Press "Enter" to skip to content

Univers. Le temps passe vite et semble s’accélérer

SAVOIR > Univers

L’accélération de la rotation de la Terre est un sujet brûlant ces derniers temps, car des études ont indiqué que notre planète s’est mise à tourner plus vite. Dans les années 1960, des scientifiques ont découvert une différence entre le temps indiqué par l’horloge atomique et la vitesse variable à laquelle la Terre effectue sa rotation quotidienne.

En raison de facteurs combinés impliquant le noyau en fusion de la Terre, les océans, l’atmosphère et la lune, la rotation de la Terre varie très légèrement.

La « seconde intercalaire »

Ce décalage a donné naissance à la « seconde intercalaire », qui a débuté en 1972. Afin d’aider la Terre à rattraper l’horloge atomique super précise, une seconde intercalaire a été ajoutée, au besoin, le 31 décembre ou le 30 juin d’une année donnée. Pendant de nombreuses années, cette pratique a été effectuée régulièrement tous les 12 à 18 mois. Récemment, l’application des secondes intercalaires s’est espacée pour atteindre plusieurs années, la dernière ayant été ajoutée le 31 décembre 2016. Une annonce récente, selon laquelle il n’y aura pas de seconde intercalaire en juin prochain, a donné lieu à des spéculations selon lesquelles nous devrions peut-être commencer à soustraire des secondes pour que le temps mesuré par la rotation de la Terre reste synchronisé avec l’horloge atomique.

Bien que cette quantité minuscule de temps semble insignifiante et ses implications décevantes, la différence a un impact sur les systèmes de navigation et de communication par satellite, qui reposent sur un temps très précis étant cohérent avec les positions conventionnelles des corps célestes. Lorsqu’un saut de seconde a été ajouté le 30 juin 2012, plusieurs plates-formes internet se sont écrasées et des problèmes sont survenus avec les systèmes d’exploitation écrits dans le langage de programmation Java.

Afin d’éviter les inconvénients causés par cette incohérence, certains pays ont proposé d’éliminer complètement la seconde intercalaire et de ne compter que sur le temps atomique. Le Royaume-Uni est cependant contre une telle initiative, car elle romprait les liens avec l’heure solaire traditionnelle. Le sort de la seconde intercalaire sera déterminé en 2023.

Le temps passe vite et semble s’accélérer
En raison d’un phénomène appelé la résonance de Schumann, le temps semble s’écouler plus rapidement, bien que cela soit difficile à mesurer. (Image : samer daboul / Pexels)

La résonance de Schumann

Un deuxième phénomène affecte le temps d’une manière qui peut être ressentie beaucoup plus que mesurée. Les résonances de Schumann sont des fréquences produites par des ondes électromagnétiques résultant d’orages et d’éclairs réguliers. Selon la NASA , à tout moment, la Terre subit environ 2000 orages, produisant en moyenne 50 coups de foudre par seconde. La planète est ainsi engloutie dans les ondes électromagnétiques basse fréquence, ou « Résonances de Schumann ».

Ces fréquences résonnent dans l’ionosphère, une partie de la haute atmosphère terrestre qui est ionisée en raison du rayonnement solaire séparant les ions chargés des atomes de gaz neutres. Comme expliqué par Interesting Engineering, cette ionisation permet à l’ionosphère de capter ces ondes électromagnétiques. Les résonances de Schumann peuvent affecter non seulement les changements de saisons, l’activité solaire et l’activité dans l’environnement magnétique terrestre, mais également la pensée et le comportement des humains et des animaux.

Les fréquences peuvent aller de 7,83 Hz à 33,8 Hz, mais pendant des milliers d’années, le champ électromagnétique de la Terre a eu une pulsation de fréquence constante, ou « battement de cœur », d’environ 7,8 cycles par seconde. Cependant, le rythme cardiaque de la Terre a commencé à s’accélérer en 1980 et a continué de le faire. En raison de cette augmentation du rythme cardiaque, nous avons l’impression que le temps s’accélère, 24 heures sont désormais perçues comme 16 heures seulement. Cette perception est cependant difficile à mesurer.

Un membre du Physics Forum s’interroge : « L’univers est en expansion, les distances interstellaires sont de plus en plus grandes. Comment la relation entre l’espace, le temps et la vitesse de la lumière compense-t-elle ce phénomène ? Les changements des distances interstellaires sont mesurables. La vitesse de la lumière est constante et mesurable. Mais qu’en est-il du temps lui-même, peut-on mesurer les changements du temps ? Ou est-ce un paradoxe en soi ? Comment pouvons-nous mesurer un changement potentiel dans le temps lui-même s’il change pendant que nous essayons de le mesurer ? »

« Par exemple, hypothétiquement parlant, si vous essayez de mesurer la diminution de la longueur d’un mètre par rapport à un deuxième mètre qui rétrécit également à la même vitesse que le premier, et si tout ce qui vous entoure (y compris vous-même) rétrécit à la même vitesse, vous ne pourrez jamais vérifier qu’un tel changement s’est effectivement produit ».

Par conséquent, nos horloges enregistrent toujours le temps en secondes et minutes sur une période d’une journée de 24 heures, alors qu’une augmentation de la fréquence de résonance de Schumann nous fait apparemment percevoir le temps comme étant seulement deux tiers de sa durée.

Certains scientifiques pensent que lorsque la cadence atteindra 13 cycles par seconde, la Terre cessera de tourner. Elle pourrait alors rester immobile pendant trois jours avant d’inverser sa rotation. Ce qui se passerait alors est impossible à prévoir, aussi ferions-nous bien de profiter de chaque instant et comme l’a dit un jour le grand philosophe Socrate : « Nous ne pouvons vivre mieux qu’en cherchant à devenir meilleurs ».

Traduit par Gabriel Olamsaint

Version en anglais : Time Goes Fast, but It Seems Even Faster