Press "Enter" to skip to content

Histoire. Les histoires les plus touchantes de la piété filiale

CHINE ANCIENNE > Histoire

Avec la technologie de pointe de la société d’aujourd’hui, les façons de montrer notre piété filiale ou notre révérence envers nos parents ont évolué. Nous avons des conversations vidéo avec eux, nous faisons livrer des cadeaux à leur domicile ou nous les emmenons partager un repas. Bien sûr, c’est peut-être ainsi que les gens modernes expriment la piété filiale, mais nous pouvons encore nous inspirer des histoires anciennes de ceux qui vénéraient sincèrement et prenaient soin de leurs aînés en se comportant silencieusement avec vertu et bienveillance au sein de la famille.

Yang Wei, qui supervisait les affaires royales sous la dynastie Ming, rentrait chez lui après la séance du tribunal du matin. Il enlevait ses robes et enfilait des vêtements de roturier pour servir soigneusement sa mère. Il a porté de l’eau et l’a utilisée pour laver son visage, nettoyé son crachoir, gratté ses démangeaisons et il lui a frotté le dos. Au printemps, il la portait sur son dos et se promenait parmi les fleurs parfumées et les branches d’arbres qui se balançaient. Ils passaient du temps ensemble dehors à l’ombre des arbres. La mère de Yang Wei a vécu jusqu’à l’âge de 104 ans.

Qu’est-ce que la piété filiale ?

Pour les Chinois, la piété filiale - honorer, respecter et remplir ses devoirs envers ses parents - est considérée comme la première des cent vertus. C’est le fondement de toute vertu et englobe le principe de « se cultiver, établir une famille harmonieuse, gouverner le pays et apporter la paix dans le monde ». Confucius a dit : « La piété filiale commence par le respect de ses parents, s’étend au respect du dirigeant et culmine dans l’établissement de son propre caractère ».

Les histoires les plus touchantes de la piété filiale
Selon Confucius, la piété filiale a commencé par le respect de ses parents mais a finalement permis à chacun d’établir son propre caractère. (Image : ErikaWittlieb / Pixabay)

Sous la dynastie Jin, lorsque Yang Xiang avait 14 ans, il se rendit aux champs avec son père pour récolter le riz. Soudain, un tigre féroce attaqua son père et s’apprêta à l’emporter. Yang Xiang a couru et a attrapé le tigre par la gorge avec ses deux mains, essayant désespérément de l’étrangler. Le vieux tigre lâcha son père et s’enfuit.

« Les larmes qui ont apporté des pousses de bambou en provenance de la terre gelée » est une autre histoire touchante de piété filiale. Pendant la période des Trois Royaumes, la mère de Meng Zong est tombée gravement malade, un hiver. Elle espérait avoir du bouillon médicinal à base de pousses de bambou, mais Meng n’a pas pu trouver de pousses de bambou dans des conditions aussi glaciales.

Bien que Meng ait cherché à travers le paysage blanc, il n’a trouvé que des feuilles givrées et des tiges recouvertes de glace. Penser à sa mère malade attendant le bouillon médicinal lui causa un tel chagrin qu’il se mit à pleurer de façon incontrôlable. Cela a dû vraiment émouvoir les dieux car soudain, le sol s’est fissuré et des pousses de bambou ont émergé. Meng les a joyeusement ramenés à la maison et les a fait bouillir. Après que sa mère ait bu la soupe, elle s’est remise de sa maladie.

« Crouching on Ice for Carp » raconte l’histoire de Wang Xiang sous la dynastie Jin. Il était allongé sur la glace et mendiait du poisson pour sa belle-mère quand il faisait très froid. On raconte que lorsque Wang était allongé sur la glace, un miracle s’est produit : soudain, la glace s’est fendue et deux carpes ont sauté hors de l’eau. Wang a joyeusement ramené les carpes à la maison pour sa belle-mère.

Les histoires les plus touchantes de la piété filiale
Lorsque sa belle-mère eut envie de manger de la carpe, Wang Xiang sortit pour lui en chercher, même si la rivière était gelée. (Image : Silvia / Pixabay)

La partie la plus touchante de cette histoire était que sa belle-mère disait souvent du mal de Wang devant son mari, faisant perdre à Wang l’amour de son père. Cependant, chaque fois que son père ou sa belle-mère étaient malades, il s’occupait toujours d’eux sans relâche, et lorsqu’il apprit que sa belle-mère avait envie de manger de la carpe, il alla immédiatement sur la glace pour lui en trouver.

Jiang Shi, un homme vivant dans le Sichuan pendant la dynastie des Han de l’Est, a épousé sa femme, surnommée Pang. Le couple a fait preuve d’une grande piété filiale envers leurs parents. Sa belle-mère aimait boire l’eau du fleuve Yangtze, alors Pang a parcouru dix miles jusqu’au bord de la rivière pour en chercher. Sa belle-mère adorait manger du poisson, alors elle lui cuisinait souvent du poisson. Si parfois sa belle-mère ne voulait pas manger seule, on invitait les femmes âgées du quartier à manger avec elle.

Un jour, Pang est rentrée tard chez elle après être allée chercher l’eau du fleuve Yangtze, à cause du vent fort qui soufflait. Son mari pensait qu’elle avait délibérément insulté sa mère et l’a chassée de la maison. Pang vivait temporairement dans la maison du voisin, filant et tissant jour et nuit. Après avoir vendu le tissu tissé, elle a demandé au voisin d’envoyer l’argent à sa belle-mère.

Plus tard, sa belle-mère a ordonné à Jiang d’inviter Pang à revenir. Lorsque Pang est rentrée chez elle, de l’eau de source a jailli de la cour, elle avait le goût du fleuve Yangtze. De plus, deux carpes sortaient chaque jour de la source. À partir de ce moment, grâce à sa piété filiale, Pang utilisa l’eau de la source pour servir sa belle-mère et n’eut plus besoin de s’éloigner pour aller la chercher à la rivière.

Rédacteur Nello Tinazzo

Source : The Most Touching Stories of Filial Piety
www.nspirement.com

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.