Élections américaines : le logiciel Dominion accusé de fraude

Par Vision Times
Le 16/11/2020
(Image : Capture d'écran Tweeter)
Lors de l’élection de cette année, Dominion Voting Systems a commencé à attirer l’attention du public lorsque le comté d’Antrim, dans le Michigan, a découvert que 6 000 bulletins de vote du président Donald Trump avaient été transférés par erreur à Joe Biden. (Image : Capture d’écran / Tweeter)
 

Dominion Voting Systems, fournisseur des machines avec le logiciel associé qui ont servi aux électeurs dans des dizaines d’États américains pour l’élection présidentielle de 2020, fait l’objet d’un examen minutieux en raison d’allégations croissantes de fraude électorale.

Lors de l’élection de cette année, Dominion Voting Systems a commencé à attirer l’attention du public lorsque le comté d’Antrim, dans le Michigan, a découvert que 6 000 bulletins de vote du président Donald Trump avaient été transférés par erreur à Joe Biden. La secrétaire d’État du Michigan, Jocelyn Benson, a déclaré que l’erreur était une erreur humaine isolée et n’avait rien à voir avec le logiciel lui-même.

Dans le comté de Gwinnett, en Géorgie, où le système est utilisé, un problème de logiciel a retardé le décompte des votes, et les techniciens du Dominion ont pu résoudre le problème dès le 8 novembre, permettant au comté de compter les bulletins restants ce jour-là.

Selon l’ancien procureur fédéral et avocat de la campagne Trump, Sidney Powell, les supposés problèmes de logiciel étaient probablement délibérés. Elle a également déclaré que l’équipe juridique de Donald Trump avait « tellement de preuves » pour accréditer la fraude électorale, que « j’ai l’impression que ça arrive par un tuyau d’incendie ».

La plupart des médias ont annoncé la victoire du candidat du Parti démocrate Joe Biden, à l’issue de l’élection présidentielle du 3 novembre, mais le président Donald Trump et sa campagne ont intenté des poursuites pour contester le décompte des voix et les processus électoraux dans les principaux États de transition. Plus de 10 000 allégations de fraude électorale ont été recueillies, selon la convention nationale du Parti républicain.

Manipulation électorale

Le logiciel « a été conçu pour truquer les élections », a déclaré Sidney Powell dimanche 15 novembre dans l’émission « Sunday Morning Futures » de la chaîne d’information Fox News.

« Ils peuvent mettre une clé USB dans la machine, ils peuvent y télécharger des logiciels même depuis Internet... même depuis l’Allemagne ou le Venezuela », a-t-elle expliqué. Elle a également affirmé que les opérations « peuvent regarder les votes en temps réel » et « peuvent déplacer les votes en temps réel » ou que les prétendues personnes mal intentionnées peuvent « accéder à distance à n’importe quoi ».

« Nous avons identifié mathématiquement l’algorithme exact qu’ils ont utilisé et qu’ils ont prévu d’utiliser depuis le début » a déclaré Sidney Powell à propos du logiciel, ajoutant que c’est ce qui aurait fait basculer les votes vers Joe Biden.

« Il n’aurait jamais dû être installé nulle part », a-t-elle dit.

Sidney Powell a également déclaré qu’elle rassemblait des preuves que certains gouverneurs et secrétaires d’État ont profité de leur propriété d’actions du Dominion en investissant dans des machines à voter, soit pour assurer leur propre élection, soit au profit de leur famille.

Dominion a des liens de haut niveau avec le Parti démocrate, des démocrates de premier plan tels que Nancy Pelosi, Barack Obama et Bill Clinton ayant tous des intérêts dans la société. Richard Bloom, le mari de la sénatrice démocrate de Californie Dianne Feinstein, est un actionnaire important de la société, et le chef d’équipe de Nancy Pelosi est un dirigeant clé. William E. Kennard, directeur exécutif du fonds d’investissement privé de contrôle de la société, Staple Street Capital, a occupé des postes clés dans les administrations de Bill Clinton et de Barack Obama. Il a notamment été président de la Commission électorale fédérale sous l’administration Bill Clinton.

