Press "Enter" to skip to content

Nature. Le lotus sacré, c’est bien plus qu’une fleur 

SAVOIR > Nature

Le lotus sacré est une fleur de première importance dans la culture asiatique. Si en occident, le lotus ne représente que l’Asie, le Zen, la méditation, il tient une place bien plus complexe dans la vie des Asiatiques, tant dans l’alimentation, la médecine que dans la décoration et la spiritualité.

Le lotus serait l’une des plus anciennes fleurs du monde. Il est représenté sur des fresques depuis l’antiquité la plus reculée. Il existe plusieurs variétés originaires d’Amérique, d’Asie, des Indes, d’Égypte et d’Australie.

D’après le site Sciencedirect.com, la paléobiogéographie du lotus Nelumbo ou lotus sacré retrouve la trace du lotus au début du Crétacé, celui-ci se trouve dans la zone de latitude moyenne de Laurasia. Puis, au cours du Crétacé supérieur, il s’étend en Amérique du Nord et en Eurasie. La période glaciaire provoque l’extinction du Nelumbo en Europe et en Asie centrale. Une partie des spécimens survit dans les zones de basse latitude. Les variétés ayant résisté au climat froid et saisonnier ont vu leur feuillage devenir caduc.

Sa longévité est remarquable. Par exemple, en 1951 des graines vieilles de 2 000 ans ont été retrouvées près de la ville de Chiba, au Japon par le paléobotaniste japonais, le docteur Ichiro Oga. Il les a semées et elles ont fleuri !

Le lotus sacré blanc est un symbole de pureté, de dignité et de sérénité. (Image : Lara-yin / Pixabay)

Le lotus sacré est à l’origine de légendes et de symboles

Plante bénéfique par excellence, elle est représentée sur des objets usuels, dans l’architecture et également en décoration murale et picturale.

Le lotus blanc est très important dans les cultures asiatiques, notamment au Vietnam. Son peuple souhaiterait voir le pays à son image « serein, splendide et digne ».

En Chine, la beauté et la pureté des femmes sont souvent comparées au lotus, certainement parce que ses fleurs sont belles et parfumées. Comme les fleurs poussent par deux, elles sont la représentation d’une union heureuse et il est commun, lors des mariages chinois, d’offrir une fleur de lotus avec une feuille et un bourgeon. Pour la nouvelle année, il est de tradition d’offrir des graines de lotus car la plante est considérée comme une plante de longévité.

Le lotus sacré, c’est bien plus qu’une fleur 
Le lotus bleu est typique du Nil, en Égypte.(Image : Jaesung An / Pixabay) 

Bien que le lotus bleu Nymphaeacaerulea ressemble au lotus, il n’est pas de la même famille. Mais dans la culture de l’Égypte Antique, c’est une fleur sacrée, reliée au dieu soleil Râ. Le lotus bleu s’ouvre quand le soleil apparaît et se ferme avec l’obscurité. Les Égyptiens croyaient que Râ se ressourçait dans le lotus durant la nuit pour renaître le matin. Il était utilisé dans des cérémonies religieuses ou de guérison car il a des propriétés psychoactives, relaxantes et aphrodisiaques et son odeur est suave.

L’Odyssée d’Ulysse raconte qu’Ulysse s’est attardé aux pays des mangeurs de lotus dont le breuvage provoque l’oubli. Il semble que les Grecs avaient connaissance des pouvoirs du lotus bleu. Ils savaient également que le lotus Nelumbo se consomme. D’ailleurs, le lotus tire son nom de « lotos » qui signifie légumineuse en grec.

Le lotus sacré, c’est bien plus qu’une fleur 
La méditation en position du lotus est un des facteurs pour atteindre la bouddhéité, c’est pourquoi les bouddhas sont représentés assis en position du lotus. (Image : Alexandra Koch / Pixabay) 

Le lotus sacré dans les écoles bouddhistes

Bien que le lotus pousse dans la fange, il s’élève au-dessus de la vase pour s’épanouir au soleil, sans aucune souillure. Dans le bouddhisme, l’homme cultive son être pour accéder à l’éveil, se détachant de l’humain pour parvenir à la divinité. La similitude fait que plusieurs divinités sont représentées assises dans une fleur de lotus. C’est le cas des Bouddhas comme Shakyamuni ou de la déesse japonaise de la nature, Quanwon. En Inde, Brahma et Sarasvati seraient nés d’une fleur de lotus.

La position du lotus permet une meilleure méditation car l’énergie du corps et le sang irriguent mieux le cerveau. La position renforce la circulation du sang, le cœur, les articulations, les muscles, les tendons des jambes et du tronc. Pour réussir la position avec moins de douleurs, l’esprit et le corps se relâchent. C’est un lâcher prise face à la douleur. Moins de stress, plus d’énergie sont favorables au renforcement de l’immunité.

Le cinquième exercice du Falun Dafa se pratique en lotus. C’est pourquoi, Jane Dai et sa fille Fadu ont choisi la fleur de lotus sacré pour le projet « Pétales de paix ». Le mari de Jane et père de Fadu, est mort suite aux tortures infligées par le Parti communiste chinois (PCC) car il pratiquait le Falun Dafa. Fadu a fabriqué des fleurs de lotus pour les offrir à ceux qui soutiennent les pratiquants de Falun Dafa qui dénoncent la persécution dont ils sont victimes depuis 1999.

