Press "Enter" to skip to content

Sagesse. La manière de gouverner des anciens souverains chinois

CHINE ANCIENNE > Sagesse

Convaincus que la culture chinoise a été transmise par les divinités aux Trois Rois et aux Cinq Empereurs (三皇五帝 Sān Huáng Wǔ Dì), les Chinois se considèrent comme les descendants des Empereurs Yan et Huang (炎黃子孫 Yánhuáng zǐsūn). Les manières de gouverner dans la Chine ancienne et les royaumes ont évolué au fil du temps, passant des anciens souverains aux empereurs puis aux rois.

Souverains (皇 Huáng)

Les souverains étaient considérés comme des demi-dieux. Ils gouvernaient en se basant sur leur profonde compréhension des lois universelles du Ciel (la Voie céleste). Ils comprenaient l’équilibre harmonieux du yin et du yang, la succession des quatre saisons et la façon dont l’homme ne fait qu’un avec le Ciel et la Terre. Selon les archives historiques, ce sont les souverains qui ont contribué à l’introduction de l’utilisation du feu, appris aux gens à construire des maisons et à développer l’agriculture.5

À l’époque des Trois Souverains (三皇 Sān Huáng), les gens vivaient dans des grottes, portaient des fourrures d’animaux et buvaient aux sources des montagnes. Ils étaient insouciants et sans désirs. Les trésors comme l’or, les perles et le jade étaient abandonnés dans la nature. Il n’y avait pas de règles ni de sanctions. Les gens vivaient simplement et naturellement en harmonie avec le Ciel et la Terre.

Les souverains gouvernaient selon la Voie céleste. Il n’y avait pas besoin de considérer la vertu, car toutes choses existaient partout de manière équilibrée, sans distinctions artificielles. Le chemin était simple et lisse et de ces gens suivant la Voie céleste, se dégageait une beauté au-delà des mots.

Confucius a dit : « Que dit le Ciel ?… Les quatre saisons sont en mouvement et toutes les choses naissent. » Le Ciel utilise des mots non exprimés (comme le mouvement des quatre saisons) comme une leçon profonde et de grande portée pour l’homme et tous les êtres. Parce que le Ciel avait présenté le meilleur de chaque chose au monde, tout est né conformément à sa nature, et les gens ont grandi conformément à leur nature. Ils profitaient du festin du Ciel dans la paix et la tranquillité, sans désir.

La manière de gouverner des anciens souverains chinois
Aquarelle de l’empereur chinois Fu Hsi, représenté en costume traditionnel. Les empereurs, qui se situent à un niveau inférieur à celui des souverains, ne gouvernent pas directement selon les lois du Ciel, mais selon la compréhension de ces lois par les saints. (Image :  wellcomecollection / CC BY 4.0)

Empereurs (帝 )

Les empereurs, eux, gouvernaient sur la base de la moralité, ils n’étaient donc pas au même niveau que les souverains. Avec le peuple comme sujets, des distinctions étaient établies. Les empereurs adhéraient à la Voie céleste comme leurs prédécesseurs les souverains, mais en y ajoutant les concepts de vertu et de monde. Bien que ce règne n’ait pas encore songé à posséder le monde ou à subir la division des dynasties, il était déjà devenu moins noble et plus limité que le règne des souverains.

L’homme a obtenu les Lois du Ciel pour guider son comportement. La vertu (德 de), homophone de « obtenir » en chinois, est ce que l’on obtient en adhérant à ces lois. Les humains sont les seuls êtres capables d’acquérir la vertu, eux seuls peuvent l’apprécier et renoncer à leurs désirs en sa faveur.

Plus le niveau moral d’une personne est élevé, plus sa compréhension et sa perspicacité sont profondes. Lorsque les gens sont capables de saisir la nature fondamentale des choses, ils sont mieux à même de gérer les situations difficiles et de relever les défis de la vie. Lorsque les gens sont accablés de désirs et de préoccupations, il leur est difficile d’accomplir des choses.

Pendant la période de gouvernance de l’empereur, les gens ne suivaient plus directement la Loi du Ciel. Ils suivaient plutôt la « loi des saints », ce qui signifiait qu’ils appliquaient la compréhension que les saints avaient des lois du Ciel pour guider leur comportement.

