Press "Enter" to skip to content

Tradition. L’histoire et la signification du symbole universel svastika

CHINE ANCIENNE > Tradition

Symbole de Bouddha, signe de bon auspice, ornement traditionnel voire préhistorique, forme de la voie lactée… le svastika (卍) a été un symbole universel utilisé par de nombreuses civilisations jusqu’à nos jours. Longtemps décrié en Occident à cause d’une période sombre de l’humanité, il est temps que ce symbole dévoile à nouveau au public sa vertu et son origine solennelles en lien avec le Bouddha.

La signification du mot « svastika » en sanskrit

Le mot anglais pour « svastika » est « swastica », qui vient du mot sanskrit « svastikah », qui signifie « bonne fortune ». La première moitié du mot « svasti » est divisée en deux parties : « su » (le u et le v étaient autrefois identiques), qui signifie « bon, bien », et de « asti », « il est ». Ensemble, « svastikah » signifie « exister, vie ». En Inde, le symbole svastika est associé à de nombreuses choses qui représentent la bonne fortune, car il signifie « bonne fortune, bonne chance ».

 L’histoire et la signification du symbole universel svastika
Svastika sur une pièce de monnaie qui signifie le bonheur et la chance. (Image : flickr / Wystan)

Le svastika est un symbole universel

Le svastika est l’un des innombrables mystères de la culture et de l’histoire humaines, mais il est très particulier. Non seulement il existe depuis longtemps, mais il est présent dans toutes les civilisations du monde. Bien que simple, il a été transmis depuis longtemps parmi différents groupes d’êtres humains. Apparaissant à différents endroits, il représente des significations similaires. Le svastika a toujours représenté la chance et la bonne fortune et apparaît souvent sur les statues de Bouddha ou de divinités.

 L’histoire et la signification du symbole universel svastika
Sol en mosaïque dans la Maison du Svastika avec des motifs floraux et géométriques, Conimbriga, Lusitanie, Portugal. À droite : Svastika, Musée archéologique national, Athènes. (Image :  flickr / Carole Raddato & José Antonio Castilla Gómez)

Le svastika intéresse depuis longtemps de nombreux spécialistes de l’archéologie et de l’étude des origines de l’écriture. Certains estiment qu’il est l’un des symboles de l’origine de l’écriture humaine, d’autres pensent qu’il provient du pictogramme du soleil, d’autres encore suggèrent qu’il est en lien avec la reproduction humaine.

Des traces du svastika ont été trouvées dans des sites anciens du monde entier. On en a trouvé en Crète et à Troie, en Scandinavie, en Écosse, en Irlande, chez les Indiens d’Amérique, dans les civilisations mayas d’Amérique du Sud, en Arabie, en Mésopotamie, à Rome et aux débuts du christianisme, dans les cultures byzantines, en Inde ancienne, ainsi qu’en Chine et en Égypte, pour n’en citer que quelques-unes. Les anthropologues les ont appelés « croix » ou « rayons de soleil », qu’ils pensent être liés aux premières croyances humaines concernant le soleil.

 L’histoire et la signification du symbole universel svastika
Céramique fine de la période de Samarra qui se trouve dans le musée de Pergame. À droite Oiseau et svastika (lévogyre), détail d’amphore, VIIIe – VIIe siècle av. J.-C., Musée archéologique de Théra à Santorin. (Image : wikimedia / Einsamer Schütze / CC BY-SA 3.0 & wiki.org)

Le symbole de svastika a été trouvé sur des poteries de la période Samarra en Mésopotamie, en Asie occidentale, vers 6 200 à 5 700 av. J.-C. Des sites néolithiques d’Asie occidentale et le site de Tall-i Bakun en Iran ont mis au jour des poteries peintes datant de 3 500 ans avant J.-C. au plus tard, dont une poterie représentant une déesse de la fertilité portant un svastika sur l’épaule. Des symboles de svastika ont également été découverts à plusieurs reprises dans des objets de la Grèce antique.

