Financement étranger opaque : Yale et Harvard dans le viseur

Par Vision Times
Le 13/06/2020
Harvard est accusé de ne pas avoir déclaré ses financements étrangers. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Harvard est accusé de ne pas avoir déclaré ses financements étrangers. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

Le ministère de l’éducation américain (ED) a ouvert une enquête contre Harvard et Yale pour ne pas avoir signalé les millions de dollars de contrats et de cadeaux étrangers qu’ils ont reçus pendant plusieurs années.

La loi fédérale américaine exige que les universités et les établissements d’enseignement supérieur signalent tous les contrats et cadeaux qu’ils reçoivent de sources étrangères et qui dépassent 250 000 dollars.

Des fonds non comptabilisés

Selon la BBC, « dans des lettres adressées aux universités de l’Ivy League, le ministère de l’éducation les a invitées à fournir les noms et adresses des sources étrangères impliquées dans des contrats et des dons, ainsi que les activités soutenues par ce type de  financement depuis août 2013. Il a été demandé à Harvard de divulguer des documents impliquant les gouvernements de Chine, du Qatar, de Russie, d’Arabie Saoudite et d’Iran ».

Harvard et Yale auraient toutes deux reçu 375 millions de dollars américains de la part de nations étrangères. Dans le cas de Harvard, l’ED a souligné que l’université manquait de contrôles institutionnels appropriés lorsqu’il s’agissait de signaler à Washington des dons et des contrats étrangers. L’ED a également attiré l’attention sur les contributions universitaires faites par deux sociétés chinoises, Huawei et ZTE, toutes deux considérées comme dangereuses pour la sécurité par l’administration Trump. Parmi les autres entités sur lesquelles le département se concentre, le laboratoire russe Kaspersky, la Fondation Skolkovo de Russie, le Fonds national de recherche du Qatar et la Fondation Alavi d’Iran peuvent être cités.

Depuis juillet de l’année dernière, le département de l’éducation a reçu des rapports faisant état d’environ 6,5 milliards de dollars de fonds non déclarés, acceptés par les universités américaines en provenance d’entités étrangères. Sur ce montant, environ 3,6 milliards de dollars américains ont été versés pour seulement 10 écoles : Carnegie Mellon, l’Université de Boston, le MIT, l’Université de Chicago, Texas A&M, l’Université du Texas, le MD Anderson Cancer Center, l’Université du Colorado à Boulder, Yale et l’Université de Pennsylvanie.

 

Depuis juillet de l’année dernière, le ministère de l’éducation a reçu des rapports faisant état d’environ 6,5 milliards de dollars de fonds non déclarés acceptés par les universités américaines en provenance d’entités étrangères. (Image : John Phelan / MIT) 
Depuis juillet de l’année dernière, le ministère de l’éducation a reçu des rapports faisant état d’environ 6,5 milliards de dollars de fonds non déclarés acceptés par les universités américaines en provenance d’entités étrangères. (Image : John Phelan / MIT) 
 

L’année dernière, des fonctionnaires de l’ED ont déclaré devant le Congrès que moins de 3 % des quelque 3 700 établissements d’enseignement américains qui acceptent des fonds étrangers ont déclaré des recettes supérieures à 250 000 dollars. « Malheureusement, plus nous creusons, plus nous constatons que trop d’entre eux sous-déclarent ou ne déclarent pas du tout... Nous continuerons à tenir les établissements d’enseignement supérieur responsables et à travailler avec eux pour garantir que leurs déclarations soient complètes, précises et transparentes, comme l’exige la loi », a déclaré la secrétaire à l’éducation Betsy DeVos dans un communiqué (The New York Times).

Les universités et les dons

Trois sénateurs américains, Rob Portman, Tom Cotton et Marco Rubio, ont récemment réintroduit la loi sur la transparence des influences étrangères qui vise à réformer la loi sur l’enseignement supérieur. L’amendement obligerait les universités à signaler tout don étranger dont la valeur dépasse 50 000 dollars américains, au lieu de la limite actuelle de 250 000 dollars américains. Le projet de loi prévoit également que des organisations comme les Instituts Confucius, qui sont soutenus par le gouvernement chinois, soient enregistrées en vertu de la loi sur l’enregistrement des agents étrangers (FARA).

 

Tom Cotton veut que les instituts Confucius déclarent leurs activités auprès du ministère de la Justice.  (Image : Kreeder13 / wikimedia / CC BY-SA 4.0)
Tom Cotton veut que les instituts Confucius déclarent leurs activités auprès du ministère de la Justice.  (Image : Kreeder13 wikimediaCC BY-SA 4.0)
 

« Si nous voulons la liberté d’expression et un débat honnête sur les campus universitaires, alors nous devons savoir quand d’autres pays font valoir leurs intérêts sur le sol américain... Exiger des organisations comme les Instituts Confucius qu’elles enregistrent leurs activités auprès du ministère de la Justice et qu’elles révèlent où elles obtiennent leur argent est nécessaire pour alerter les étudiants des universités de l’influence malveillante de la propagande étrangère », a déclaré M. Cotton dans un communiqué.

Mark Rubio a souligné que la législation proposée comblerait les lacunes exploitées par le Parti communiste chinois (PCC) pour infiltrer les universités américaines. Rob Portman a fait remarquer que la Chine obligeait les enseignants des Instituts Confucius à se conformer à la loi chinoise et à protéger les intérêts de Pékin. Le projet de loi mettrait fin à de telles situations et garantirait la transparence des actions de ces institutions.


Traduit par Camille Lane

Version en anglais : Unaccounted Foreign Money: Yale and Harvard Under Investigation