Press "Enter" to skip to content

Homme. Les principes fondateurs des États-Unis : protéger la propriété privée, le bien-être ne peut venir du gouvernement (3/4)

SAVOIR > Homme

L’un des principes fondateurs des États-Unis est que la vie et les libertés des personnes ne doivent être restreintes en aucune façon tant que les biens ne sont pas menacés. Ce principe concerne essentiellement l’un des droits considérés comme les plus fondamentaux et les plus susceptibles d’être violés par les gouvernements, à savoir le droit à la propriété privée.

L’un des principes fondateurs : le droit de posséder des biens et de les protéger

Les lois de la nature confèrent de nombreux droits aux personnes, et les fondateurs des États-Unis pensaient que parmi ces droits, le plus important était le droit de posséder des biens et de les protéger. Ils ont donc intégré ce concept comme l’un des principes fondateurs de leur pays.

Dieu a donné la vie et les conditions de vie à l’humanité, l’homme utilise sa force pour se réaliser sur cette terre. Le résultat final de cet accomplissement humain est la richesse. Si la propriété n’est pas protégée, le processus de développement de l’ensemble de la race humaine s’arrêtera.

Pourquoi est-ce ainsi ? Tout d’abord, un bien, qu’il s’agisse d’un arbre que vous avez planté ou d’une maison que vous avez construite, au bout du compte, s’il n’est pas reconnu comme étant le vôtre, de nombreuses personnes viendront le réclamer, car le pillage est toujours plus facile que l’effort consenti pour obtenir un bien. La réussite est trop difficile et prend trop de temps, tout le monde a tendance à suivre le chemin le plus économique et le plus rapide. Bien sûr, même si quelqu’un prend possession de quelque chose, il n’a aucune certitude que quelqu’un de plus fort ne voudra pas le lui prendre.

Les principes fondateurs des États-Unis : protéger la propriété privée, le bien-être ne peut venir du gouvernement
Certificat du premier homestead délivré à Daniel Freeman. Le Homestead Act, littéralement « Loi de propriété fermière », est une loi, signée par le président Abraham Lincoln le  20 mai 1862. Elle permet à chaque famille pouvant justifier qu’elle occupe un terrain depuis 5 ans d’en revendiquer la propriété privée. (Image : wikimedia / (see signatur) / Domaine public)

Par conséquent, si les droits de propriété d’un individu ne sont pas protégés, que se passera-t-il ? Une personne qui travaille dur perdra sa motivation à travailler. Même si elle conserve son travail, elle risquera de perdre les fruits de ses efforts à cause de bandits qui se livreront à une guerre sans merci, utilisant la force pour s’accaparer les biens d’autrui. La race humaine tout entière se limitera à sa simple survie, car dans ce cadre, accumuler des richesses équivaudrait à s’infliger des déconvenues.

La propriété constitue le prolongement de la volonté d’une personne

Les Pères fondateurs des États-Unis croyaient que la propriété constituait le prolongement de la volonté d’une personne et de ses mains. Protéger la propriété, c’est finalement protéger les personnes. Parce que la main et la richesse créée par cette main forment en réalité une unité, une extension naturelle.

La protection de la propriété est donc la protection du droit de bénéficier d’un travail. C’est aussi un droit fondamental accordé à l’homme de façon naturelle. Le président Lincoln a dit un jour que la richesse est une bonne chose puisque les personnes riches montreront aux autres qu’elles peuvent le devenir aussi. Nous ne devrions pas prendre les maisons des riches, mais essayer d’en construire une pour nous-mêmes. D’ailleurs, une fois la construction terminée, nous savons qu’elle nous appartient et que personne ne peut nous la prendre.