 L’histoire et la signification du symbole universel svastika
Poterie géométrique béotienne avec svastika. Musée archéologique de Thèbes.
À droite Kantharos. Svastika et rossetes. Poterie attique à géométrie tardive, 
vers 760 avant J.-C. NG Prague, Palais Kinský, NM-H10 1849. (Image : wikimedia / Zde / CC BY-SA 4.0 & Zde / CC BY-SA 3.0)

On trouve également des inscriptions de svastika sur des sceaux et des pièces de monnaie provenant des ruines de Mohenjo-Daro, dans la vallée de l’Indus, datant d’environ 5000 à 4000 ans. Ces pièces sont illustrées dans le livre de Sir J. Mashall, Mohenjo Daro et la civilisation de l’Indus.

 L’histoire et la signification du symbole universel svastika
Ganesh, le seigneur des catégories de l’hindouisme avec svastika. À droite : ornement à svastika. (Image : wikimedia / Yvanberthe / CC BY-SA 4.0 & Théophile Habert / Domaine public)

Un grand nombre de svastikas ont également été déterrés dans la culture sumérienne, qui date d’environ 5 000 ans. Tandis qu’en Europe, d’après les découvertes archéologiques, le svastika était déjà populaire à l’âge du bronze en tant que symbole décoratif et on le retrouve dans l’art paléochrétien et byzantin. En Grèce, le svastika était largement utilisé dans de nombreuses décorations par les anciens Crétois et Troyens. Des svastikas ont également été découverts dans des tombes caucasiennes et sur des objets en bronze mis au jour.

Le svastika était également utilisé dans les temps anciens par les Indiens Navajo d’Amérique du Nord (qui l’utilisaient comme symbole des dieux du vent et de la pluie), ainsi que par les Mayas et les Polynésiens d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale.

On a également retrouvé des svastikas décorant des synagogues en Asie centrale depuis le VIe siècle av. J.-C. environ.

 L’histoire et la signification du symbole universel svastika
À gauche : salle 17 avec une ancienne mosaïque romaine de svastikas à la Villae romaine de Tejada à Quintanilla de la Cueza (Palencia, Castille et León). À droite : le symbole svastika dans l’Église du Gésu de Toulouse. (Image : wikimedia / Valdavia / CC BY-SA 3.0 & Don-vip / CC BY-SA 3.0)

Le svastika en Chine pendant la période néolithique

En Chine, le svastika remonte à la période de transition vers le Néolithique. Des motifs à partir du svastika ont été découverts sur de nombreuses reliques anciennes, notamment les poteries, dans de nombreuses régions de Chine :

  • Le Hunan : la culture Pengtoushan d’il y a 9 000 ans et la culture Gao Miao d’il y a 7 400 ans,
  • Le Zhejiang : la culture Hemudu d’il y a 6 900 ans,
  • Le Shandong : la culture Dawenkou d’il y a 6 500 à 4 500 ans,
  • Le Guangdong : la culture Shixia d’il y a environ 4 800 ans,
  • La Mongolie intérieure : la culture Xiaoheyan d’il y a 4 870 ans,
  • Le Gansu et le Qingha : la culture Majiayao d’il y a environ 4 000 ans.

De nombreuses découvertes archéologiques ont également été faites ailleurs en Chine : par exemple, des svastikas ont également été trouvés sur des peintures rupestres du mont Buerhantu, à Houqi, en Mongolie intérieure et sur une perle en pierre gravée artificiellement datant des dynasties Han et Wei, déterrée à comté Shayar, dans le Xinjiang.

Ce phénomène suggère que les anciens Chinois n’étaient pas étrangers à ce symbole sacré et que le svastika chinois est donc antérieur non seulement à l’époque où le bouddhisme a été introduit en Chine, mais aussi avant l’apparition du bouddhisme en Inde.

Le svastika en Asie : symbole de Bouddha

 L’histoire et la signification du symbole universel svastika
Statut de Bouddha avec le symbole de svastika sur la poitrine, à l’île de Lantau à Hong Kong. (Image : tee2tee / Pixabay)

Les gens commencent de nouveau à connaitre ce symbole lorsque le bouddhisme apparait en Inde il y a plus de 2000 ans. En Chine comme dans d’autres pays d’Asie, ceux qui connaissent le bouddhisme associent le symbole svastika au Bouddha.