Le lotus sacré, c’est bien plus qu’une fleur 

Les rhizomes de lotus sacré se consomment de toutes les façons possibles, sauf crus car ils peuvent contenir des parasites. (Image : Danna Shu / Pixabay) 

Le lotus sacré est plus qu’une fleur, c’est aussi un aliment

Toutes les parties du lotus sont comestibles. Les rhizomes et les tiges de lotus sont croquants et sucrés en été, c’est la bonne saison pour les consommer sautés ou frits. Ils se cuisinent de toutes les façons sauf crus car ils peuvent avoir des parasites. En hiver, les rhizomes sont plus gros et perdent leur croquant et leur saveur, ils ont besoin de plus de cuisson. Ils peuvent être séchés ou réduits en farine.

Sauté de rhizomes de lotus au piment : il faut 250 g de rhizomes de lotus, des piments verts ou rouges, moitié moitié d’huile de sésame grillée et d’huile de tournesol, du sucre, du sel, du vinaigre de riz et du gingembre. Après avoir épluché les rhizomes de lotus et les avoir coupés en fines rondelles, les faire cuire à la vapeur une dizaine de minutes. Dans un wok, faire revenir doucement tous les autres ingrédients (à doser selon son goût) puis ajouter les rondelles de lotus. Remuer un peu puis servir en accompagnement avec un riz parfumé.

Les jeunes feuilles de lotus parfument les plats. Elles sont utilisées en papillotes pour le poulet au riz gluant (Lo mai gai : 糯米鸡). C’est une recette populaire à base de riz gluant, de poulet et d’autres ingrédients cuits à la vapeur. En France, les feuilles de lotus se trouvent dans les magasins asiatiques, mais seulement séchées. Il faut les humidifier avant de les utiliser. Heureusement, elles gardent encore leur saveur.

Les graines de lotus se retrouvent surtout dans les recettes sucrées. Elles peuvent être soufflées comme les céréales. Elles ont un goût d’amande mais leur cœur est amer, c’est pourquoi il est retiré. Il est utilisé en médecine. En Chine, les graines de lotus entrent aussi dans la composition du très célèbre riz aux huit trésors (babaofàn : 八宝饭), un dessert servi pour la fête de Laba (Laba : 腊八节).

Le lotus sacré, c’est bien plus qu’une fleur 
Les graines de lotus sont utilisées contre la diarrhée. (Image : 41330 / Pixabay) 

Le lotus sacré et la médecine

Le lotus est un alicament précieux dans la médecine traditionnelle chinoise. Les Chinois savent depuis longtemps que les rhizomes de lotus (Lian Ou) sont excellents pour la santé. Des études récentes ont confirmé que ceux-ci sont riches en fibres et pauvres en acide gras saturé. Ce féculent contient entre autres de la vitamine C, du potassium, des vitamines B. Dans le Compendium of Materia Medica (Bencaogangmu : 本草綱目) écrit au XVIe siècle par Li Shizhen, le lotus soigne l’hypertension, le diabète, l’hématurie et purifie l’esprit afin d’éliminer la fièvre. Une consommation régulière de rhizomes de lotus aide à gérer le cholestérol et la glycémie.

Les graines sont utilisées pour reconstituer l’énergie de la rate et arrêter la diarrhée. Elles fortifient les reins et préservent leur essence. Elles nourrissent le cœur et apaisent l’esprit. Les mères vietnamiennes donnent des graines de lotus à mâcher à leurs enfants pour les aider à avoir un sommeil paisible. Les cœurs de graines de lotus ou plumules de lotus sont utilisés pour réduire l’inflammation, une étude publiée dans le National Library of Medecine le confirme. Parfois confites, en pâte ou sous forme de thé, elles ont la réputation d’embellir le teint, de parfumer le corps et de relaxer.

Les feuilles de lotus sont souvent utilisées comme tisane amincissante et rafraîchissante en été.

Le lotus sacré, c’est bien plus qu’une fleur 
Il est possible de cultiver des lotus sous un climat tempéré en choisissant un lotus à feuilles caduques. (Image : Rattasart Pankanoon / Pixabay) 

Cultiver un lotus sacré dans son jardin

C’est une espèce rustique qui semble plus adaptée à l’origine aux climats tempérés car elle suit les périodes saisonnières. Si la place est réduite mais tout de même bien exposée au soleil et à la chaleur estivale, un bassin, même petit, ou un grand contenant que l’on peut protéger des fortes gelées est adapté pour faire pousser un lotus. Le site Oreka conseille les variétés de lotus sacré (Nelumbo nucifera « Pink and Yellow ») ou (Nelumbo nucifera « Momo Botan ») qui ont un plus petit développement.

Le lotus a besoin d’une eau riche en nutriments. Ses grandes feuilles limitent la température de l’eau et sa densité en oxygène. Elles sont recouvertes de cristalloïdes cireux qui les protègent des souillures. C’est une cachette de choix pour les petites créatures aquatiques.

Les fleurs s’épanouissent durant 3 à 4 jours, dégageant un parfum raffiné et se succèdent entre début juillet et fin septembre. Elles s’ouvrent au petit matin, pour se refermer en fin de journée. Leurs fruits sont de larges capsules et chaque alvéole contient une graine. Ces capsules étonnantes peuvent être teintées et agrémentent les bouquets secs.

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.