Les principes fondateurs des États-Unis : protéger la propriété privée, le bien-être ne peut venir du gouvernement
Portrait officiel de John Adams en tant que président des États-Unis, peint par John Trumbull. (Image : wikimedia / John Trumbull / Domaine public)

Le rôle du gouvernement : protéger les droits de propriété des personnes

John Adams, le deuxième président des États-Unis, a déclaré : « Le droit à la propriété privée est le fondement le plus important de la liberté et du bonheur humain. Lorsque la propriété n’est pas aussi sacrée que la loi de Dieu, sans justice et sans loi pour la protéger, le chaos et la tyrannie commencent. » Il a également ajouté : « Sans droits de propriété, la liberté cesse d’exister. »

Le rôle du gouvernement est bien de protéger les droits de propriété des personnes. Non seulement les voleurs n’ont pas le droit de s’introduire dans votre maison, mais le gouvernement n’a pas le droit de s’approprier la propriété des gens de quelque manière que ce soit. Le gouvernement n’a pas le pouvoir, comme un voleur, de prendre la propriété de certains et de la donner à d’autres. Les Pères fondateurs pensaient que cela était anticonstitutionnel, illogique, injuste et immoral, un pillage.

Il existe un autre problème concernant la protection de la propriété privée, à savoir le bien-être. La fiscalité est une forme de coercition et diminue les droits à la propriété privée. Certains se demanderont sans doute : si le gouvernement ne collecte pas de manière agressive les impôts pour l’aide sociale, qui s’occupera des pauvres ? Qui fournira les prestations ?

La réponse des fondateurs a été la suivante : n’importe qui peut y arriver, par conséquent, le gouvernement ne doit pas intervenir.

Les principes fondateurs des États-Unis : protéger la propriété privée, le bien-être ne peut venir du gouvernement
Peinture de l’artiste Benjamin West représentant les récoltes à Windsor. (Image : wikiart / Domaine public)

S’entraider, c’est comme des frères qui s’entraident

Ce principe des Pères fondateurs des États-Unis était que les gens devaient s’entraider. Cet acte d’aide venant du cœur et ne nécessitant aucune condition. Il a deux voitures, il est prêt à en donner une à quelqu’un d’autre, le donateur est très content et le bénéficiaire l’est également.

Un autre facteur est que lorsque les citoyens s’entraident, c’est comme des frères qui s’entraident. De plus, le bénéficiaire ne cultivera pas facilement la dépendance puisqu’il est impossible qu’il reçoive une voiture chaque année. De cette façon, il l’appréciera lorsqu’il la recevra, car il sait que ce n’est pas facile. Comme l’entraide entre frères, elle peut soulager la pauvreté, mais elle ne favorise pas la dépendance.

Si le gouvernement prend la responsabilité de l’aide sociale, et qu’il devient à l’image d’une « bonne personne », alors, comme un père pour son fils, ce dernier cultivera facilement un esprit de dépendance.


Quand un gouvernement agit ainsi, ceux qui donnent ne le font pas nécessairement de bonne grâce, ce qui équivaut à ce que le gouvernement les contraigne à donner.

La personne qui reçoit ressent un bien-être et pourrait penser : L’un des principes fondateurs des États-Unis est que la vie et les libertés des personnes ne doivent être restreintes en aucune façon tant que les biens ne sont pas menacés. Ce principe concerne essentiellement l’un des droits considérés comme les plus fondamentaux et les plus susceptibles d’être violés par les gouvernements, à savoir le droit à la propriété privée.. Ces personnes peuvent même développer de la jalousie envers les nantis qui paient si peu d’impôts et donnent si peu. Elles peuvent penser que le gouvernement semble avoir beaucoup d’argent et qu’elles n’ont donc pas besoin de travailler si dur.

En réalité, les Pères fondateurs des États-Unis ont conçu un système avancé pour protéger la moralité du peuple. Nombre de leurs idées sont très pragmatiques, elles ne consistent pas à crier des slogans, mais à examiner très attentivement les problèmes humains, la nature humaine, en usant de paroles éclairées.

Ainsi, selon l’un des principes fondateurs des États-Unis, l’aide sociale peut venir des gens du même pays, mais elle ne devrait pas émaner du gouvernement.

Rédacteur Yasmine Dif

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.