Le svastika est connu sous le nom de Srivatsa en sanskrit et traduit autrefois en chinois comme « mer et nuage auspicieux » (吉祥海雲相), ce qui signifie « l’ensemble des choses auspicieuses ». Dans la dynastie des Wei du Nord, lorsque le traducteur et moine bouddhiste indien Bodhiruci est allé en Chine, il a traduit ce mot en chinois comme « Wan » (dix mille, 萬) dans le volume 12 de L’Interprétation du Dashabhumika sutra, tandis que Kumarajiva, moine bouddhiste et traducteur koutchéen ainsi que Xuanzang (玄奘), moine bouddhiste chinois et l’un des plus grands traducteurs de soutras bouddhiques de l’histoire de la Chine, l’ont tous deux traduit par « vertu » (德) en chinois, prenant le sens de la solennité des dix mille vertus et soulignant les mérites et les vertus infinis du Bouddha.

Il est maintenant généralement admis que le svastika a été prononcé « Wan » par Wu Zetian (武則天), la seule impératrice régnante de toute l’histoire de Chine, dans la deuxième année de son règne (693 ap. J.-C.), comme l’indique le Recueil de noms de traduction ou Fanyi Mingyi Ji (翻譯名義集) de la dynastie Song, volume 6 : « Votre Majesté (Wu Zetian) a défini ce caractère et l’a gravé sur le pilier céleste, il se prononce comme " wan ". C’est un symbole de bonne fortune et de vertu ».

Le svastika est écrit à la fois dans le sens des aiguilles d’une montre (卐) et dans l’autre sens (卍). Dans son livre Yiqiejing yinyi (一切經音義, la prononciation et le sens des mots du sutra), le moine Huilin (慧琳) de la dynastie Tang a suggéré de prévaloir le svastika écrit dans le sens inverse des aiguilles (卍). Alors que dans le bouddhisme tibétain, le svastika tourne vers la droite (卐) fait foi, et c’est la différence entre l’utilisation chinoise et tibétaine du symbole du svastika. Le svastika tourne contre le sens des aiguilles (卍), cependant, il est utilisé comme symbole par l’ancienne religion tibétaine du Bön. En tibétain, le svastika est appelé « yung drung », ce qui signifie « robuste », symbole de la lumière, mais aussi de la réincarnation sans fin.

 L’histoire et la signification du symbole universel svastika
Un miroir en bronze de la dynastie Tang avec le symbole svastika. (Image : Musée National du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0)

Outre les symboles de svastika utilisés sur les anciens objets chinois cités plus haut, d’autres symboles de svastika ont également été trouvés sur des crochets de ceinture en cuivre dans l’ancienne région du Sichuan. Sous la dynastie Tang, les miroirs à svastika étaient populaires de l’époque de l’empereur Tang Dezong jusqu’à la fin de la dynastie Tang. Un bol en porcelaine de la dynastie Song découvert à Guangdong contient un symbole ressemblant au svastika (un svastika entouré d’un double cercle). Un certain nombre de boîtes à poudre décorées du svastika fabriquées sous la dynastie Yuan ont également été découvertes à Fujian.

 L’histoire et la signification du symbole universel svastika
En haut à gauche : bol à thé en émail bleu avec des fleurs sur un fond bleu, Qianlong, dynastie Qing. En haut à droite : Svastika sur les jouets d’enfants sous la dynastie Qing en Chine. En bas à gauche : les symboles svastika sur le toit dans la Cité interdite. En bas à droite : tabatière en verre émaillé de la période Qianlong sous la dynastie Qing. (Image : Musée National du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0) & Wolfgang Reindl / Pixabay)

Au début de la dynastie Ming, un chapeau appelé « écharpe supérieure à svastika » est apparu et les symboles de svastika ont également été utilisés pour décorer des bols à pétales de lotus et des assiettes bleu et blanc de la période de l’empereur Wanli de la dynastie Ming.

