Press "Enter" to skip to content

Monde. Le gouvernement britannique lance un plan de lutte de type crédit social, contre l’obésité

ACTUALITÉ > Monde

L’administration de Boris Johnson prévoit de déployer un « programme de récompenses soutenu par le gouvernement » qui surveillerait les dépenses et l’activité physique des citoyens, prétendument pour lutter contre l’obésité dans le pays, et pour enrayer les maladies et les décès à l’avenir, suite à la pandémie de Covid-19.

Dans un article du Telegraph du 23 juillet intitulé Families Could get Rewards for Healthy Living in New War on Obesity (Les familles pourraient être récompensées pour leur mode de vie sain dans le cadre de la nouvelle guerre contre l’obésité), le sous-titre de l’article résume la situation : « Les habitudes de vie telles que la participation à une course régulière ou le fait de se rendre à l’école à pied tous les jours pourraient être liées à des récompenses gratuites dans le cadre d’un programme pilote ».

« Le programme surveillera les dépenses des familles dans les supermarchés et récompensera celles qui réduisent leur apport calorique et achètent plus de fruits et légumes. Les personnes qui augmentent leur activité physique en participant à des événements organisés ou en allant à pied à l’école accumuleront également des " points " supplémentaires dans une nouvelle application. »

Le plan indique que le déploiement du système est prévu en janvier 2022, faisant référence à l’annonce du 6 juillet, d’un projet pilote de 6 millions de livres sterling, sollicitant les offres des sociétés de fitness et des supermarchés nationaux.

« D’autres propositions en cours de discussion incluent la prescription de " Fitbits " et d’autres dispositifs portables pour persuader les gens de participer à un défi national compétitif de step », ajoute l’article du 6 juillet.

Le modèle de Singapour

Selon The Telegraph, Boris Johnson a fait appel à Keith Mills, (célèbre pour avoir aidé à organiser les Jeux olympiques de Londres, et pour avoir inventé les systèmes de cartes de fidélité Air Miles et Nectar), pour diriger ce qui a été décrit comme une « campagne nationale ».

Dans une interview accordée au Financial Times, Keith Mills a déclaré : « Les couches de l’oignon… s’étendent à des éléments qui échappent manifestement au contrôle direct d’un système de santé, notamment l’environnement alimentaire obésogène auquel sont exposés les enfants et les communautés les plus pauvres. »

Il a ensuite fait le lien avec la pandémie de Covid-19 en déclarant que « les pays où plus de la moitié de la population est en surpoids ont connu 10 fois plus de décès dus à la Covid. »

Les détails sur les spécificités du programme étaient cependant vagues. Selon le Telegraph, les informations sur la mise en œuvre effective du programme se limitaient aux « documents d’appel d’offres étudiés par des dizaines d’entreprises, d’organisations caritatives et d’autres organisations à qui il a été demandé de soumissionner pour y participer. »

Le programme est toutefois décrit comme étant calqué sur le National Steps Challenge mis en œuvre à Singapour. Dans un article publié en mars, le Telegraph déclarait à propos de cet exemple : « Pour répondre à la question évidente : oui, ça a marché à Singapour, en quelque sorte. »

« Le programme soutenu par le gouvernement et les entreprises, qui entame sa sixième saison, offre des bons électroniques et des participations à des tirages au sort pour les personnes qui font plus de 5 000 pas ou 10 minutes d’exercice physique modéré à vigoureux par jour. »

Les chercheurs ont constaté que 1,3 million de Singapouriens, soit 26 % des adultes, ont utilisé des smartphones et des dispositifs de suivi au cours des quatre premières saisons du défi pour enregistrer leur activité quotidienne dans le système centralisé.

L’expérience n’était pas sans poser quelques problèmes : « Les utilisateurs des sous-reddit de Singapour, par exemple, notent qu’il est possible de tromper les balises en les secouant, ce qui a apparemment donné lieu au spectacle bizarre de tables remplies d’employés d’entreprise agitant vigoureusement leurs balises sans marcher réellement nulle part », indique l’article.

Tout sur la Covid

Dans un communiqué de presse du 27 juillet, intitulé New Obesity Strategy Unveiled as Country Urged to Lose Weight to Beat Coronavirus (Covid-19) and Protect the NHS. (Une nouvelle stratégie contre l’obésité est dévoilée alors que le pays est invité à perdre du poids pour vaincre le coronavirus (Covid-19) et protéger le NHS.) l’administration Johnson a poussé plus loin son initiative de lutte contre l’obésité, s’appuyant sur l’hystérie générée par la pandémie pour justifier une nouvelle surveillance générale.

