Press "Enter" to skip to content

Monde. Un père Ouïghour choqué de voir son fils dans une vidéo chinoise

ACTUALITÉ > Monde

Un ressortissant chinois né dans le Xinjiang et vivant en Turquie a eu le choc de sa vie lorsqu’il a repéré son fils dans une vidéo de propagande du Parti communiste chinois. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Abdurahman Tohti est un ressortissant chinois d’origine ouïghoure né au Xinjiang, qui vit en Turquie. Il est coupé de sa famille depuis plusieurs années. En janvier de cette année, A. Tohti a eu le choc de sa vie lorsqu’il a repéré son fils dans une vidéo de propagande du Parti communiste chinois (PCC).

Lavage de cerveau des enfants

Abdurahman Tohti était producteur de coton lorsqu’il vivait dans le Xinjiang. En 2013, il a immigré en Turquie avec sa famille et a trouvé un emploi dans la vente de voitures. Il y a quelques années, sa femme et ses deux enfants sont retournés en Chine pour une visite. A. Tohti n’a plus jamais eu de nouvelles d’eux. Il a découvert plus tard que sa femme avait été arrêtée et envoyée en prison, un sort que ses parents partageaient également. Il n’a jamais su ce qu’il était advenu de ses enfants.

En janvier, alors qu’il naviguait sur les médias sociaux chinois A. Tohti a repéré son fils dans une vidéo qui semble avoir été enregistrée par un professeur. Son fils parlait chinois, une langue que personne dans sa famille ne parlait. Bien qu’il soit excité de voir son fils, Tohti a été pris de peur, car il semblait que l’enfant subisse un lavage de cerveau dans une école publique. « Ce que je crains le plus... c’est que le gouvernement chinois lui apprenne à haïr ses parents et la culture ouïghoure », a-t-il déclaré au New York Times.

 

Le fils d’Abdurahman Tohti vu dans la vidéo de propagande. Il semble que l’enfant subisse un lavage de cerveau dans une école publique.  (Image : Capture d’écran / YouTube)
Le fils d’Abdurahman Tohti vu dans la vidéo de propagande. Il semble que l’enfant subisse un lavage de cerveau dans une école publique.  (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

L’histoire d’Abdurahman Tohti n’est pas unique. Des milliers d’enfants ont été séparés de force de leurs parents. Des documents publiés l’année dernière ont montré que, dans une seule ville, près de 400 enfants avaient été séparés de leurs parents emprisonnés dans des camps d’internement. Alors que les parents subissent un lavage de cerveau dans les camps pour abandonner leur identité culturelle, un programme parallèle a été mis en place pour les enfants ouïghours à travers le système scolaire. En 2017, le nombre d’enfants inscrits en maternelle a augmenté de plus d’un demi-million, dont près de 90 % sont issus de la communauté ouïghoure.

Des internats ont été créés dans de nombreuses régions du Xinjiang. Selon le gouvernement, ces écoles contribuent au maintien de la stabilité et de la paix. Cependant, l’expert chinois Adrian Zenz souligne qu’il y a un programme sinistre derrière ces écoles - la réingénierie culturelle des enfants ouïghours. Comme ces enfants sont coupés de leur famille et sont entièrement sous le contrôle de l’État dans les internats, ils peuvent être influencés de toutes les manières par le régime communiste. Les parents ne sont autorisés à rendre visite aux enfants qu’une fois par semaine ou toutes les deux semaines. Ceci afin de « briser l’impact de l’atmosphère religieuse sur les enfants à la maison », selon un document de politique de l’État datant de 2017.

Nouveaux centres de détention

Un récent rapport de l’Institut australien de politique stratégique a révélé qu’il pourrait y avoir 380 camps de « rééducation » au Xinjiang, soit 40 % de plus que les estimations précédentes. Cela signifierait également qu’encore plus de Ouïghours ont été détenus par le Parti communiste chinois. Les nouveaux centres de détention ont été identifiés grâce à l’imagerie satellite. Environ 50 % de ces nouvelles installations sont de très haute sécurité, ce qui indique qu’il s’agit de centres de type prison.

 

Une image satellite montrant l’emplacement possible d’un camp de détention. Selon un rapport de l’Australian Strategic Policy Institute, le nombre de camps de « rééducation » au Xinjiang semble être 40 % plus élevé que les estimations précédentes. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Une image satellite montrant l’emplacement possible d’un camp de détention. Selon un rapport de l’Australian Strategic Policy Institute, le nombre de camps de « rééducation » au Xinjiang semble être 40 % plus élevé que les estimations précédentes. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Certaines installations ont montré des signes de recul en matière de sécurité, comme la suppression des murs d’enceinte, des clôtures intérieures, etc. Cependant, la plupart de ces camps étaient des installations de faible sécurité. Les tribunaux du Xinjiang ont condamné environ 230 000 personnes à la prison ou à une autre forme de punition en 2017-2018, un nombre bien plus élevé que par le passé. En 2019, plus de 95 000 personnes de la région ont été jugées au pénal.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Uyghur Father Shocked to Find His Son in Chinese Propaganda Video