« Les symboles du svastika sont encore plus populaires sur les célèbres assiettes en porcelaine Kraak à exporter et sont généralement utilisés comme décoration de bordure, ou peints au centre de l’assiette comme motif principal. »

Le svastika est souvent présent sur les brocarts, les portes et fenêtres ciselées, voire sur les jouets d’enfants de la dynastie Qing et il n’est pas difficile à trouver sur d’autres objets d’artisanat. Il est généralement admis que l’utilisation du svastika sur les artefacts susmentionnés était dotée d’une connotation de bon augure.

Le svastika dans différentes cultures occidentales

Outre les traces du svastika dans les pays orientaux influencés par le bouddhisme, le svastika joue également un certain rôle en Grèce, en Afrique, en Angleterre et en France.

En Angleterre, le svastika est une sorte d’ornement, en Grèce, il est synonyme de « lion à quatre cornes », en Inde, c’est un ornement à base de svastika. Le svastika se retrouve également dans des reliques amérindiennes, romaines, celtes et voire celles des pirates nordiques.

 L’histoire et la signification du symbole universel svastika
En haut à gauche : Svastika à l’entrée du Musée Manchester Art Gallery. En haut au milieu : Svastika gravé dans un temple à Bali. En haut à droite : Svastika sur l’Ara Pacis (l’Autel de la Paix) édifié par le premier empereur romain Auguste entre 13 et 9 av. J.-C. En bas à gauche : Svastika qui se trouve sur les grilles de San Francisco en 1874. En bas au milieu : Svastika sur les mosaïques de Byzantine qui date de 1500 ans. En bas à droite : Svastika sur l’Ara Pacis (l’Autel de la Paix) édifié par le premier empereur romain Auguste entre 13 et 9 av. J.-C. (Image : premasagar / flickr / CC BY-NC 2.0 & McKay Savage / flickr / CC BY 2.0 & mararie /flickr / CC BY-SA 2.0 & flickr / Franco Folini / CC BY-SA 2.0 & Flick / rabiem22 / CC BY 2.0 & / flickr / mararie / CC BY-SA 2.0)

Aux États-Unis, au début du XXe siècle, le svastika était encore utilisé comme symbole des boy-scouts, de l’égalité des sexes, du Girls’ Club et comme brassard de la 45ème division d’infanterie américaine pendant la Première Guerre mondiale.

Dans une synagogue de Hartford, dans le Connecticut, le svastika a été utilisé comme motif décoratif sur le sol. En fait, les découvertes archéologiques montrent maintenant que le svastika était utilisé dans la vie des Amérindiens bien avant l’arrivée de Christophe Colomb sur le continent américain.

En Allemagne, le svastika depuis son utilisation déviée par Hitler et utilisé comme la croix gammée, le symbole du nazisme, a rencontré énormément de stigmatisation notamment en Europe. Or, la plus ancienne utilisation connue du svastika en Allemagne remonte à l’époque prussienne.

En réalité, le svastika représente le Bouddha pour les croyants, la chance, la bonne fortune et la bonne santé pour les non-pratiquants dans diverses cultures.

 L’histoire et la signification du symbole universel svastika
La structure de la galaxie telle que imaginée par les artistes. Il existe deux principaux bras spiraux qui s’étendent vers l’extérieur à partir des tiges courtes de la sphère nucléaire. (Image : wikimedia / NASA/JPL-Caltech/ESO/R. Hurt / Domaine public)

Le svastika, image de la voie lactée en miniature ?

Le svastika est transmis depuis des milliers d’années et se retrouve dans presque toutes les nationalités vivant sur cette planète. Il symbolise la bonne fortune et la protection divine, ainsi que la vie et le changement des saisons. Le svastika représente beaucoup de choses qui sont très éloignées des intentions des nazis. Bien avant l’apparition des nazis, le svastika existait depuis des milliers d’années comme symbole de bonne chance.

De récents développements en astronomie ont conduit les scientifiques à découvrir que la Voie lactée est une galaxie tourbillonnante avec quatre « bras » tournants qui s’étendent de l’intérieur vers l’extérieur. En regardant de plus près, nous constatons que la structure des quatre bras de la Voie lactée qui tournent sur eux-mêmes est très similaire au svastika, le symbole de Bouddha. Il semble qu’il y ait un mystère plus profond pour ce svastika.

Rédacteur Jessica Wang

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.