Proverbe chinois : Les cinq organes vitaux et les six entrailles

Par Vision Times
Le 16/10/2019

Shen Nong (神农 ) est un héros de la mythologie chinoise, aussi l’un des trois Augustes, souvent assimilé à l’empereur Yandi (炎帝), un souverain mythique de l’antiquité chinoise. 

 

Shen Nong (神农) est un héros de la mythologie chinoise. (Li ZHI / Vision Times)
Shen Nong (神农) est un héros de la mythologie chinoise. (Li ZHI / Vision Times)

 

À son époque, avec une population croissante, Shen Nong comprit que les gens ne pouvaient plus vivre uniquement des produits de la nature, il fallait apprendre à cultiver. Il inventa ainsi des outils agricoles tels que les charrues, les haches et les pelles pour apprendre au peuple à cultiver les cinq céréales, d’où son nom de Shen Nong, littéralement «agriculteur divin». 

Il instaura par la suite le marché et encouragea les gens de son peuple à échanger des produits afin d’améliorer leur conditions de vie. C’est le début du commerce en Chine. Il inventa également un instrument de musique à cinq cordes pour éduquer son peuple.

 

La découverte des plantes médicinales

Une autre contribution importante de Shen Nong fut la découverte des plantes médicinales. Il parcourut les montagnes et cueillit les herbes. Il fouettait ces herbes avec un fouet brun pour faire ressortir leur nature afin d’y identifier les herbes toxiques. 

Pour connaitre davantage la nature et le goût ainsi que leur efficacité de soins, Shen Nong gouta l’une après l’autre toutes ces herbes et les expérimenta sur son propre corps. Un jour, il eut même 70 intoxications. 

Grâce à son corps transparent, on pouvait voir clairement ses cinq organes vitaux et six entrailles (cht : 五臟六腑;zhuyin :ㄨˇ ㄗㄤˋ ㄌㄧㄡˋ ㄈㄨˇ;chs :五脏六腑;pinyin:wǔ zàng liù fǔ) et on put le soigner rapidement en lui administrant un remède qui correspondait à son intoxication. 

Shen Nong soigna son peuple avec ces herbes médicinales selon leurs différentes natures et usages, sauva la vie à des milliers de personnes et créa ainsi la médecine chinoise traditionnelle. Pour rendre hommage à Shen Nong, le premier ouvrage de médecine chinoise classique fut intitulé «Shennong bencao jing » (神农草本经), c’est-à-dire «Classique de la matière médicale du Laboureur Céleste».

Les «cinq organes vitaux et six entrailles»

L’expression «cinq organes vitaux et six entrailles» est en effet un terme utilisé en médecine chinoise pour désigner les cinq organes (Zang) qui sont les viscères «pleins» (coeur, foie, poumons, rate, reins) et les six entrailles (Fu) qui sont des viscères «creux» (estomac, gros intestin, intestin grêle, triple réchauffeur, vésicule biliaire et vessie). 

Basée sur la théorie des cinq éléments, la médecine chinoise classique considère le corps humain comme un petit univers et classe les cinq organes et six entrailles en cinq éléments (cf. le tableau ci-dessous). Les organes sont de nature Yin et les entrailles sont de nature Yang. 



Correspondance entre les cinq organes, les six entrailles et les cinq éléments.  (Vision Times)
Correspondance entre les cinq organes, les six entrailles et les cinq éléments.  (Vision Times)
 

La fonction primordiale des cinq organes vitaux est de stocker la quintessence de l’énergie, le jing (essence).  Alors que les entrailles sont plutôt les lieux de transit, indispensables pour le processus de transformation. Ils constituent un système complet relié aux douze méridiens du corps humain, qui se nourrissent et se contraignent les uns et les autres afin de maintenir le bon équilibre interne du corps humain, un peu comme un mini écosystème, qui fonctionne tout seul en harmonie. En médecine chinoise, on dissipe les maladies ou maintient la bonne santé d’une personne en soignant ses cinq organes et six entrailles tout en désobstruant ses douze méridiens. 

Si vous voulez préserver votre santé et votre capital jeunesse, n’hésitez pas à essayer cette méthode simple et naturelle que les ancêtres des Chinois nous ont transmise... 


Traduit par Viviane