Press "Enter" to skip to content

Nutrition. Le laurier-sauce ou laurier noble soigne de nombreux maux

SANTÉ > Nutrition

Il s’appelle laurier-sauce en cuisine et laurier noble en phytopharmacologie et en cosmétique. Son nom latin est Laurus nobilis. Il est si commun qu’il n’est probablement pas considéré à sa juste valeur. Voici un petit tour d’horizon pour découvrir toutes ses vertus.

Originaire du bassin méditerranéen, le laurier noble recouvrait les maquis actuels jusqu’à l’époque du pliocène (il y a 2 à 5 millions d’années). Ses qualités sont reconnues depuis toujours tout autour du bassin méditerranéen. Au Maroc par exemple, le laurier noble est appelé asa sidna musa, ce qui signifie le bâton de Moïse.

Une légende dit qu’il est la métamorphose que la nymphe Daphné a subie pour échapper au désir amoureux d’Apollon. C’est pourquoi Apollon consacra cet arbuste aux chants et aux poèmes et finalement aux triomphes des poètes. Le laurier noble serait à l’origine du terme « baccalauréat » (bacca laurea : baie de laurier).

Le laurier noble, qui est une lauracée, est le seul représentant de cette famille en Europe. La cannelle, l’avocat, le camphrier, le bois de rose et le bois de Hô sont de la même famille. À savoir que le bois de rose tente de disparaître, victime de son succès. Enjeu de déforestation intensive, il est aujourd’hui parmi les espèces protégées.

Le laurier-sauce ou laurier noble soigne beaucoup de choses
Le laurier noble est facile à cultiver. (Image : wikimedia / Domaine public)

Facile à cultiver

Le laurier noble est dioïque, c’est- à-dire qu’il y a des lauriers mâles et des lauriers femelles. Ce sont les femelles qui portent des fruits. Ses petites fleurs blanches et jaunes s’ouvrent entre mai et juin et ses fruits noirs mûrissent à l’automne pour nourrir les oiseaux. Ses feuilles, d’un vert foncé, sont persistantes, elles se consomment toute l’année. Son écorce est de couleur gris foncé et lisse. S’il aime l’endroit où il vit et est libre de pousser à sa guise, il peut, avec les années, atteindre entre deux et dix mètres de haut.

Bien que le laurier noble supporte bien le froid en pleine terre (– 15°), Il a besoin d’être protégé contre le gel quand il est planté dans un pot sur une terrasse. Il se plante en dehors de la saison des gelées, dans un sol profond, bien drainé et ensoleillé.

À l’état sauvage, le laurier noble vit dans un milieux frais et humide, aux bords de rivière ou en lisière de forêt sur les archipels des Açores, de Madère, des îles Canaries, et des îles du Cap-Vert. Il a donc besoin d’eau, surtout durant le premier mois de plantation, ainsi que durant la sécheresse. Un arrosage généreux une fois par semaine lui sera bénéfique.

Le laurier-sauce ou laurier noble soigne beaucoup de choses
Le laurier noble s’utilise en infusion, décoction, teinture mère, crème et huile essentielle. (Image : siala / Pixabay)

Les vertus du laurier noble en phytothérapie et en cosmétologie

De par ses composants, le laurier noble a des effets anti-inflammatoires et anti-infectieux à large spectre. Il a notamment une activité importante anti-biofilm. C’est-à-dire qu’il a la capacité de détruire le biofilm que les bactéries créent pour se protéger des anticorps et des antibiotiques. C’est aussi un excellent remède pour fluidifier le mucus et permettre son expectoration. Le laurier noble permet de lutter contre les rhumes, la grippe, la bronchite, l’inflammation du foie, de détoxifier le corps après un abus d’alcool. Il est diurétique, antirhumatismale et anti-inflammatoire.

Les feuilles de laurier peuvent être utilisées fraîches ou séchées et de plusieurs façons. La macération : la plante et l’eau sont laissées en contact à froid pendant plus de douze heures. L’infusion : l’eau bouillante est versée sur la plante, et reste en contact environ dix minutes. La décoction : on fait bouillir de l’eau, dans laquelle on a versé des fragments de plantes (feuilles ou écorce), pendant 10 à 30 minutes.

Sous forme de cataplasme, les feuilles soulagent les piqûres de guêpe ou d’abeille.

En brûlant quelques feuilles de laurier séchées dans la maison, l’air est purifié, la fatigue et les tensions sont éliminées.

Le laurier-sauce ou laurier noble soigne beaucoup de choses
L’huile essentielle de laurier noble, Laurus nobilis doit être utilisée avec parcimonie car elle peut avoir des effets secondaires. (Image : nir_design / Pixabay)

L’huile essentielle de Laurus nobilis

Les baies des individus femelles contiennent une huile essentielle aux propriétés purifiantes et restructurantes, recommandée dans les soins de peaux, notamment pour les problèmes acnéiques, les mycoses et pour la chute des cheveux. Elle peut être allergisante, utiliser une goutte dans le creux du coude avant une application sur le visage ou sur le corps.