Le gouvernement a annoncé qu’il interdirait les publicités télévisées pour les « aliments riches en graisses, en sucre et en sel », avant 21 heures, qu’il rendrait illégales les offres d’achat d’aliments malsains, qu’il exigerait l’affichage de l’apport calorique sur les menus des restaurants et des fast-foods, et qu’il lancerait une « nouvelle campagne pour aider les gens à perdre du poids, à être actifs et à mieux manger après le sursaut de la Covid-19 ».

« L’urgence de s’attaquer à la bombe à retardement de l’obésité a été mise en évidence par la preuve du lien avec un risque accru de Covid-19. »

Le communiqué poursuit : « Vivre avec un excès de poids expose les gens à un plus grand risque de maladie grave ou de décès dû à la Covid-19, le risque augmentant considérablement avec l’indice de masse corporelle (IMC). Près de 8 % des patients gravement malades atteints de Covid-19 dans les unités de soins intensifs présentent une obésité morbide, contre 2,9 % dans la population générale. »

En outre, l’alcool sera également étiqueté en fonction de son apport calorique et le National Health Service recevra des fonds pour développer les programmes liés à l’obésité et au diabète.

Soins de santé ou crédit social ?

Pour certains, l’initiative peut ressembler un peu trop au système de crédit social du Parti communiste chinois (PCC).

En 2018, lors d’un discours à l’Hudson Institute, l’ancien vice-président Mike Pence a tiré la sonnette d’alarme sur les plans du PCC : « Les dirigeants chinois visent à mettre en œuvre un système orwellien fondé sur le contrôle de pratiquement toutes les facettes de la vie humaine - le soi-disant " score de crédit social. " ». Selon les termes du plan officiel de ce programme, il « permettra aux personnes dignes de confiance de se promener partout sous le ciel, tout en rendant difficile pour les personnes discréditées de faire un seul pas ».

Dans un article de 2019 de Forbes intitulé Chinese Social Credit Score : Utopian Big Data Bliss or Black Mirror on Steroids…, (Score de crédit social chinois : bonheur utopique du big data ou miroir noir sur stéroïdes), le média détaille les données personnelles que le Parti exploite pour déterminer le score de crédit social d’un individu : « En Chine, les agences gouvernementales et les entreprises privées collectent d’énormes quantités de données sur, par exemple, les finances d’un individu, ses activités sur les médias sociaux, ses antécédents en matière de crédit, ses dossiers médicaux, ses achats en ligne, ses paiements d’impôts, ses affaires juridiques et les personnes que vous fréquentez, en plus des images recueillies par les 200 millions de caméras de surveillance et les logiciels de reconnaissance faciale de la Chine. »

Dans une introduction détaillée, bien que promotionnelle, au système de crédit social du PCC, publiée le 20 juillet par New Horizons, une société qui se décrit comme « dirigeant l’expansion mondiale et le recrutement stratégique pour les entreprises qui établissent ou étendent leurs opérations mondiales », l’auteur Drew Donnelly note que les conséquences d’une mauvaise note attribuée par le régime se traduiront par des interdictions de voyage, des interdictions d’éducation, des restrictions d’emploi, des persécutions gouvernementales et même une honte publique.

Selon Drew Donnelly, les listes noires de crédit social interdisent à quelque 23 millions de citoyens chinois d’utiliser le réseau de transit terrestre ou aérien du pays. Il ajoute qu’un score négatif n’entraîne pas seulement des problèmes pour l’individu, mais aussi pour toute personne qui risque de s’associer à lui : « S’engager avec des entreprises qui ont un faible score de crédit social (comme celles qui sont " sur liste noire ") peut réduire son propre score de crédit social. »

New Horizons indique que des actions aussi personnelles et légères que le fait de ne pas rendre fréquemment visite à ses parents, de traverser la rue en dehors des clous, de promener un chien sans laisse, de tricher dans des jeux vidéo sur Internet ou de fumer dans des zones non-fumeurs ont toutes entraîné des démérites appliqués aux scores de crédit social des citoyens.

Ils notent également que la capacité de mettre des personnes ou des entreprises sur liste noire ne provient pas uniquement de l’autorité centrale du Parti à Zhongnanhai, mais qu’il s’agit d’un pouvoir distribué aux couches inférieures des amis du PCC dans tout le pays. « Au lieu d’avoir une seule liste noire utilisée par le gouvernement fédéral, il existe actuellement des centaines de listes noires contrôlées par diverses agences d’État en Chine. »

« Chaque agence a sa propre juridiction dans laquelle elle opère, ce qui donne à ces organisations localisées la capacité de mettre sur liste noire des citoyens individuels et des entreprises qui opèrent dans leur zone d’autorité. »

L’article mentionne que le délai pour être retiré d’une liste noire, une fois ajoutée par un officiel du Parti, est de deux à cinq ans.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.