Press "Enter" to skip to content

Nature. Poules de basse-cour : animaux de compagnie utiles, faciles et amusants

SAVOIR > Nature

Après le porc, le poulet est la viande la plus consommée au monde. Avec le bonus que représentent les œufs, il n’est pas étonnant que les agriculteurs aient jeté leur dévolu sur les poules. Toutefois, ces volatiles peuvent être bien plus qu’un repas. L’élevage de poules domestiques est en plein essor, surtout en ces temps incertains où les mesures de lutte contre les pandémies bouleversent nos vies.

Certes, en matière d’animaux de compagnie, ce ne sont pas les poules qui viennent en premier lieu à l’esprit mais un petit élevage à plumes peut offrir un certain nombre d’avantages, et représenter à la fois un divertissement édifiant et une compagnie digne de ce nom. Que vous commenciez avec des poussins ou de vieilles pondeuses, il ne vous faudra pas longtemps pour apprendre à les aimer.

L’un des animaux de compagnie les plus faciles à entretenir

Les poules se débrouillent assez bien toutes seules. Leurs besoins sont simples et exigent peu d’attention. Ce qui leur faut cependant c’est un abri – un refuge approprié et solide pour tenir à distance les nombreux prédateurs, avec un espace suffisant et un accès facile pour le nettoyage et le ramassage des œufs. Vous pouvez acheter un poulailler déjà confectionné ou, si vous êtes bricoleur, en construire un vous-même.

Elles ont besoin de nourriture et d’eau, bien sûr. Selon que vous pouvez ou non les laisser se promener librement sur votre propriété, vous devrez peut-être les nourrir plus ou moins. Si vous choisissez d’acheter des aliments biologiques, le coût sera nettement plus élevé, mais vous serez alors certain que vos œufs seront exempts d’organismes génétiquement modifiés (OGM) et non contaminés par les nombreux poisons de Monsanto.

Les œufs frais de votre propre volaille « en liberté » sont certainement les plus nutritifs. Un régime naturel composé de divers insectes, de graines et de légumes verts donnera au jaune d’œuf une couleur orange intense, difficile à trouver dans les œufs achetés en magasin. (Image : S. Hermann & F. Richter / Pixabay)

Il y a beaucoup plus de choses dont elles n’ont pas du tout besoin. Les poules n’ont pas besoin d’être promenées. Elles font beaucoup d’exercice en grattant le sol toute la journée et elles ne font pas de dégâts chez vous. Elles ne menacent ni n’ennuient les voisins. Tant que vous maintenez votre poulailler à une certaine distance des maisons voisines, l’odeur parfois désagréable ne parviendra pas jusqu’aux narines des autres. Vous n’avez pas à vous soucier du toilettage de vos poules. Une zone de terre sèche offre un bain de poussière aux volatiles, ce qui leur permet d’éliminer toute créature indésirable sur leur corps et de garder leur plumage propre. Vous devrez nettoyer leur poulailler périodiquement, mais pas comme une litière. Beaucoup de personnes pensent que la présence de fumier concentré dans le poulailler contribue à éloigner les parasites comme les mites et les puces, et ne le nettoient que deux fois par an. En continuant à déposer de la paille ou des copeaux de bois sur les excréments frais, vous empêcherez le fumier de devenir sec et poussiéreux, et vous éliminerez également les odeurs fortes.

Votre volaille ira se percher naturellement la nuit, et il vous suffira alors de verrouiller la porte du perchoir. La plus grande préoccupation en matière de soins destinés aux poules est de les protéger des innombrables bêtes qui ont l’intention de les dévorer, principalement la nuit.

Le meilleur des insecticides

Les poules sont omnivores et mangent presque tout ce que vous leur proposez, mais en tant que descendants des poules de la jungle, des poules sauvages que l’on trouve encore en Indonésie, leur régime naturel se compose principalement d’insectes, de larves et de vers.

