Press "Enter" to skip to content

Nature. Chefs-d’œuvre de la nature : premier recensement scientifique des espèces d’arbres à travers le monde

SAVOIR > Nature

Il y a dix ans, Jingjing Liang, professeur d’écologie forestière quantitative à l’université Purdue dans l’Indiana (États-Unis), a été inspiré par des données sur les arbres de l’Alaska qu’il a trouvées dans un tiroir. Il a donc décidé de rédiger une proposition visant à documenter la tâche titanesque consistant à dresser un inventaire du « nombre d’espèces d’arbres sur Terre ».

Cette question a donné lieu à une coopération internationale pour ce projet inhabituel, impliquant environ 150 scientifiques et des milliers de chercheurs travaillant au niveau du sol dans 90 pays différents.

Tous ont collaboré en mettant en commun leurs connaissances et leurs données, en combinant les registres de collecte d’arbres de toute la planète et en s’engageant dans des missions forestières conjointes à l’échelle mondiale pour trouver les réponses. Diverses techniques de calcul ont été utilisées, ainsi que des études et des recherches, pour estimer le « premier recensement scientifiquement crédible » des espèces d’arbres dans le monde.

Les arbres de la planète comptent 73 000 espèces

L’étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) révèle que la Terre abrite 73 000 espèces d’arbres différentes et environ 40 millions d’arbres, dont 9 200 restent à découvrir.

On a découvert qu’il y a 14 % d’espèces d’arbres de plus que ce que l’on pensait auparavant. « C’est un effort massif pour le monde entier de documenter nos forêts », a déclaré Jingjing Liang. « Compter le nombre d’espèces d’arbres dans le monde est comme un puzzle dont les pièces sont réparties dans le monde entier. Nous l’avons résolu ensemble, en équipe, chacun partageant sa propre pièce. »

Oliver Phillips, co-auteur de l’étude sur les espèces d’arbres et professeur d’écologie tropicale à l’école de géographie de l’université de Leeds, a fait remarquer que 43 % de la diversité totale des arbres de la Terre poussent en Amérique du Sud, avec 3 900 espèces d’arbres sur ce seul continent qui n’auraient pas encore été découvertes.

Açaí juçara dans le parc national de Serra dos Órgãos. (Image : wikimedia / Mateus Figueiredo / CC BY-SA 4.0)

L’analyse a montré que de nombreuses espèces non découvertes sont rares, limitées à des zones relativement petites et tropicales, et concentrées dans des points chauds de diversité menacée où la forêt amazonienne rencontre les Andes au Pérou, en Colombie, en Équateur, au Venezuela et en Bolivie.

« Cela fait de la science et de la conservation des forêts une priorité absolue en Amérique du Sud », a déclaré Oliver Phillips, ajoutant : « Il est essentiel de savoir combien d’espèces il y a, et surtout où la diversité et les espèces rares sont concentrées, si nous voulons les protéger, ainsi que le carbone qu’elles stockent et la myriade d’autres plantes et créatures uniques abritées sous leurs branches. Alors que les forêts anciennes continuent d’être détruites dans le monde entier, le manque de sensibilisation à ce qui est en train de disparaître est très préoccupant. Pendant ce temps, les politiciens parlent souvent de " planter des milliards d’arbres ", comme si le simple fait de recouvrir les terres de nouveaux arbres compensait la perte de ces chefs-d’œuvre de la nature. »

Rapport des universités britanniques sur la déforestation causant le réchauffement de la planète et le changement climatique

Il n’existe pas d’informations sur la façon dont le nombre d’espèces d’arbres a pu évoluer au fil du temps. Pourtant, le défi consiste à protéger les arbres que nous avons, à respecter la rareté des espèces menacées et à empêcher leur extinction imminente due à la déforestation, qui, outre d’autres conséquences dévastatrices, est également une cause importante du réchauffement de la planète et du changement climatique. Ce cercle vicieux alimenté par l’homme affecte ensuite l’écosystème, entraînant une perte plus importante et inutile de forêts.

Un rapport rédigé en collaboration avec des universités britanniques et intitulé Deforestation will have ’Drastic Impact’ on South America, cite le Dr Geoff Parkin, de l’université de Newcastle, qui déclare que « les températures annuelles moyennes pourraient augmenter de 2,2 degrés Celsius dans les savanes du nord et que près des deux tiers de l’Amazonie connaîtraient des sécheresses plus longues et plus graves », ajoutant que « les forêts du Venezuela et du Brésil connaîtraient également une augmentation des précipitations allant jusqu’à 25 %, ce qui aurait de graves répercussions sur les communautés indigènes isolées, l’approvisionnement alimentaire et la stabilité des écosystèmes ».

La forêt atlantique, la deuxième plus grande après l’Amazonie, couvrait autrefois 111 369 km2. Aujourd’hui, il ne reste que 10 % de cette superficie en raison de la déforestation et de l’utilisation ultérieure des terres pour cultiver principalement du café et du sucre et élever du bétail pour l’industrie bovine. La forêt couvrait autrefois des parties du Brésil, de l’Argentine, de l’Uruguay et du Paraguay. Selon des données publiées le 2 février, 362 km2 de forêt en Amazonie brésilienne ont été détruits par la déforestation rien qu’en janvier de cette année.

Chefs-d’œuvre de la nature : premier recensement scientifique des espèces d’arbres à travers le monde
Vue de la forêt du bassin amazonien au nord de Manaus, au Brésil. L’image a été prise du haut d’une tour de 50 mètres pour les observations météorologiques, et le sommet du couvert végétal se situe généralement à 35 mètres. (Image : wikimedia / Phil P Harris. / CC BY-SA 2.5)

Les arbres ne sont pas des marchandises dispensables ou remplaçables

Le professeur Jingjing Liang estime que l’Amazonie et les autres forêts ne doivent pas être considérées uniquement comme une marchandise à prélever ou comme un moyen de remplir les coffres des sociétés d’exploitation forestière. « Nous devons considérer la forêt non seulement comme un réservoir de carbone ou une ressource à extraire, mais aussi comme un habitat qui contient des dizaines de milliers d’espèces d’arbres et un nombre bien plus élevé encore de flore et de faune. Nous devons prêter attention à cette biodiversité », a-t-il déclaré.

Les arbres produisent également de l’oxygène, la substance fondamentale indispensable à la vie dont nous avons tous besoin pour respirer. Un rapport publié en 2019 par Anne Marie Helmenstine PhD, a évalué qu’« un arbre feuillu mature produit autant d’oxygène en une saison que dix personnes en inhalent en un an. » Elle a également établi « qu’une acre d’arbres consomme annuellement la quantité de dioxyde de carbone équivalente à celle produite par la conduite d’une voiture moyenne pendant environ 41 800 km. Cette même acre d’arbres produit également suffisamment d’oxygène pour que 18 personnes puissent respirer pendant un an. »

Tous les arbres doivent être protégés

On espère que les conclusions de l’étude sur les espèces d’arbres donneront plus de crédibilité et d’importance à la protection des forêts. Martin Lukac, professeur en sciences des écosystèmes à l’université de Reading, a déclaré : « L’article montre que près de la moitié des espèces d’arbres du monde se trouvent en Amérique du Sud, c’est la preuve irréfutable que nous ne devons pas détruire les forêts tropicales de cette région. La diversité des espèces d’arbres a mis des milliards d’années à s’accumuler en Amazonie, il serait plus qu’imprudent de la détruire en un siècle. »

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.