Press "Enter" to skip to content

Bien-être. L’hypersensibilité au gluten

SANTÉ > Bien-être

Étant donné qu’il existe de nombreuses sources cachées de gluten, il est préférable de s’en tenir autant que possible aux aliments complets. (Image : alleksana / Pexels)
 

Le gluten est une protéine composite présente dans les céréales comme le blé, l’orge et le seigle. Cette protéine peut provoquer des réactions chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque ou d’une sensibilité au gluten non cœliaque.

L’intolérance au gluten peut se manifester par un large éventail de symptômes. Voici quelques-uns des plus courants, bien que la liste ne soit en aucun cas exhaustive :

  • douleurs et crampes abdominales
  • arthrite
  • troubles de l’attention (TDA)
  • ballonnements
  • constipation
  • irritabilité
  • retard de croissance (dû à une mauvaise absorption des nutriments)
  • maux de tête
  • nausées
  • ostéoporose
  • problèmes de dents et de gencives
  • prise ou une perte de poids inexpliquée
     

Un des symptômes les plus courants est la fatigue. Mais beaucoup de personnes ne font pas le lien entre la fatigue et une réaction au gluten.

Les symptômes d’une sensibilité au gluten sont nombreux, la fatigue chronique est un des symptômes les plus courants.(Image : Abbie Bernet / Unsplash)
Les symptômes d’une sensibilité au gluten sont nombreux, la fatigue chronique est un des symptômes les plus courants.(Image : Abbie Bernet / Unsplash)
 

La maladie cœliaque - une affection digestive déclenchée par la consommation de gluten chez les personnes génétiquement prédisposées - peut endommager les villosités de la paroi intestinale, ce qui entraîne une diminution progressive de la capacité à absorber les nutriments contenus dans les aliments ingérés, d’où un retard de croissance et une malnutrition.

Les dommages causés à la muqueuse intestinale augmentent également la probabilité d’un syndrome de fuite intestinale, pouvant créer d’autres types de sensibilités alimentaires et de problèmes de santé systémiques.

Dans le cas de la sensibilité au gluten non cœliaque, la protéine composite s’échappe du tube digestif et passe dans la circulation sanguine. Lorsque la protéine composite atteint le cerveau, elle peut causer des dommages, entraînant des troubles de l’humeur, un déficit de l’attention et parfois des difficultés d’apprentissage.

Habituellement, un régime sans gluten est le moyen le plus courant de confirmer l’intolérance au gluten. Toutefois, l’idéal serait de commencer par des analyses de sang ou de selles pour détecter les allergènes, afin de confirmer les biomarqueurs indiquant une maladie cœliaque ou une sensibilité au gluten non cœliaque. Une fois que le gluten est supprimé du régime alimentaire, ces marqueurs peuvent ne pas être visibles.

Si votre test de sensibilité au gluten est effectivement positif, vous devez veiller à éviter le gluten dans votre alimentation. Les céréales telles que le blé, l’orge, le boulgour, le kamut, l’épeautre et le seigle sont, bien entendu, les aliments évidents à éviter (l’avoine et les flocons d’avoine eux-mêmes ne contiennent pas de gluten, mais peuvent être contaminés en raison du processus de transformation et de fabrication).

Cependant, il existe également des sources cachées de gluten dans l’alimentation dont vous n’avez peut-être pas conscience. Il s’agit notamment des produits suivants :

  • fromages à tartiner
  • yaourts aromatisés et autres produits laitiers glacés
  • préparations pour chocolat chaud
  • chocolat
  • bonbons/barres énergétiques
  • mélanges de soupe et les soupes en conserve
  • viande transformée (hot-dogs, saucisses)
  • sauces et autres mélanges à base de sauces
  • sauce tomate (ketchup)
  • moutarde
  • marinades
  • beurre de noix
  • sauce soja
  • préparations pour boissons et autres boissons conditionnées
  • protéines végétales hydrolysées (présentes dans de nombreux aliments préparés ou transformés)
  • certains suppléments nutritionnels
     

Le gluten peut aussi être présent dans d’autres produits, comme :

  • certains médicaments
  • certains cosmétiques, comme le rouge à lèvres
     

Étant donné qu’il existe de nombreuses sources cachées de gluten, il est préférable de privilégier autant que possible les aliments complets. Si vous achetez des aliments transformés et emballés, lisez attentivement les étiquettes et choisissez ceux qui contiennent le moins d’additifs possible.

La solution consiste donc à manger beaucoup d’aliments aussi proches que possible de leur état naturel.  (Image : Anna Pelzer / Unsplash)
La solution consiste donc à manger beaucoup d’aliments aussi proches que possible de leur état naturel.  (Image : Anna Pelzer / Unsplash)
 

Il faut aussi garder à l’esprit que si vous décidez de vous passer de gluten, votre alimentation ne sera pas automatiquement saine. Il existe de « bons » et de « mauvais » régimes sans gluten. De nombreux aliments transformés sans gluten peuvent également être chargés de beaucoup de sucre. La solution consiste donc à manger beaucoup d’aliments aussi proches que possible de leur état naturel.

Il n’est peut-être pas facile de changer son régime alimentaire au début, mais avec un peu de pratique, les bons outils et des connaissances, la transition peut se faire en douceur.

Sheridan Genrich est une nutritionniste clinique, naturopathe et iridologue basée à Brisbane. Sa clientèle s’étend à toute l’Australie et aux États-Unis. Elle s’efforce d’aider les personnes et les familles à trouver les éléments manquants pour améliorer leur esprit et leur corps, en fonction de la génétique, du mode de vie et des pratiques alimentaires réelles.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.