Press "Enter" to skip to content

Bien-être. L’importance d’être un bon auditeur : sept étapes pour y parvenir

SANTÉ > Bien-être

À l’ère du numérique, il semble de plus en plus difficile d’être présent, de prêter véritablement attention aux personnes qui nous entourent et d’être un bon auditeur. La technologie faisant désormais partie intégrante de nos vies, un éventail infini d’informations issues de la communication, du commerce et de divers médias se disputent invariablement notre attention.

Si la technologie permet de gagner du temps et d’élargir son champ d’action, elle peut aussi être une arme à double tranchant qui réduit notre capacité d’attention en nous rendant blasés ou surstimulés. Au milieu de tout ce bruit, nous voulons être entendus, mais nous répugnons à écouter.

Selon une étude menée en 2015 par l’Academy of Management, 78 % des écoles de commerce de premier cycle accréditées citent la « présentation » comme objectif d’apprentissage, tandis que 11 % seulement ont identifié l’« écoute » comme étant tout aussi importante.

Une bonne capacité d’écoute peut améliorer n’importe quelle relation. (Image : August de Richelieu / pexels)

Pourquoi est-il si important de savoir écouter

Bien qu’elle soit rarement mise en avant, une bonne écoute est une compétence inestimable qui peut être bénéfique dans de nombreux domaines de la vie notamment les relations, le travail, les interactions quotidiennes et le développement personnel.

Une bonne écoute crée la confiance

Il est facile de parler à une personne attentive. Les gens souhaitent être entendus, et ils peuvent reconnaître si vous leur accordez ou non votre attention. Il est frustrant de parler à quelqu’un dont l’attention est dispersée. Faire face à un interlocuteur attentif est valorisant, et les gens se sentiront plus disposés à partager.

Réduit les malentendus et les conflits

Lorsque vous n’écoutez qu’à moitié, vous ne retenez que la moitié des informations, ou les mettez dans le mauvais ordre, ou faites des liens erronés… Il y a tant de malentendus potentiels qui pourraient être évités grâce à une écoute attentive.

Le simple fait de ne pas écouter peut à lui seul entraîner un conflit. Lorsqu’une personne essaie de communiquer et que vous faites preuve de désintérêt, elle pensera que vous lui manquez de respect. Si cette situation perdure, elle pourra penser que vous ne valez pas la peine que l’on vous parle et en retour, n’accorder aucune attention à ce que vous allez dire.

Renforce les liens

Comme nous partageons des horizons et des expériences différentes, il est inévitable que nous ayons des divergences d’opinion. Un bon auditeur est prêt à mettre de côté ses propres notions afin de comprendre celles des autres. C’est la pierre angulaire pour cultiver l’empathie.

Les personnes qui écoutent avec empathie établissent facilement des liens avec les autres et construisent des relations plus solides, car elles manifestent un intérêt réel, réduisent les conflits et favorisent la confiance. Une bonne écoute peut améliorer la qualité de toutes vos interactions quotidiennes, que ce soit avec vos collègues, vos clients, vos amis ou votre famille.

Améliore la productivité et le leadership

Une bonne écoute n’est pas seulement importante pour les compétences sociales, elle améliore également votre capacité à comprendre et à retenir les informations. Plutôt que de se concentrer sur ce qu’il veut dire, un auditeur attentif absorbe et traite activement les informations, pose des questions pour clarifier les choses et établit des liens importants, ce qui favorise la mémoire et l’application utile des connaissances acquises.

Bien que la capacité à bien parler soit souvent considérée comme la clé d’un bon leadership, une bonne écoute est tout aussi, sinon plus importante. Lorsque vous êtes prêt à écouter les autres, vous gagnez leur respect en leur montrant le vôtre. En faisant l’effort de comprendre les autres, vous renforcez vos propres compétences et connaissances, et avec une compréhension globale d’un ensemble d’opinions, vous devenez plus efficace pour résoudre les conflits.

Entraîne le cerveau à écouter

Si les compétences en matière d’écoute sont rarement enseignées à l’école, elles peuvent être apprises, mais il faut pour cela se remettre en question et s’entraîner à adopter de nouvelles habitudes d’écoute.

