Press "Enter" to skip to content

Monde. Le Pentagone développe l’intelligence artificielle pour anticiper des évènements plusieurs jours à l’avance

ACTUALITÉ > Monde

L’armée américaine teste des algorithmes d’intelligence artificielle (IA) de pointe qui, selon le Pentagone, permettront aux forces américaines de prédire des événements majeurs avant qu’ils ne se produisent.

Lors d’une conférence de presse, le 28 juillet, le général Glen D. VanHerck, responsable du North American Aerospace Defense Command (Norad) et de l’U.S. Northern Command, s’est adressé à une foule de journalistes, révélant que des essais étaient en cours pour tenter d’améliorer l’utilisation des données par l’armée pour la prise de décisions clés.

L’initiative s’appelle « Global Information Dominance Experiment » (Expérience mondiale de dominance de l’information ) (GIDE) et, selon Glen D.VanHerck, les résultats sont prometteurs.

L’initiative a été conçue pour accéder à des informations en temps réel, pouvant aider les chefs militaires à se préparer à une action ennemie et ayant le potentiel de dissuader un conflit avant même qu’il ne débute.

Une ère de concurrence stratégique nouvelle et renouvelée

Glen D.VanHerck a déclaré lors d’une conférence de presse : « À l’heure actuelle, les menaces auxquelles nous sommes confrontés et le rythme des changements dans l’environnement géostratégique continuent de progresser à un rythme vraiment alarmant. Nous sommes entrés dans une ère de concurrence stratégique nouvelle et renouvelée, et cette fois, nous sommes confrontés à deux concurrents pairs, tous deux dotés d’armes nucléaires, qui nous font concurrence au quotidien. »

Bien que Glen D.VanHerck ait refusé de nommer les deux « concurrents pairs », les nations auxquelles il fait référence sont très probablement la Russie et la Chine.

L’objectif des expériences de la GIDE est de « devancer » les concurrents en accélérant les efforts pour transformer la culture, y compris la prise en compte de la défense intérieure dans « chaque stratégie, chaque plan, la gestion des forces, la décision de conception des forces, ainsi que les aspects de l’acquisition et du budget, afin que nous puissions dissuader dans la compétition, désamorcer dans la crise et, si nécessaire, vaincre dans le conflit » a déclaré Glen D.VanHerck.

Glen D. VanHerck a affirmé qu’utiliser l’apprentissage automatique et l’IA leur permettra de détecter des changements dans les paramètres surveillés qui déclencheront alors une alerte, fournissant aux militaires des informations qui leur permettront de se concentrer sur un endroit spécifique comme, par exemple, le canal de Panama.

« Ce que nous avons vu, c’est la capacité d’aller bien plus loin que ce que j’appelle être réactif pour être réellement proactif. Et je ne parle pas de minutes ou d’heures, mais de jours » Glen D. VanHerck a indiqué Glen D. VanHerck, ajoutant : « la capacité de voir plusieurs jours à l’avance crée un espace de décision. Pour moi, en tant que commandant opérationnel, cet espace de décision nous permet de positionner nos forces ou de créer des options de dissuasion à fournir au secrétaire d’État ou même au président ».

11 unités de commandement américaines participent

L’expérience, menée par le Pentagone, a fait intervenir 11 unités de commandement américaines simulant la prise de contrôle de sites cruciaux tels que le canal de Panama.

Glen D.Vanherck a déclaré qu’au cours d’une simulation, les données obtenues à partir de divers capteurs militaires et civils, répartis sur de vastes distances, sont introduites dans un modèle d’intelligence artificielle capable de détecter des schémas et de fournir des alertes lorsque des signes sont détectés, comme un sous-marin qui se prépare à quitter le port.

Le fait de savoir ce que fait un adversaire avant qu’il ne le fasse donne le temps de revoir les stratégies et de planifier dans le cadre d’un scénario de conflit, ce qui est inestimable et pourrait permettre d’éviter un conflit mortel avant qu’il n’ait l’occasion de se produire.

Glen D.VanHerck a souligné que toutes les informations utilisées pour alimenter les algorithmes d’intelligence artificielle existaient déjà et qu’elles sont simplement utilisées d’une manière très différente.

« Gardez à l’esprit qu’il ne s’agit pas de nouvelles informations. Ce sont des informations qui, aujourd’hui, ne sont analysées et traitées que plus tard dans le cycle temporel, si vous voulez », a déclaré Glen D.VanHerck.

« Et tout ce que nous faisons, c’est de les prendre, de les partager et de les rendre disponibles plus tôt. Ainsi, nos principaux décideurs auront des options au lieu d’être réactifs et d’être obligés de recourir à une sorte d’option d’escalade », a-t-il ajouté.

Le développement des outils d’automatisation dans le domaine de la guerre suscite des inquiétudes

L’utilisation de l’intelligence artificielle pour mieux éclairer les décisions militaires est l’un des principaux objectifs du Pentagone, d’autant que les adversaires utilisent de plus en plus cette technologie émergente, mais le développement des outils d’automatisation dans la guerre suscite de vives inquiétudes parmi de nombreux groupes de défense.

Les expériences de la GIDE ont été menées avec de nombreux autres groupes au sein du ministère de la Défense des États-Unis et ont travaillé sur des projets, dont le tristement célèbre Project Maven.

Le projet Maven a suscité une controverse en 2018 lorsque des employés de Google se sont soulevés contre l’implication de l’entreprise dans cette expérience de guerre. À l’époque, Google avait été engagé pour aider au développement de la technologie derrière le projet Maven.

Le projet Maven est un projet du Pentagone qui utilise l’apprentissage automatique et le talent d’ingénierie pour distinguer les personnes et les objets à travers des vidéos de drones.

Glen D.VanHerck a tenu à répondre aux préoccupations concernant l’utilisation de l’automatisation dans la guerre en déclarant que « les humains prennent toujours toutes les décisions dans ce dont je parle » et que « nous n’avons pas de machines qui prennent des décisions ».

Les capacités technologiques testées par la GIDE sont déjà disponibles et prêtes à être utilisées sur le terrain dans de multiples commandements de combat. L’intention des forces armées américaines est d’améliorer encore leur capacité et, à l’avenir, de collaborer avec leurs alliés et partenaires internationaux pour créer un échange mondial de renseignements en temps réel.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.