La K-pop et la crise de la masculinité

Texte français : Swanne
Le 01/06/2019

La K-pop est, depuis quelques années, un phénomène culturel mondial. Dans un monde dominé par la musique pop hollywoodienne et américaine, les boys bands sud-coréens ont réussi à se faire une place, et à générer des millions de fans. Cependant, la montée en popularité de la K-pop a fait l’objet de vifs débats, certains affirmant que son influence pourrait conduire à une crise de la masculinité.


Un problème de masculinité ?

Ce qui amène les gens à qualifier la K-pop de menace pour la masculinité, c’est le fait que ses stars apparaissent souvent sous un jour très sophistiqué, affichant une peau douce, bien rasée, des lèvres maquillées, et ainsi de suite. L’apparence joue un rôle très important. L’impact sur les hommes à travers le monde a été énorme et les fans commencent à adopter le look de leurs idoles. La Corée du Sud n’a pas toujours été comme ça. Dans les années 80 et 90, les hommes dans les spectacles sud-coréens apparaissaient comme des «gros durs». Au milieu des années 1990, des groupes de musique comme «The Boys» ont fait leur apparition sur scène. Cette tendance a donné naissance à l’industrie du K-pop et au look efféminé des boys bands.

Sun Jung, auteur de Korean Masculinities and Transcultural Consumption, a déclaré à la BBC : «Par rapport aux années 80 et 90, on voit dans les médias beaucoup plus de «soft masculinité» –  d’images de garçons et d’hommes à l’apparence douce – et le public les accueillent plutôt favorablement... Je pense que ce phénomène apparaît davantage comme une notion de masculinité hybride ou polyvalente – à la fois douce et virile – qui est différente de l’efféminée.»

En dépit de cette affirmation du Dr Jung, peu de gens perçoivent réellement les stars de la K-pop comme étant virils. Ils seraient plutôt considérés comme efféminés. Les «rôles de genre» traditionnels ont toujours insisté sur le fait que les hommes doivent affirmer leur caractère plutôt que d’être obsédés par leur apparence. Notre conception innée nous pousse à penser que l’homme a été conçu pour jouer le rôle de protecteur et de soutien matériel. Se détacher de ces archétypes et créer une identité masculine basée sur la beauté ne se conforme peut-être pas à l’idéal de la société.

C’est l’une des raisons pour lesquelles la K-pop est souvent critiquée par les organisations qui mettent l’accent sur les rôles traditionnels des hommes et des femmes. Selon Christian Headlines: «Retrouver une bonne compréhension de ce qui, dans notre culture signifie être un homme, est l’une des tâches culturelles les plus urgentes auxquelles nous devons faire face. Et peu importe combien nous insistons pour prouver le contraire, la biologie, la physiologie, la psychologie, (...) nous disent que les hommes et les femmes sont différents, tous deux créés dans leur unicité complémentaire pour apporter la vie au monde».

La Chine prend des mesures

Inquiet de l’influence des boys bands de la K-pop sur sa population masculine, le gouvernement chinois s’est engagé dans une campagne promouvant les qualités traditionnelles masculines. Les médias d’État appellent souvent les hommes qui imitent les idoles K-pop «jeune viande fraîche» et «poules mouillées». Des parents ont également fait entendre leur voix pour dénoncer les émissions de télévision qui mettent en vedette des garçons maquillés et habillés comme des filles.


Inquiet de l'influence des boys bands de la K-pop sur sa population masculine, le gouvernement chinois s'est engagé dans une campagne promouvant les qualités traditionnelles masculines. (Image: Capture d'écran / YouTube)
Inquiet de l’influence des boys bands de la K-pop sur sa population masculine, le gouvernement chinois s’est engagé dans une campagne promouvant les qualités traditionnelles masculines. (Image : Capture décran / YouTube)


«Ils craignent que si les Chinois sont si efféminés... alors nous deviendrons un pays faible à l’avenir et nous ne pourrons plus rivaliser avec nos concurrents... Notre crainte est que la virilité de la nation toute entière ne soit affectée par ces images d’hommes efféminés», a déclaré Song Geng, de l’Université de Hong Kong, au Los Angeles Times.

Inculquer des valeurs masculines aux garçons a été identifié comme une priorité absolue par l’État. Certaines des mesures préconisées incluent la création d’un plus grand nombre d’écoles réservées aux garçons. Plusieurs experts chinois ont appelé à différencer les élèves selon leur sexe dans l’éducation, avertissant que les hommes efféminés représentent un problème pour la nation.