Press "Enter" to skip to content

Tradition. Qui découvrira le trésor caché par Liu Bowen ?

CHINE ANCIENNE > Tradition


Un stratège militaire de la dynastie Ming, Liu Bowen, aurait enterré un trésor dans un monastère pour les générations suivantes. (Image : LittleMouse / Pixabay)

Les gens enterrent-ils leur argent pour les générations futures ? Un stratège militaire de la dynastie Ming, Liu Bowen, l’aurait fait. Mais a-t-il été découvert ?

Dans le monastère de Tianzhuang, à Shaoxing, en Chine, une célèbre histoire se transmet depuis des générations. On raconte qu’un jour, un groupe d’étrangers se présenta au temple en prétendant être les descendants d’une famille appelée Liu, de l'État de Chu. Ils dirent à l'abbé Xuefan qu’ils admiraient le paysage de Shaoxing et souhaitaient rester dans le temple pour profiter de sa beauté. Xuefan leur accorda la permission de rester.

Peu à peu, les étrangers et Xuefan se lièrent d’amitié. Alors, les étrangers se confièrent à Xuefan : « Nous sommes les descendants de Liu Bowen de la dynastie Ming. Notre ancêtre a enterré de l’argent ici. Il est temps pour nous de récupérer l’argent. Selon la volonté de Liu Bowen, 30% iront au temple et 70% nous reviendront. »

 Un groupe de touristes est arrivé au monastère Tianzhang à Shaoxing, en Chine, affirmant que leur ancêtre, Liu Bowen, avait enterré de l'argent au temple. (Image: Haldini/Sam Haldane viawikimedia CC BY-SA 2.0)
Un groupe d’étrangers se présentèrent au monastère Tianzhang à Shaoxing, en Chine, affirmant que leur ancêtre, Liu Bowen, avait enterré de l’argent au temple. (Image : Haldini / Sam Haldare / Wikimedia)
 

Xuefan leur demanda où l’argent était enterré. Les étrangers répondirent : « Il est enfoui sous l’arche de la porte de la montagne. » Tout le monde se mit alors à creuser au beau milieu de la nuit, mais même ils eurent beau creuser profondément dans le sol, ils ne purent rien découvrir. Le groupe ne put s’en tenir à cette défaite et continua à creuser, en vain. Déçus, ils finirent par repartir les mains vides.

Pour quelle raison furent-ils contraints de partir les mains vides ? Le monastère de Tianzhang fut construit pendant la dynastie des Yuan. Le corps de l’empereur de la Dynastie Song du Sud y repose. Pendant le règne de Kangxi de la dynastie Qing, l’ancien abbé Jingxiu déplaça la porte de la montagne. Jingxiu avait étudié Feng Shui en expert et estimait que l’orientation initiale de la porte de la montagne était loin d’être idéale. Il changea donc d’orientation du sud vers l’est.

Il se trouve que Jingxiu était le maître de Xuefan et, après le départ du groupe d’étrangers, Xuefan se souvint que l’emplacement de la porte de la montagne avait été modifié par son maître. Alors il pensa : « L’argent pourrait-il être enterré là où se trouvait la porte ? » Il commença à creuser à l’emplacement initial et, deux pieds sous terre, il découvrit une dalle de pierre. Après avoir soulevé la dalle, il trouva une petite urne. Il ouvrit l’urne et vit qu’elle était pleine d’or et d’argent. Le monastère de Tianzhang devint riche. Les moines installèrent une plaque en hommage à Liu Bowen dans une pièce située à gauche du temple pour l’adorer du matin et soir.

En vertu de son mérite, Liu Bowen était souvent récompensé par l'empereur.
Liu Bowen fut souvent récompensé par l’empereur grâce à
ses mérites. (Image : Wikimedia)
 

Les générations suivantes continuent à raconter cette histoire et s’interrogent encore : pourquoi Liu Bowen a-t-il enterré de l’argent dans le monastère de Tianzhang ? Liu Bowen était l’un des fondateurs de la dynastie Ming. L’empereur Zhu Yuanzhang récompensait souvent ses mérites par de l’argent, des montagnes et des terres agricoles. Cependant, Liu Bowen n’était pas comme les autres personnes : il ne souhaitait pas laisser des biens à ses descendants. Chaque fois qu’il recevait des récompenses, il utilisait différentes méthodes pour répartir la richesse. En gardant cela à l’esprit, il a peut-être enfoui les richesses pour enseigner aux générations futures qu'elles doivent travailler dur pour obtenir ce qu’elles veulent au lieu d’espérer hériter. Ou peut-être était-ce pour suggérer aux autres l’idée suivante : une vie spirituelle combinée à un travail ardu finit par porter ses fruits.

Rédacteur Lia Suzuran

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.