Press "Enter" to skip to content

Monde. Le réseau social Parler porte plainte contre Amazon

ACTUALITÉ > Monde

Parler a poursuivi Amazon pour l’avoir expulsé de ses serveurs. (Image : Edward Lich / Pixabay)
 

Amazon a récemment coupé l’accès du réseau social Parler à ses serveurs, mettant ainsi fin à leur activité. Parler a intenté un procès contre Amazon, l’accusant d’enfreindre un accord contractuel et de violer la loi antitrust. Selon le procès, Parler a demandé à un juge fédéral d’annuler l’interdiction d’Amazon sur la plateforme de « liberté d’expression ».

Selon les termes du procès, Parler fait valoir que l’interdiction d’Amazon vise à réduire la concurrence au bénéfice de Twitter, client d’AWS (Amazon Web Services) et qu’elle intervient précisément au moment où les activités de Parler connaissent une rapide montée en puissance.

« Compte tenu du contexte de la menace imminente de Parler pour Twitter et du fait que l’interdiction de Twitter pourrait ne pas museler longtemps le président s’il passait à Parler, amenant potentiellement des dizaines de millions d’adeptes avec lui, AWS a décidé de fermer Parler... Le coup de grâce [d’AWS] ne pouvait pas arriver à un pire moment pour Parler - à un moment où l’entreprise est en pleine expansion avec le potentiel d’une croissance encore plus explosive dans les prochains jours », affirme le procès.

Selon l’équipe d’Amazon Trust and Safety, Parler a été suspendu de leurs services d’hébergement web sous prétexte que la plateforme « présente un risque très réel pour la sécurité publique ». Cela contredit la position des plateformes de médias sociaux Big Tech contre la proposition de Trump de révoquer l’article 230, qui protège les plateformes de médias sociaux contre toute responsabilité pour le contenu que leurs utilisateurs publient en ligne.

En interdisant Parler, Amazon laisse entendre que les entreprises de médias sociaux devraient être responsables du contenu des utilisateurs

Selon les modalités du contrat, Amazon était censé accorder un préavis de 30 jours à Parler avant de résilier son compte d’hébergement web. En raison de cette interdiction soudaine, l’avenir de Parler est incertain. Le PDG John Matze affirme que Parler pourrait ne pas être disponible avant une semaine et que l’entreprise pourrait devoir tout reconstruire à partir de zéro. 

 

Apple a retiré le réseau Parler de son App Store. (Image : Matias Cruz / Pixabay)
Apple a retiré le réseau Parler de son App Store. (Image : Matias Cruz / Pixabay)
 

Actuellement, l’entreprise recherche des services d’hébergement adaptés. Le PDG a noté que de nombreux fournisseurs alternatifs ont fermé leurs portes après qu’Amazon et d’autres sociétés de Big Tech comme Apple aient publié des déclarations contre la société. L’interdiction d’Amazon interfère également avec les contrats que Parler a conclus avec ses 12 millions d’utilisateurs. Auparavant, Apple avait suspendu Parler de son App Store pour ne pas avoir pris de mesures suffisantes pour répondre aux « menaces de violence et d’activités illégales » de ses utilisateurs.

« Ils prétendent que cela est dû à la violence sur la plateforme. La communauté n’est pas d’accord alors que nous sommes numéro 1 de leur magasin aujourd’hui. Le même jour, " Hang Mike Pence ", une suggestion violente et tendancieuse, était à la mode sur Twitter. Afficher l’horrible double standard d’Apple et leur gros paquet technologique s’appliquent à la communauté... Apple, un monopole du logiciel, ne fournit aucune alternative à l’installation d’applications sur votre téléphone autre que leur magasin. Nous ne sommes pas propriétaires de nos téléphones, Apple nous les loue tout simplement. Apple, Google et le reste de la meute anticoncurrentielle des tyrans de la haute technologie coordonnent leurs actions et travaillent ensemble pour étouffer la concurrence sur le marché », a déclaré M. Matze dans un communiqué.

Amy Peikoff, responsable des politiques de Parler, a souligné que la collusion des grandes entreprises technologiques pour faire tomber Parler est dystopique, et que la société est tenue à une norme impossible où la plate-forme est censée scanner chaque élément de contenu d’un utilisateur et interdire ceux qui sont jugés répréhensibles. Suite à l’interdiction le républicain David Nunes a demandé une  enquête sur le racket des sociétés de Big Tech, affirmant que leurs actions violent la loi RICO, l’antitrust et les droits civils.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Amazon Deals Death Blow, Parler Sues Back for Shutting Down Servers