« Lorsque nous écoutons activement, nous pratiquons la pleine conscience, nous sommes présents avec ceux qui nous entourent et nous ne permettons pas aux distractions de nous détourner de la chose la plus importante à ce moment-là : chercher à comprendre, montrer de la compassion et faire preuve d’empathie ». Jonathan H. Westover, The Power of Listening (Le pouvoir de l’écoute).

Il existe plusieurs pratiques communes aux auditeurs actifs et empathiques que vous pouvez copier pour améliorer vos compétences. Essayez d’intégrer une nouvelle habitude d’écoute chaque jour pendant une semaine :

S’engager à prêter attention : cela peut sembler évident, mais il est important de se concentrer sur la personne qui parle. Pour éviter les distractions, commencez par ranger vos appareils, puis mettez de côté vos préoccupations personnelles, y compris le multitâche, et concentrez votre écoute et votre attention à l’orateur. Maintenez un contact visuel, adoptez une posture attentive et évitez de bouger ou d’avoir l’air de vous ennuyer.

Pratiquer l’écoute active : les bons auditeurs ne se contentent pas d’entendre les mots, ils les traitent, les comprennent et en interprètent le sens en permanence. Observez les indices non verbaux tels que les hochements de tête et les expressions faciales pour comprendre les messages de votre interlocuteur, et poursuivre la conversation en lui permettant de développer une certaine profondeur.

Ne pas tirer de conclusions hâtives : il est facile de faire des suppositions sur l’orientation de la conversation, mais les bons auditeurs résistent à l’envie de l’interrompre. Faire intervenir vos propres pensées et opinions peut briser la conversation, soyez donc patient et laissez votre interlocuteur exprimer ses pensées avant de répondre.

Faire preuve d’empathie : essayez de vous mettre à la place de votre interlocuteur et de comprendre son point de vue. En tenant compte de ce que vous savez déjà de la personne et en évaluant ce que ses signaux non verbaux vous disent, vous serez mieux à même de comprendre ses sentiments et ses besoins.

Faire preuve d’ouverture d’esprit : il est normal d’être en désaccord avec quelqu’un, alors essayez d’aborder la conversation avec un esprit ouvert et la volonté d’apprendre. Les bons auditeurs évitent les jugements critiques et respectent le point de vue des autres. Être réceptif aux croyances et aux compréhensions des autres peut élargir votre propre horizon. Après tout, si nous pensions tous la même chose, il y aurait peu de choses à discuter et rien à apprendre.

Ne pas craindre le silence : dans les conversations profondes, une pause est parfois nécessaire pour permettre à l’interlocuteur de réfléchir. Lorsque des silences surviennent, nous essayons souvent de combler l’inconfort en parlant, ce qui empêche la conversation de s’approfondir ou de prendre tout son sens. Si les silences peuvent sembler gênants, ils ne doivent pas nécessairement l’être, et il n’y a aucune raison de les combler avec des bavardages inutiles. Un bon auditeur peut poser une question appropriée ou dire un petit mot d’encouragement pour faire savoir à son interlocuteur qu’il l’écoute toujours.

Réfléchir à ce que dit l’orateur : paraphrasez ou résumez ses points pour montrer ce que vous avez compris, et posez des questions pour clarifier ce que vous ne comprenez pas. Assurez-vous que votre réponse est significative et liée à ce qu’il a dit. Vous montrerez ainsi que vous participez à la conversation et vous encouragerez l’interlocuteur à continuer à partager ses idées.

En suivant ces étapes, vous pouvez maîtriser l’art de l’écoute et devenir plus empathique envers vos amis, vos collègues et vos proches, et favoriser une présence positive pour tous ceux qui vous entourent.

« L’écoute est une chose magnétique et étrange, une force créatrice. Les amis qui nous écoutent sont ceux vers lesquels nous nous dirigeons. Lorsque nous sommes écoutés, cela nous crée, nous fait nous déployer et nous étendre. » Dr Karl Menninger, psychiatre

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann


Source : Why You Need to Be a Good Listener, and 7 Steps to Get There

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.