Press "Enter" to skip to content

Monde. Que faut-il savoir sur la variole du singe, cette épidémie qui frappe l’Europe et l’Amérique du Nord

ACTUALITÉ > Monde

Les autorités sanitaires européennes et nord-américaines tirent la sonnette d’alarme à la suite de l’apparition du monkeypox ou variole du singe, dans plusieurs pays. Bien que le risque pour la population générale reste faible, ces épidémies surprennent les autorités sanitaires, car elles apparaissent rarement en dehors de l’Afrique.

Qu’est-ce que la variole du singe

Le virus de la variole du singe, comme de nombreux autres virus, provient d’animaux sauvages, tels que les rongeurs et les primates. Il peut, en de rares occasions, se transmettre à des hôtes humains. La majorité des cas documentés ont été recensés en Afrique centrale et occidentale, où la maladie est considérée comme endémique : c’est-à-dire qu’elle est répandue dans une localité, une région ou une population particulière.

La maladie a été identifiée pour la première fois en 1958, à la suite de deux épidémies d’une maladie ressemblant à la variole, chez des singes dédiés à la recherche. En 1970, des scientifiques ont identifié la première infection humaine connue chez un garçon de 9 ans, dans une région éloignée de la République démocratique du Congo.

Selon le Centre pour le contrôle et la prévention des catastrophes (CDC), les symptômes comprennent de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, des douleurs au niveau du dos, des ganglions lymphatiques congestionnés, des frissons et une sensation de fatigue.

Un à trois jours après l’apparition initiale de la fièvre, le patient peut développer une éruption cutanée. Cette dernière commence souvent sur le visage, puis s’étend rapidement à d’autres parties du corps. Les lésions apparaissent et progressent avant de disparaître. La maladie dure généralement entre deux et quatre semaines.

« En Afrique, il a été démontré que parmi les personnes qui contractent la variole du singe, le risque de décès peut survenir chez au moins une personne sur dix », a annoncé le CDC.

Les personnes qui ont été exposées au virus de la variole du singe ont souvent reçu l’un des nombreux vaccins antivarioliques qui se sont avérés efficaces contre la maladie. Actuellement, des médicaments antiviraux sont en cours de développement pour traiter les patients.

Quelle est la prévalence de la maladie ?

La variole du singe a été placée sous surveillance par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis un certain temps. L’OMS estime qu’il y a des milliers d’infections par le virus de la variole du singe chaque année, dans une douzaine de pays africains. Toutefois, la maladie se manifeste principalement au Congo, qui signale près de 6 000 cas de maladie par an. Le Nigeria est un autre point chaud, où les autorités signalent environ 3 000 cas par an.

Les experts ont attiré l’attention sur le manque de fiabilité des systèmes de surveillance sanitaire dans ces pays. Ils suggèrent que le nombre de personnes infectées est probablement beaucoup plus élevé.

La maladie est connue pour avoir émergé en dehors de l’Afrique, comme en témoignent les récentes épidémies. Auparavant, des épidémies précédentes avaient été documentées aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Elles étaient associées à des voyages à destination ou en provenance d’Afrique, et à un probable contact étroit avec des animaux infectés.

Les États-Unis avaient enregistré leur épidémie la plus importante en 2003, lorsque 47 personnes de six États ont été confirmées comme ayant contracté le virus. Les experts pensent que l’épidémie était due à l’exposition à des chiens de prairie de compagnie qui avaient été importés du Ghana.

Qu’y a-t-il d’alarmant dans cette épidémie de variole du singe aujourd’hui ?

C’est la première fois que les autorités observent la propagation du virus chez des personnes qui n’ont pas voyagé en Afrique. En effet, en mai 2022, des cas ont été déclarés en Europe (d’abord au Royaume-Uni, puis en Espagne, au Portugal et en France).

Depuis ce mois de mai, la maladie est apparue en Europe, en Grande-Bretagne, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Suède et depuis le 19 mai en France. Étant donné que tous les cas ne sont pas liés d’une manière ou d’une autre, l’Agence britannique de sécurité sanitaire suggère qu’il existe très probablement plusieurs chaînes de transmission.

En France, un communiqué de la Direction générale de la santé envoyé aux professionnels de santé a signalé un premier cas suspect en France, dans la région Île-de-France. « Des cas suspects sont en cours d’investigation dans de nombreux pays », a signalé la DGS, tout en précisant qu’il s’agit d’un « phénomène inhabituel ».

Au Portugal, les infections ont été identifiées pour la première fois dans une clinique de santé sexuelle, lorsque des hommes ont consulté un médecin pour des lésions sur leurs parties génitales.

Au Canada, dans la province francophone du Québec, les autorités enquêtent sur plus d’une douzaine de cas de la maladie. Le 18 mai, les responsables de la santé publique de Montréal ont signalé 13 cas dans la ville, à la suite de diagnostics effectués dans trois cliniques distinctes spécialisées dans les infections transmises sexuellement et par le sang. Des tests de laboratoire sont actuellement en cours et les résultats sont attendus dans les prochains jours.

Dans une déclaration fournie à la Canadian Broadcasting Corporation (CBC), l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), a déclaré qu’elle n’avait encore reçu aucun rapport d’infection.

« L’ASPC a alerté les autorités de santé publique provinciales et territoriales ainsi que ses partenaires de laboratoire à travers le Canada pour qu’ils soient attentifs et enquêtent sur tout cas potentiel. Au fur et à mesure que la situation évolue, nous continuerons à tenir les Canadiens informés », a déclaré l’ASPC.

Le premier cas identifié aux États-Unis était celui d’un homme qui avait récemment voyagé au Québec, au Canada. L’ASPC affirme travailler en étroite collaboration avec ses partenaires internationaux, notamment l’OMS, les CDC aux États-Unis et l’Agence de sécurité sanitaire du Royaume-Uni (UKHSA).

Une transmission communautaire probable pour le Royaume-Uni

L’UKHSA a fait savoir que le premier cas connu au Royaume-Uni était lié à un voyageur en provenance du Nigéria. Cependant, deux des cas les plus récents dans le pays, signalés le 18 mai, n’ont pas pu être reliés à un voyage, ou à des cas confirmés précédemment.

Les cas les plus récents, l’un à Londres et l’autre dans le sud-est de l’Angleterre, ont conduit l’agence à soupçonner qu’il est possible « qu’ils aient acquis l’infection par transmission communautaire ». « Les 2 nouveaux cas n’ont pas de liens connus avec les précédents cas confirmés, annoncés les 16, 14 et 7 mai », a déclaré l’UKHSA dans un communiqué, ajoutant que « le virus ne se propage généralement pas facilement entre les personnes. Le risque pour la population britannique reste faible ».

On pense que le virus se propage par contact étroit. L’UKHSA précise que les cas identifiés étaient « principalement chez des gays, des bisexuels ou des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) ».

L’épidémie a incité l’UKHSA à conseiller aux personnes « homosexuelles, bisexuelles ou HSH, d’être attentives à toute éruption ou lésion inhabituelle sur n’importe quelle partie de leur corps, en particulier leurs organes génitaux, et de contacter un service de santé sexuelle en cas d’inquiétude ».

La variole du singe reste une maladie peu contagieuse ou mortelle. Mais la multiplication de foyers, le mode de contamination, voire l’hypothèse d’un aspect communautaire pour cette communication en font une épidémie placée actuellement sous la surveillance des autorités sanitaires nationales et internationales.

Rédacteur Jean-Baptiste Adrien-Clotaire

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.