La vertu prévalait, mais un système de règles de base était établi pour la faire respecter, avec des sanctions claires et fermes. Le bien et le mal émergeaient et les soldats de l’empereur jaune conquéraient le pays par la force. C’était un royaume bien plus petit que la loi du Ciel, celle-ci étant universellement désintéressée et spontanée. Par conséquent, Lao Tseu l’a décrit comme « perdre la Voie puis développer la vertu ».

Les rois (王, Wáng)

Les rois, généralement appelés « fils du Ciel », ont suivi les empereurs. Les trois lignes horizontales du caractère 王 (Wáng) représentent la Voie du Ciel, la Voie de la Terre et la Voie de l’Homme. La ligne verticale au milieu représente l’unité des trois. Considérés comme choisis par le Ciel en tant que possesseurs du monde, les rois ont pour mission de gouverner le peuple pour le Ciel.

La Voie des Rois est bienveillante, visant à l’accomplissement de toutes choses et à l’harmonie pour tous les peuples. C’est aussi une Voie juste, faisant preuve de raison, de vérité et de justice. Tandis que le règne des souverains et des empereurs allait de soi parce que leur comportement était conforme à la Voie du Ciel, un roi doit démontrer d’une manière ou d’une autre qu’il est choisi par le Ciel. Ce n’est qu’après avoir reçu l’approbation du Ciel qu’il peut gouverner le peuple selon la voie royale, en encourageant le bien et en réprimant le mal.

Telle était l’ampleur et l’étendue de l’esprit des anciens dirigeants chinois qui se situaient au sommet de la hiérarchie sociale. Leur ouverture d’esprit leur permettait de voir la vie et le monde de manière beaucoup plus grande que les politiciens d’aujourd’hui.

Transmettre les méthodes traditionnelles pour restaurer la moralité humaine

À l’époque des souverains, des empereurs et des rois, les gens étaient ancrés dans la moralité. Leur perspicacité à percer les mystères de la nature est incompréhensible pour les esprits modernes. Lorsque les gens d’aujourd’hui regardent les sociétés anciennes du point de vue de la science moderne et de la théorie de l’évolution, ils considèrent leur manque de technologie et de connaissances scientifiques comme de l’ignorance. Cela est dû au fait que leur propre sagesse est insuffisante.

Les mythes et légendes qui ont traversé les 5 000 ans d’histoire de la Chine sont le reflet du peuple de l’époque. Les Chinois pensaient qu’il y avait une correspondance entre l’accession au pouvoir d’une personne et sa compréhension des lois célestes, ainsi ceux qui gouvernaient devaient s’intégrer harmonieusement et librement à l’univers. Seuls ceux qui possédaient ce haut niveau de sagesse et de moralité pouvaient y prétendre, car il n’y avait pas de séparation entre le Ciel et l’homme.

La manière de gouverner des anciens souverains chinois
Sous la Voie céleste, le yin et le yang coexistaient, les quatre saisons alternaient et l’homme ne faisait plus qu’un avec le Ciel et la Terre. (Image : Charles Chan / Flickr / CC BY-ND 2.0)

Au fil du temps, la nature des anciens souverains d’inspiration divine a été mal comprise par leurs descendants humains dont la moralité a continué à décliner. Avec l’accroissement de ses connaissances scientifiques, l’homme a développé une quête sans fin de contrôle de la nature et d’accumulation de biens matériels. Son instinct inné de communication avec le Ciel et la Terre s’étant dégradé puis perdu, l’homme considère ses ancêtres exemplaires en matière de morale comme de simples mythes et légendes.

Des sages comme Lao Tseu et Confucius ont tous deux préconisé la rétrospection. Le taoïste Lao Tseu a proposé un chemin de retour aux sources, qu’il a appelé « retour à l’innocence des enfants », tandis que le confucianisme soutient que l’on devrait utiliser le passé historique pour évaluer les personnes et les événements. Tous deux ont compris que seul un retour en arrière permettrait à l’homme d’inverser la trajectoire descendante considérée comme un « progrès » par certains.

On rappelle souvent aux gens de ne pas oublier leurs racines, de se libérer des chaînes de la tentation et du désir et de se comporter avec noblesse et droiture. Ce sont ces conseils qui leur permettront de retrouver la voie en accord avec le Ciel et la Terre.

Rédacteur Swanne Vi

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.