Press "Enter" to skip to content

Culture. Inverser l’ordre des mots c’est inverser le poids et le sens des mots

TENDANCE > Culture

Lorsque l’ordre des mots est inversé, cela peut souvent être une source de grand intérêt, voire d’humour. La créativité est souvent révélée, la banalité est supprimée. Mais la nouveauté, le poids et le sens des mots sont également « inversés ».

En fait, l’inversion de l’ordre des mots ne donne pas seulement un sentiment de nouveauté et d’originalité, elle permet aussi de voir l’esprit héroïque et la force qui s’y manifestent.

Une inversion de l’ordre et du sens des mots révèle l’esprit de son auteur

Sous la dynastie Jin (晋朝 : 265-420), un homme appelé Sun Chu voulait se retirer parmi les montagnes et les rivières. II a donc dit à son ami Wang Ji qu’il allait « se gargariser avec des cailloux et se bassiner l’oreille avec des ruisseaux ».

Quand Wang Ji a entendu cela, il s’est dit : « Dans les montagnes, il se gargarisera avec de l’eau courante et utilisera des pierres comme oreiller. Il a dû mal interpréter la phrase et inverser le sens des mots dans l’expression " se gargariser d’eau et utiliser des cailloux comme oreiller " par " se gargariser avec des cailloux et se bassiner l’oreille avec des ruisseaux " ». Il a alors demandé : « On peut appuyer la tête sur l’eau des ruisseaux, mais peut-on utiliser des cailloux pour se gargariser ? ».

Sans y réfléchir, Sun Chu a dit : « Si j’utilise l’eau courante, c’est pour nettoyer mes oreilles. Si je me gargarise avec des cailloux, c’est pour aiguiser mes dents ».

Il semble que Sun Chu n’a pas fait un lapsus, mais a délibérément inversé l’ordre des mots. C’est à partir de ce moment-là que l’expression « se gargariser avec des cailloux et se bassiner l’oreille avec des ruisseaux » (Shu Shi Zhen Liu) a été inventée et que l’on a ressenti l’audace de Sun Chu.

L’écrivain contemporain japonais, Natsume Kinnosuke, a tellement aimé cette expression qu’il utilise « Natsume Soseki » (NDTR : « Soseki » est la traduction japonaise de « Shu Shi ») comme nom de plume. Soseki, quel nom audacieux !

Inverser l’ordre des mots c’est inverser le poids et le sens des mots
La phrase de Robert Koch : « traiter n’importe quel patient avec le même soin que l’empereur », a été acceptée par l’empereur avec conviction. Le fait que « chaque patient » soit traité sur un pied d’égalité avec l’empereur est le signe que l’empire qu’il dirige est différent. Cette inversion de l’ordre donne une idée de la sagesse de Robert Koch. Mais aussi de son courage et de son intégrité. (Image : wikimedia / Wilhelm Fechner / Domaine publique)

Une inversion de l’ordre des mots pour transmettre la sagesse

Le célèbre médecin allemand et découvreur du bacille de la tuberculose, Robert Koch (1843 – 1910), est l’une des personnes les plus célèbres et les plus courageuses au monde. Il était très connu et avait un très grand nombre de patients.

À une occasion, l’empereur allemand a invité Robert Koch dans son palais. L’empereur lui a demandé : « J’aimerais que vous me traitiez avec plus de soin que vous ne le faites pour les autres patients ». En entendant cela, Robert Koch s’est dit : « Je traite déjà chaque patient comme je traite l’Empereur ». Il a donc répondu : « Ce n’est pas possible ». « Pourquoi ? », a demandé le Kaiser, un peu surpris et mécontent. Robert Koch lui a alors expliqué le fond de sa pensée. En comprenant le sens des mots de Robert Koch, le Kaiser a ri de bon cœur.

La phrase « traiter tout patient avec le même soin que l’empereur » est similaire à « traiter l’empereur avec le même soin que chaque patient », avec l’inversion de l’ordre des mots « patient » et « empereur ».

Mais si Robert Koch avait dit : « traiter l’empereur avec le même soin que chaque patient » : cela reviendrait à comparer l’empereur à « chaque patient », c’est-à-dire aux gens ordinaires, ce qui, selon le Kaiser, serait certainement « dégradant » pour l’empereur et ne serait pas acceptable pour lui.

Mais la phrase « traiter n’importe quel patient avec le même soin que l’empereur » a été acceptée par l’empereur avec conviction. La raison ? Le fait que « chaque patient » soit traité sur un pied d’égalité avec l’empereur est le signe que l’empire qu’il dirige est extraordinaire.

Cette inversion de l’ordre donne une idée de la sagesse de Robert Koch. Mais aussi de son courage et de son intégrité.

Certaines inversions de l’ordre des mots peuvent même changer le cours de l’histoire.

Inverser l’ordre des mots c’est inverser le poids et le sens des mots
Zeng Guofan s’est finalement ressaisi et afin de se remonter le moral, il s’est dit : « Je ne me suis pas battu dans chaque bataille, au contraire, avec mon armée, je vais me battre après chaque défaite ! » (Image : wikimedia /Unknown authorUnknown autho / CC BY-SA 3.0)

L’inversion de l’ordre des mots change le cours de l’histoire

Sous la dynastie Qing (1644 – 1912), lorsque Zeng Guofan, (曾國藩 : 1811 – 1872), un homme politique et stratège, réprimait la Révolte des Taiping qui a duré près de 15 ans de 1851 à 1864, il a toujours été battu au début. Il a voulu se jeter à l’eau à de nombreuses reprises. Mais il s’est finalement ressaisi et afin de se remonter le moral, il s’est dit : « Je ne me suis pas battu dans chaque bataille, au contraire, avec mon armée, je vais me battre après chaque défaite » !

Dans son mémorial au gouvernement Qing, il a également inclus courageusement les mots « se battre après chaque défaite ».

Cette approche sur le sens des mots a permis à Zeng Guofan de sortir de sa disgrâce et de ses défaites pour devenir un guerrier indomptable, héroïque et tenace, passant de « battu dans chaque bataille » à « courageux à chaque bataille » et même à « victorieux à chaque bataille ».

La Révolte des Taiping a finalement été réprimée. Le succès de Zeng Guofan a eu un impact profond sur la politique, l’armée, la culture et l’économie de la fin de la dynastie Qing. Cette ascension a fait de lui l’un des célèbres ministres de la fin de la dynastie Qing.

Rédacteur Charlotte Clémence
Collaboration Yi Ming