Press "Enter" to skip to content

Monde. Spotify et Tinder disent avoir peur d’Apple et de Google

ACTUALITÉ > Monde

En Europe comme aux États-Unis, les géants de la technologie Apple et Google font face aux critiques de l’État et des développeurs d’applications en raison de leurs pratiques abusives et anticoncurrentielles. Lors d’une récente audition au Congrès américain, le 21 avril, le directeur juridique de Match Group, Jared Sine, a déclaré à la sénatrice Amy Klobuchar (D-MN) : « Nous avons tous peur », en raison du contrôle exercé par Apple et Google sur leurs activités.

L’audition a fait l’objet d’un rapport de la part de CNBC. Les participants, incluant des représentants de Match Group, Tinder, Tile et des propriétaires de Spotify, ont fait part au Congrès de leurs préoccupations concernant le comportement anticoncurrentiel d’Apple et de Google.

Les commissions pour les applications de Google Play et d’App Store jugées trop élevées

L’une des principales plaintes formulées à l’encontre des géants de la technologie concerne les commissions trop élevées appliquées sur Google Play et l’App Store d’Apple. Apple affirme cependant que les commissions sont fixées en fonction du coût de la distribution et de la sécurisation appropriées des applications et utilise l’excuse qu’il existerait, avant les magasins d’applications, des coûts et des obstacles dans les ventes et la distribution encourus par les développeurs par le biais de sites Web de première partie et de plateformes tierces.

Tile, une société qui fabrique des petits dispositifs de suivi destinés à être attachés à des objets, s’est plainte que lorsqu’elle a demandé à Apple d’utiliser sa technologie à bande ultra-large pour améliorer la précision de ses étiquettes de suivi par rapport à ce qui est possible avec la seule technologie Bluetooth, Apple a refusé la demande et a ensuite réservé la technologie souhaitée pour son produit concurrent, AirTag, qui a été annoncé le 20 avril.

Match Group a déclaré qu’il avait l’impression que les négociations avec Google concernant les 30 % de frais facturés par le biais de la boutique Google Play étaient productives, mais a témoigné lors de l’audience que Google avait fait « de faux semblants de plateforme ouverte » et s’est plaint de son « pouvoir de monopole ».

Le service de streaming musical Spotify a témoigné qu’Apple l’avait menacé de diverses actions punitives, telles que le retrait de son application de l’App Store, le refus de promouvoir Spotify et l’obligation pour la société d’attendre des mois pour faire approuver de nouvelles fonctionnalités, même négligeables.

« lls nous tiennent de cette manière pour que nous arrêtions de nous exprimer à leur sujet », a déclaré Horacio Gutierrez, directeur juridique de Spotify. Spotify tente de contourner les règles d’Apple à propos des commissions élevées en permettant à ses clients de passer à la version payante uniquement en dehors de l’application iOS. Apple a réagi en empêchant Spotify de présenter ses mises à jour avec les clients par le biais de son application.

En revanche, Apple Music n’a pas de telles restrictions

« Si nous payions cette taxe, cela nous obligerait à gonfler artificiellement le prix de notre abonnement Premium bien au-dessus du prix d’Apple Music », a déclaré Daniel Ek, fondateur et PDG de Spotify, en mars 2019, lorsqu’il a fait part des problèmes rencontrés par son entreprise à la Commission européenne. « Et pour que nos prix restent concurrentiels pour nos clients, ce n’est pas quelque chose que nous pouvons faire ».

Selon un rapport du Financial Times, l’UE s’apprête à déposer un acte d’accusation contre Apple pour avoir enfreint la loi antitrust. (Image : zhangkaiyv / UnsplashCC0.1.0)

Selon Deadline Roku a également rejoint la mêlée et s’est exprimé sur le comportement « prédateur » et « monopolistique » de Google, tout en avertissant ses utilisateurs que s’ils ne parviennent pas à conclure un accord dans un avenir immédiat, YouTube TV pourrait ne plus être disponible sur les appareils Roku. L’une des nombreuses allégations soulevées par Roku est que Google et YouTube « cherchent à manipuler l’expérience des utilisateurs pour siphonner les données et faire pencher les résultats de recherche en faveur de YouTube ». Une autre allégation est que Google pourrait exiger du fabricant de boîtiers de streaming qu’il mette à niveau ses puces pour répondre aux besoins de YouTube.

Financial Times a également rapporté que, dans le cadre d’une enquête menée à Bruxelles sur le marché des livres électroniques, si Apple est reconnu coupable d’avoir enfreint les lois antitrust de l’UE parce que les rivaux d’Apple Pay ont subi un désavantage injuste après s’être vu refuser l’accès aux fonctions NFC de l’iPhone, la société pourrait se voir infliger une amende pouvant atteindre 10 % de ses revenus mondiaux.

Bruxelles envisage également d’adopter la loi sur les marchés numériques, qui facilitera l’application de la législation antitrust à l’encontre de la Big Tech dans le système juridique.

La Russie a récemment infligé une amende de 12 millions de dollars à Apple pour abus de pouvoir sur le marché des applications mobiles. Apple a déclaré qu’elle était respectueusement en désaccord avec la décision du service fédéral anti-monopole russe (FAS) et qu’elle ferait appel de cette décision.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Spotify and Tinder Owners Say ’We’re All Afraid’ of Apple and Google at US Congressional Hearing