En cosmétique, l’huile essentielle de laurier noble est utilisée dans la fabrication du savon d’Alep. L’huile a des propriétés régénérantes utiles pour revitaliser les peaux sensibles ou abîmées et les cheveux. Trois gouttes dans le shampoing fortifient les cheveux et limitent leur chute.

Utilisée avec un diffuseur, elle apaise les tensions, donne confiance en soi, éclaircit l’esprit et l’ouvre à la créativité. Toutefois, comme pour toutes les huiles essentielles, elle s’utilise avec parcimonie car à haute dose, elle est narcoleptique. Un excès par voie interne peut irriter l’estomac. Elle est aussi déconseillée pour les femmes enceintes car il y a un risque de fausse couche.

L’huile essentielle de laurier noble, mélangée avec d’autres huiles comme l’eucalyptus citronné, le gingembre et la gaulthérie dans une base d’huile de massage soulage efficacement les douleurs musculaires et articulaires.

Une étude sur l’huile essentielle de laurier noble, menée par Annelise Lobstein, professeur de pharmacognosie, Françoise Couic-Marinier, docteur en pharmacie, formatrice en aromathérapie et Camille Briot, docteur en pharmacie, publiée dans The National Center for Biotechnology Information, décrit toutes les utilités de cette huile, entre autres, lorsque le traitement est accompagné d’un régime approprié, elle peut également équilibrer la glycémie. Elle peut aussi pallier certains effets secondaires du traitement anticancéreux.

D’après une étude publiée en 2008 dans le Chemistry&biodiversity « sept huiles essentielles ont été évaluées pour leur activité inhibitrice contre la réplication du SRAS‐CoV et du HSV‐1 in vitro, en évaluant visuellement l’effet cytopathogène induit par le virus après l’infection. L’huile de laurier noble a exercé une activité antivirale intéressante contre le SRAS‐CoV et contre le HSV-1.

Le laurier-sauce ou laurier noble soigne beaucoup de choses
Le laurier de Chine est aussi appelé Bois de Hô, Bois de Shiu, camphrier, et son nom latin est Cinnamomum camphora. (Image : wikimedia / Photo by David J. Stang / CC BY-SA 4.0)

Le laurier de Chine

Très proche du Bois de Rose, l’huile essentielle de Bois de Hô offre les mêmes vertus revitalisantes et purifiantes pour la peau, elle prend petit à petit sa place. Le laurier de Chine, appelé Ravensara, Bois de Shiu, est en fait le camphrier. L’huile essentielle de son écorce s’appelle Bois de Hô et l’huile essentielle de ses feuilles, Ravensara. Comme le laurier noble, il a des propriétés antibactériennes, antifongiques, antivirales et même parasiticides. Il stimule les défenses immunitaires et diminue la fatigue.

Le laurier-sauce ou laurier noble soigne beaucoup de choses
Le laurier-sauce est indissociable des plats mijotés. Il donne la saveur des plats de grand-maman. (Image : zapach_bzu / Pixabay)

Le laurier noble ou laurier-sauce en cuisine

Au vu de ses propriétés, il est clair que ses feuilles sont utiles pour ouvrir l’appétit et faciliter la digestion. C’est particulièrement utile dans les plats lourds à digérer. Son goût est puissant, il s’apparente au thym ou à l’origan mais en plus amer s’il y en a trop. Plus il cuit, plus il révèle sa saveur particulière. Il se marie bien avec de la noix de muscade, du poivre ou du piment. Il fait partie du bouquet garni utilisé pour les viandes mijotées.

Pour que les légumineuses soient tendres, il faut les cuire sans sel. En ajoutant une ou deux feuilles de laurier, leur digestion sera facilitée. Le sel s’ajoute en fin de cuisson.

Recette de légumineuses avec le laurier-sauce

Faire tremper les légumineuses (pois chiches ou haricots blancs ou rouges) une nuit. Une bonne poignée par personne devrait suffire.

Le lendemain, rincer les légumineuses. Faire revenir 1 oignon et 1 ou 2 gousses d’ail dans un peu d’huile d’olive et ajouter les légumineuses avec le double de leur volume en eau, 1 ou 2 feuilles de laurier-sauce, du thym, du poivre ou du piment et cuire 20 minutes. Puis ajouter des légumes comme des carottes, du poireau, des tomates, etc. et cuire encore 20 minutes. Le liquide doit s’être évaporé.

Pour avoir tous les acides aminés des protéines, il faut manger ce plat avec du riz, des pâtes ou d’autres céréales qui contiennent les acides aminés manquant aux légumineuses. Il est possible de les ajouter à la cuisson pour faire une potée ou de cuire séparément.

C’est un repas complet, sain et pas cher mais qui demande du temps. Un petit conseil : faire plusieurs portions et mettre au congélateur les portions non utilisées.

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.