Que leur alimentation se compose d’une variété de céréales et même des restes de nourriture ne pose aucun problème. Il faudrait toutefois éviter de leur donner des avocats, des haricots secs, du chocolat, des tomates vertes ou des pelures de pommes de terre, des sucreries et tout ce qui est moisi et qui peut les rendre malades. L’idéal, c’est de laisser la volaille se promener et manger les insectes qui se trouvent sur votre pelouse et dans votre jardin. Il se peut qu’elles picorent un peu vos légumes et vos fruits, mais les avantages que vous tirerez de leur action antiparasitaire l’emporteront sur les dommages causés.

Si certaines personnes vont jusqu’à compléter l’alimentation de leurs animaux de compagnie avec des asticots frais, obtenus en gardant un morceau de chair en décomposition dans une cage suspendue, ce genre de chose est exactement ce qui attirera les ratons laveurs et les rats dans votre poulailler. Si vous leur donnez de la viande ou des produits laitiers, ou même des légumes trop volumineux, vous risquez d’attirer des animaux indésirables qui menaceront le bien-être de votre volaille.

Engrais gratuit et placement en famille d’accueil

Si vous avez un jardin, l’un des plus grands avantages que vous tirerez de l’élevage des poules est un fumier de bonne qualité. Les fientes de poules sont riches en azote, ce qui en fait un excellent engrais pour les plantes. Toutefois, le fumier est extrêmement concentré et doit être correctement composté avant d’être utilisé. Cinq à six semaines suffisent pour réduire la teneur en ammoniac, ou « refroidir » le fumier, afin qu’il ne brûle pas vos plantes.

Comme les poules couveuses sont de bonnes mères, le fait de laisser une poule couver ses œufs pour en faire des poussins est le moyen le plus efficace d’élever de jeunes poussins. En fait, les poules couveuses sont souvent utilisées à la place des incubateurs pour faire éclore les œufs d’autres espèces. De nombreuses poules sont fidèles au poste, et continueront à faire éclore des œufs sans vie jusqu’à ce que vous les enleviez. Comme chez la plupart des animaux, les mères protègent souvent leurs petits de façon redoutable, et n’hésitent pas à attaquer les prédateurs.

Les soins méticuleux d’une mère poule pour ses poussins peuvent vous inspirer du respect et de l’admiration, ou simplement vous faire rire aux éclats. (Image : Marcel Langthim / Pixabay)

Amis à plumes

La volaille peut être considérée comme un membre de votre famille élargie. D’une certaine façon, elle agit comme une seule entité, avec un but, une activité, une habitude et un caractère communs. Cependant, en apprenant à connaître votre volaille, vous verrez que chaque oiseau a sa propre personnalité et des traits de caractère souvent semblables à ceux des humains. Il y aura des membres fiers, avides, curieux, anxieux, sévères et enjoués au sein de la volaille, et ils auront besoin de montrer leurs différences quotidiennement. On peut apprendre beaucoup en observant une communauté entière comme celle-ci.

S’il est possible que certains d’entre eux vous suivent, sautent sur votre épaule ou aiment être caressés, la plupart des oiseaux resteront dans leur milieu plutôt que de chercher à attirer votre attention.

Mais si vous souhaitez avoir un animal de compagnie plus intime, vous pouvez, en fait, en garder un chez vous. Sur le plan individuel, les oiseaux sont beaucoup plus amicaux, car ils n’ont pas de compagnons naturels. Et même si cela demande du temps et de la persévérance, il est possible de dresser une poule à la litière.

Bien que sortir les poules, les enfermer, les nourrir et les abreuver soit le minimum que vous deviez faire chaque jour, avec un peu de disponibilité vous pouvez être amené à observer et à interagir avec ces volatiles fascinants. La façon intelligente dont ils communiquent entre eux et les soins méticuleux d’une mère poule pour ses poussins peuvent vous inspirer du respect et de l’admiration, ou simplement vous faire rire aux éclats. Dans les deux cas, vous êtes gagnant.

Rédacteur Marlène Deloumeaux