Press "Enter" to skip to content

Monde. Poséidon : la Russie affirme avoir développé une nouvelle arme capable de déclencher un tsunami radioactif

ACTUALITÉ > Monde

La Russie serait en train d’équiper certains de ses sous-marins nucléaires d’une nouvelle arme sous-marine du nom de Poséidon qui, selon le Kremlin, aurait la capacité de créer un tsunami radioactif capable de dévaster les régions côtières et de les rendre inhabitables.

Cette arme est ce que le dirigeant russe Vladimir Poutine appelle l’une de ses six « super armes ».

Les rapports indiquent que la fabrication et les tests des torpilles sont terminés, a déclaré une source anonyme proche de l’armée russe au média d’État TASS.

Selon la source, « le premier lot de munitions Poséidon a été fabriqué et sera bientôt livré au sous-marin à propulsion nucléaire à usage spécial Belgorod. »

Un dispositif apocalyptique 

Le Kremlin affirme que l’arme, équipée d’une unité de puissance nucléaire, a une portée illimitée et peut atteindre des vitesses de plus de 200 km/h ou 124 mi/h sous l’eau. L’appareil a déjà été qualifié de dispositif « apocalyptique » car il serait capable de déclencher des houles océaniques radioactives qui rendraient les régions côtières inhabitables.

Des images de l’arme ont fuité pour la première fois en 2015, mais l’annonce officielle de son développement n’a pas eu lieu avant 2018. Certains médias ont qualifié l’arme d’« inhumaine » et de « redoutable ». Vladimir Poutine a affirmé en 2018 qu’il n’existait aucune arme sur la planète capable d’égaler ou de détruire le Poséidon.

« Ces armes sont très silencieuses, ont une grande maniabilité et sont pratiquement indestructibles pour l’ennemi. Il n’existe aucune arme capable de les contrer dans le monde aujourd’hui », avait alors affirmé Vladimir Poutine.

Christopher A Ford, ancien secrétaire d’État adjoint à la sécurité internationale et à la non-prolifération, a déclaré en 2020 que l’arme avait été créée pour « inonder les villes côtières américaines de tsunamis radioactifs ». En 2022, l’Institut naval américain a déclaré que le développement d’une telle arme aurait un impact significatif et terrifiant sur la course aux armements nucléaires.

En 2022, l’institut naval américain a déclaré : « ce qui est peut-être le plus effrayant, c’est que cette arme nucléaire a le potentiel d’un fonctionnement autonome. Un Kanyon (Poséidon) pleinement opérationnel aurait un impact stratégique incroyable. En tant que nouvelle plateforme de livraison, elle n’est pas couverte par les traités actuels sur les armes nucléaires. »

L’année dernière, les médias d’État russes ont affirmé que des régions de la planète de la taille du Royaume-Uni pourraient être anéanties par l’arme.

Dmitry Kiselyov, un animateur de télévision russe, connu pour avoir des liens étroits avec Vladimir Poutine, a déclaré que Moscou pourrait déployer la nouvelle arme pour « plonger la Grande-Bretagne dans les profondeurs de l’océan. » Il a affirmé que l’arme pouvait « soulever une vague géante, un tsunami, jusqu’à une hauteur de 1640 pieds », ajoutant que « ce raz-de-marée est également porteur de doses extrêmement élevées de radiations. Déferlant sur la Grande-Bretagne, il transformera ce qui en reste en désert radioactif, inutilisable pour quoi que ce soit. Que pensez-vous de cette perspective ? »

Pas de confirmation officielle

L’agence TASS a noté qu’il n’y a pas eu de confirmation officielle de l’information du ministère russe de la Défense concernant l’armement du Poseidon, car le rapport ne mentionne pas d’ogives nucléaires et se réfère aux torpilles comme étant seulement « à capacité nucléaire » , ce qui indique que le premier lot pourrait être non armé.

Dmitryc Stefanovich, chargé de recherche au Center for International Security, a déclaré à The War Zone qu’il soupçonne que les armes qui seraient en cours d’installation sont très probablement une série de torpilles d’essai nécessaires pour déterminer comment le Belgorod se comporte avec un jeu complet de six énormes torpilles à bord, par rapport aux essais individuels qui ont probablement déjà été effectués.

Il a également souligné qu’il est possible que les ogives aient été développées et testées dans certains scénarios, mais pas de manière explosive. « Il est probablement logique que ces (ogives) soient déjà fixées au (premier lot de torpilles) mentionné dans l’article de TASS », a-t-il ajouté.

La capacité à traverser les océans

L’une des caractéristiques les plus inquiétantes de cette arme est sa capacité à traverser les océans avant de déclencher une attaque surprise. L’arme est non seulement difficile à détecter, mais elle peut aussi éviter les systèmes de défense antimissile.

Cela dit, Dmitry Stefanovich estime que, même si le sous-marin russe Belgorod est en service, il faudra probablement un certain temps avant que la marine russe soit en mesure d’utiliser l’arme, expliquant que d’autres tests et formations sont probablement nécessaires. « Disons simplement que les opérations du lanceur devraient être assez compliquées et nécessiter beaucoup de pratique », a-t-il déclaré à The War Zone.

Compte tenu de la situation géopolitique, il est plus que jamais probable que le Kremlin fasse des déclarations audacieuses sur ses nouvelles armes. Dmitry Stefanovich pense cependant que le flux de rapports récents, bien que non confirmés, indique que l’arme approche du point où elle pourrait être utilisée.

Les effets plus larges de la guerre de la Russie en Ukraine, y compris les sanctions imposées au pays, pourraient néanmoins entraver les progrès du Kremlin. En outre, la dépendance de la Russie à l’égard de l’électronique étrangère, nécessaire à de nombreux systèmes d’armes avancés, pourrait également entraver ses progrès.


Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : Russia Claims It’s Deploying a New Weapon That Can Create a ’Radioactive Tsunami’

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.