Press "Enter" to skip to content

Monde. L’équipe de Trump détaille la fraude électorale aux américains

ACTUALITÉ > Monde

Rudy Giuliani donne une conférence de presse pour décrire la fraude électorale lors des élections de 2020. (Image : Capture d’écran / YouTube)

L’équipe juridique de la campagne Trump a organisé un point de presse le 19 novembre pour présenter les preuves de fraude électorale qu’elle a collectées depuis le jour du scrutin. S’ils réussissent à prouver leurs accusations devant les tribunaux, ils s’attendent à remporter le décompte des voix présidentielles au Nevada, en Arizona, au Wisconsin, au Michigan, en Pennsylvanie et en Géorgie.

Comme l’ont mentionné l’ancien maire de New York et l’avocat personnel du président Donald Trump, Rudy Giuliani, plus de 1000 témoins s’étaient déjà manifestés sous serment, « sous peine de parjure », pour décrire les irrégularités dont ils avaient été témoins au cours du processus électoral de cette année.

« Il y avait beaucoup plus d’affidavits ici. Je voudrais vous les lire tous, mais je n’ai pas le temps. Vous auriez dû avoir le temps et l’énergie d’aller les chercher. C’est votre travail ! » Rudy Giuliani a égratigné la presse rassemblée. Il a poursuivi : « C’est votre travail de lire ces témoignages et de ne pas déclarer faussement qu’il n’y a aucune preuve », car les déclarations sous serment constituent une preuve.

Il a mis en évidence quatre personnes qui ont déclaré avoir été témoins de fraudes électorales à Détroit : « Quatre déposants ici - ce sont des gens qui font des déclarations sous serment - rapportent un incident qui, dans d’autres circonstances, aurait fait la une de vos journaux, s’il ne s’agissait pas la haine que vous avez, la haine irrationnelle et pathologique que vous avez pour le président ».

Un autre membre de l’équipe juridique de Donald Trump, l’ancienne procureur fédéral Sidney Powell, a détaillé le lien entre les systèmes de vote du Dominion, utilisés dans plus de 30 Etats lors des élections de cette année, et le défunt dictateur vénézuélien Hugo Chavez. Elle a fait référence à une déclaration sous serment d’un ancien responsable vénézuélien, qui a été témoin de la façon dont le système électoral a truqué les élections pour Hugo Chavez.

Qualifiant l’utilisation de Dominion d’« ingérence étrangère », Sidney Powell a accusé l’entreprise d’être soutenue par l’argent communiste du Venezuela, de Cuba et potentiellement de la Chine, parce que ces adversaires américains voulaient démettre Donald Trump de ses fonctions. Elle a demandé pourquoi les responsables électoraux avaient autorisé l’utilisation d’un système de vote lié à Hugo Chavez lors des élections américaines, alléguant que plus de 100 millions de dollars américains avaient été dépensés lors de l’élection de 2020 pour inciter les responsables électoraux à utiliser Dominion.

Lors de la conférence de presse, l’équipe a déclaré que Donald Trump avait « plusieurs chemins vers la victoire » d’autant qu’une fraude électorale détaillée en Pennsylvanie, au Michigan et au Wisconsin a jeté le doute sur la légalité d’un grand nombre de votes.

Rudy Giuliani : Donald Trump a remporté la Pennsylvanie par 300000 voix

Le soir du scrutin, les observateurs du scrutin ont été empêchés d’inspecter le processus de dépouillement à Philadelphie. Rudy Giuliani a déclaré qu’environ 682 000 bulletins de vote avaient été enregistrés sans inspection appropriée, ce qui les rendait nuls et non avenus. L’avance de Joe Biden en Pennsylvanie est d’environ 69 000 voix. Si ces 682000 bulletins de vote étaient supprimés, Donald Trump retrouverait probablement son avance dans l’État.

À Pittsburgh, environ 15 000 personnes qui ont tenté de voter le jour du scrutin ont été informées qu’elles avaient déjà voté et ont donc reçu un bulletin de vote provisoire. Ce phénomène, selon Rudy Giuliani, était révélateur d’une fraude par correspondance à grande échelle. Ces 15 000 électeurs n’étaient que la partie émergée de l’iceberg, il était impossible de dire combien d’électeurs inactifs avaient été votés à leur insu.

Rudy Giuliani a également noté que Philadelphie et Pittsburgh, deux bastions démocrates de l’État, avaient violé la loi de l’État en permettant aux électeurs qui avaient mal rempli leur bulletin de voter à nouveau ou de « soigner leurs votes ». Étant donné que les électeurs dans d’autres parties de l’État n’étaient pas autorisés à voter à nouveau ou à apporter des corrections si leurs bulletins de vote n’étaient pas valides, les responsables électoraux de Philadelphie et de Pittsburgh ont violé l’égalité de protection accordée par la Constitution.

Détroit : un camion est arrivé au milieu de la nuit

Selon Rudy Giuliani, une soixantaine de personnes ont vu un camion arriver au centre TCF de Détroit vers 4h30 le 4 novembre, qui a déchargé des milliers de bulletins de vote placés dans des poubelles, des sacs en plastique et d’autres conteneurs ouverts. Les bulletins de vote semblaient remplis à la hâte, car ils ont tous voté uniquement pour Joe Biden mais aucun pour les candidats les moins avancés. Sous la supervision d’employés du Dominion, ces bulletins de vote ont été introduits à plusieurs reprises dans les machines de tabulation, créant environ 300 000 votes pour Joe Biden. L’avance de Joe Biden au Michigan est actuellement d’environ 120 000 voix.

Wisconsin : 100 000 bulletins de vote par correspondance sont invalides

L’histoire du Wisconsin est un peu différente. Selon la loi électorale de l’État du Wisconsin, un électeur ne peut recevoir un bulletin de vote par correspondance qu’en remplissant une demande. L’Etat s’est vu interdire d’émettre un bulletin de vote par correspondance sans demande. Milwaukee et Madison ont reçu respectivement 60 000 et 40 000 bulletins de vote par correspondance sans aucune demande d’accompagnement. En outre, les observateurs du GOP ont également été empêchés d’inspecter les bulletins de vote dans ces villes le soir des élections.

Une fois que ces 100 000 bulletins illégaux seront supprimés du décompte, l’avance de 20 000 voix de Joe Biden dans le Wisconsin pourrait bien s’évaporer.

Rudy Giuliani a également souligné que de nombreuses circonscriptions du Michigan et du Wisconsin avaient des taux de participation supérieurs à 100%.

Jenna Ellis, la conseillère juridique de Trump et un autre membre de l’équipe ont comparé le point de presse à la déclaration liminaire d’un procès. Ils ont déclaré que l’équipe du président avait l’intention de contourner les « fake news » et de dévoiler au public américain ce qu’ils étaient prêts à prouver devant un tribunal. Leur objectif, ont ils dit, n’était pas d’annuler une élection, mais de préserver et de protéger l’intégrité électorale de tout le peuple américain.

Voir le point de presse complet ici

Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : Trump Legal Team Details Election Fraud to American Public