale par le biais de « Une Ceinture et Une Route ».

Selon les médias chinois, au cours des presque cinq années écoulées entre le lancement de « Ceinture et Une Route » en 2013 et 2018, seuls 30 % des projets ont été couronnés de succès sur la scène internationale, tandis que les 70 % restants ont été inefficaces ou ont échoué.

Certains médias à l’extérieurs de la Chine ont souligné que les investissements massifs et inefficaces, réalisés par le Parti communiste chinois pourraient ne pas être en mesure d’assurer un retour sur investissement : ce qui entraînerait la chute de l’économie chinoise. Finalement le boomerang retournera à son lanceur.

Traduit par Charlotte Clémence

Version en chinois : 【謝田時間】北京一帶一路惹眾怒 面臨夭折