Press "Enter" to skip to content

Histoire. Les épidémies ont contribué à la chute de la dynastie Sui 

CHINE ANCIENNE > Histoire

La peste, la sécheresse, les inondations, les insectes, le vent et les catastrophes naturelles telles que les tremblements de terre, ont joué un rôle essentiel pour l’humanité et son histoire. Mais est-ce l’homme ou les cieux qui ont régi le destin de l’humanité depuis la nuit des temps ?

En 581 ap. J.-C., Yang Jian, empereur Sui Wendi, remplaça Zhou pour établir la dynastie Sui (581-618), qui a ensuite réunifié le pays. Le pays divisé a été unifié. Les épidémies ont également eu tendance à diminuer grâce à la stabilité de la société. La propagation des épidémies sous la dynastie Sui était bien moindre que sous les dynasties Wei et Jin (220-589 ap. J.-C.).

Au cours de ces 38 années d’existence, il y a eu six grandes épidémies. En général, il y avait moins d’épidémies dans les premières années de la dynastie Sui, car il y avait plus de stabilité. A la fin de la dynastie Sui, c’était le chaos, avec les extravagances de l’empereur Sui Yangdi, le militarisme, l’intensification des conflits sociaux, les épidémies étaient répandues, et beaucoup des épidémies de la dynastie Sui étaient liées à la guerre.

Sous le règne de l’empereur Sui Wendi, il y avait moins d’épidémies. En 582, au cours de la deuxième année du règne de l’empereur Wendi, une sécheresse dans les provinces turques a entraîné la propagation d’épidémies, « de nombreux autres fléaux et épidémies, de nombreuses personnes sont mortes ». En 590, une épidémie a éclaté à Chang’an, la capitale. En 598, l’empereur Sui Wendi a envoyé une armée pour envahir Goryeo. Lorsqu’il a atteint la rivière Liao, une épidémie a frappé les troupes qui ont été renvoyées, avec deux ou trois morts sur dix, les troupes ont été décimées.

Après son accession au trône, l’empereur Sui Yangdi (569-618) était un souverain puissant et abusif. Il a continué à envoyer des troupes pour conquérir la région de Ryukyu. Malgré le succès de la croisade et « l’obtention des 7 000 captives », la guerre ne se passait pas très bien. Lorsque les troupes sont entrées dans la région montagneuse et humide, elles ont été « frappées par les miasmes et sont mortes de malaria ». Les troupes Sui ont souffert de malaria sévère et ont subi de lourdes pertes.

En 612, l’épidémie s’est déclarée dans le Shandong et le Henan après l’inondation de plus de quarante comtés. L’épidémie a été particulièrement grave dans le Shandong, où « de nombreuses personnes sont mortes ». En outre, l’empereur Sui Yangdi a envoyé une grande armée pour conquérir Goryeo, et les habitants du Shandong souffraient des « prélèvements pour payer les dépenses de l’armée ». En conséquence, les gens vivaient dans la misère et la détresse.

À la fin du règne de l’empereur Sui Yangdi, celui-ci a conquis Goryeo à trois reprises et a régné avec brutalité, déstabilisant la société et causant de graves dommages économiques. À cette époque, les épidémies sévissaient dans la région du Guanzhong et « la sécheresse nuisait aux récoltes ». Bien que les ouvrages historiques ne détaillent pas les graves conséquences de l’épidémie, il est concevable que celle-ci ait accéléré l’effondrement du pouvoir des Sui et provoqué une intensification des tensions sociales. La propagation de l’épidémie a été, dans un certain sens, le résultat de la corruption du pouvoir à la fin de la dynastie Sui. On peut également affirmer que l’épidémie a accéléré la fin du règne des Sui.

Rédacteur Tchen Sixuan

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.