Selon le National Pulse, les dossiers de la Commission électorale fédérale (FEC) montrent qu’entre 2014 et 2020, près de 96 % des 96 dons politiques effectués par les employés de Dominion sont allés à des candidats démocrates.

Les employés des donateurs sont répartis dans l’ensemble du système de vote, incluant les développeurs de logiciels, les ingénieurs réseau, les spécialistes de la production de logiciels et les responsables de la mise en œuvre.

Dominion a publié vendredi une déclaration niant des allégations telles que le transfert des votes de Donald Trump à Joe Biden, et a qualifié les accusations de fraude de « fausses à 100% ».

Dans un précédent entretien sur Fox News, Sidney Powell avait affirmé que le Parti démocrate avait également utilisé le système Dominion pour manipuler ses élections internes, comme la défaite du candidat socialiste Bernie Sanders lors des primaires.

Une infrastructure électorale vulnérable

Les démocrates ont également fait part de leurs préoccupations concernant les logiciels électoraux.

Le 6 décembre 2019, les sénateurs démocrates Elizabeth Warren, Amy Klobuchar et Ron Wyden ont adressé une lettre aux sociétés de capital-investissement qui contrôlent les trois plus grandes entreprises américaines de technologie électorale, s’interrogeant sur les « vulnérabilités » des infrastructures de vote et sur le « pouvoir incroyable » des fournisseurs dans les négociations avec les gouvernements locaux et d’État.

La lettre a été adressée à trois groupes d’investissement ayant des intérêts dans les infrastructures de vote : H.I.G. Capital, le groupe McCarthy et Staple Street Capital, le fonds d’investissement privé qui détient Dominion Voting Systems.

La lettre cite des données de la Wharton School de l’Université de Pennsylvanie, lorsque les trois sociétés de technologie électorale desservaient 90 % des électeurs américains.

Lors de l’élection de 2020, le logiciel Dominion a été utilisé dans 30 États. Selon le Wall Street Journal, Hart InterCivic, qui appartenait à H.I.G Capital, a été « discrètement vendu » en avril dernier.

La lettre des législateurs démocrates souligne également un certain nombre de problèmes spécifiques, tels que les machines de vote altérant les votes comptés pour les élections de mi-mandat de 2018 en Caroline du Sud, dans le Missouri, les scanners rejetant les bulletins en papier et dans l’Indiana, les machines cassées entraînant de longues files d’attente. La lettre note également qu’au début des années 2000, il y avait environ 20 fournisseurs de technologies électorales en concurrence sur le marché, mais beaucoup ont fusionné depuis et seuls quelques-uns contrôlent « la grande majorité du marché ».

Le sénateur Warren, qui s’est présenté sans succès comme candidat à la présidence du Parti démocrate pour 2020, a déclaré au Wall Street Journal que les sociétés de capital-investissement « ont pris le contrôle de presque toutes les technologies électorales du pays - et la façon dont elles font des affaires est entourée de secret ».

Sidney Powell, l’avocat de la campagne Trump, a soutenu que la fraude électorale présumée justifie une enquête de sécurité nationale, en particulier à la lumière de la connaissance du fait que de nombreuses pièces utilisées dans son matériel provenaient de la Chine communiste.

Le PDG du Dominion, John Poulos, avait déclaré lors d’une audience du Congrès en janvier que le système contenait des composants fabriqués en Chine, tels que des écrans tactiles LCD, des tableaux de contrôle et des processeurs d’IA.

Un rapport de décembre 2019 publié par la société de gestion des risques de la chaîne d’approvisionnement Interos a déclaré qu’un cinquième des composants utilisés par l’infrastructure de vote américaine provenaient de fournisseurs chinois.


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Did Dominion Software Rig the US Election?