Press "Enter" to skip to content

Monde. Joe Biden s’engage à débloquer 180 millions de barils de pétrole provenant des réserves stratégiques américaines, pour faire baisser le prix du pétrole

ACTUALITÉ > Monde

Le président américain Joe Biden a annoncé jeudi 31 mars un plan prévoyant le déblocage de 180 millions de barils de la réserve stratégique de pétrole américain afin de contrer la flambée des prix du pétrole suite aux sanctions prises par les États-Unis et leurs alliés à l’encontre de la Russie, et en guise de période de transition en attendant que les producteurs de pétrole augmentent leur production.


Joe Biden débloque une partie de la réserve stratégique du pétrole américain

Selon une fiche d’information publiée par la Maison Blanche, un million de barils de pétrole par jour en moyenne seraient libérés de la réserve stratégique de pétrole des États-Unis au cours des six prochains mois, soit un total d’environ 180 millions de barils. Cela équivaut à un quart de la réserve stratégique de pétrole des États-Unis.

On ne sait pas exactement de combien une telle mesure réduirait le prix de l’essence, mais Joe Biden a annoncé que cela pourrait être « de 10 à 35 cents par gallon ». Selon l’Association américaine des automobilistes (AAA), le prix moyen de l’essence aux États-Unis est actuellement d’environ 4,23 dollars le gallon, contre 2,87 dollars il y a un an.

Selon l’Associated Press, le président Joe Biden a déclaré jeudi 31 mars: « L’essentiel est que si nous voulons faire baisser le prix de l’essence, nous devons avoir plus de pétrole disponible maintenant, et c’est un moment de conséquence et de danger pour le monde et un moment de douleur pour les familles américaines. »

Augmenter la production sur les terres fédérales

L’administration Biden fait également pression sur les compagnies pétrolières pour qu’elles augmentent la production sur les terres fédérales qui ont été autorisées pour le forage mais qui ne sont pas utilisées.

Joe Biden souhaite également que le Congrès impose des pénalités financières aux compagnies pétrolières et gazières qui ont loué des terres publiques fédérales mais ne produisent pas.

Toutefois, compte tenu de la très faible majorité démocrate au Congrès et du seuil de 60 voix requis par le Sénat pour le consentement de la majorité, une telle législation est confrontée à un obstacle de taille.

Soutenir la production et le traitement des minéraux

La Maison Blanche a déclaré que Joe Biden autoriserait également l’utilisation de la loi sur la production de défense pour soutenir la production et le traitement des minéraux pour les batteries utilisées dans les énergies propres et les véhicules électriques, dans le cadre d’une politique démocrate qui appelle à une transition vers les énergies propres et à une réduction des combustibles fossiles aux États-Unis.

Plus précisément, cela permettrait de promouvoir la production de lithium, de nickel, de cobalt, de graphite et de manganèse pour les batteries à haute capacité.

Ces actions montrent que le pétrole reste une faiblesse pour les États-Unis. La hausse des prix de l’essence a nui au soutien de Joe Biden dans son pays et a ajouté des milliards de dollars aux exportations de pétrole suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Au cours des derniers mois, la Maison Blanche s’est interrogée sur la manière de faire face à la hausse des prix de l’essence et à l’inflation en général. Selon des responsables de l’administration Biden, la guerre entre la Russie et l’Ukraine et les sanctions qui en découlent à l’encontre de Moscou ont exacerbé la situation.

Joe Biden a ordonné à deux reprises la libération de barils de pétrole de la réserve stratégique, mais n’a pas fait de différence significative sur le marché pétrolier. Le 31 mars dernier, il a déclaré qu’il s’attendait à ce que les prix de l’essence puissent « baisser de manière significative ».

Une des préoccupations de Joe Biden est que, jusqu’à présent, la flambée des prix du pétrole n’a pas conduit à une augmentation significative de la production pétrolière. Le plan visant à libérer les réserves de pétrole est un moyen à court terme afin d’augmenter l’offre et sert également de transition pendant que les compagnies pétrolières augmentent leur propre production.

Les responsables du gouvernement américain estiment que la production nationale de pétrole augmentera d’un million de barils par jour cette année et de 700 000 barils par jour d’ici 2023.

Le marché a rapidement réagi à la décision de l’administration Biden de libérer les réserves de pétrole à grande échelle, les prix du pétrole brut chutant d’environ 6 % pour s’établir à 101 dollars le baril dans les échanges le jeudi 31 mars. Néanmoins, le prix du pétrole est toujours en forte hausse par rapport aux 60 dollars d’il y a un an.

La décision de Joe Biden est critiquée : cette mesure n’élimine pas la cause du problème et n’est pas une solution à long terme

L’analyste pétrolier Stewart Glickman de CFRA Research, l’une des plus grandes sociétés indépendantes de recherche sur les investissements au monde, a déclaré que le prix du pétrole est toujours en hausse par rapport aux 60 dollars d’il y a un an. Selon lui, la libération des réserves de pétrole atténuerait les prix à court terme, un peu comme « la prise d’analgésiques pour un mal de tête », et le marché pourra voir si les causes principales de la hausse des prix existent toujours après l’arrêt du déblocage du pétrole.

D’après Stewart Glickman : « La cause fondamentale du mal de tête peut subsister après l’arrêt du médicament. »

Joe Biden a négocié avec ses alliés et partenaires pour qu’ils se joignent à la décision de libérer du pétrole supplémentaire, afin que le marché mondial reçoive plus que les 180 millions de barils promis par les États-Unis.

Selon l’administration américaine d’information sur l’énergie, les Américains utilisent en moyenne environ 21 millions de barils de pétrole par jour, dont environ 40 % pour l’essence. Ce total représente environ un cinquième de la consommation mondiale totale de pétrole.

La production pétrolière nationale des États-Unis équivaut à plus de la moitié de la consommation américaine, mais l’envolée du prix du pétrole n’a pas permis aux compagnies pétrolières de revenir aux niveaux de production antérieurs à la pandémie de coronavirus. La production pétrolière américaine moyenne au début de 2020 était de 13 millions de barils de pétrole par jour et se situe actuellement à 11,7 millions de barils de pétrole.

Selon les membres républicains du Congrès, le cœur du problème réside dans l’attitude hostile de l’administration Biden à l’octroi de licences pour le pétrole et à la construction du projet Keystone XL. Les législateurs démocrates pensent que les États-Unis doivent se tourner vers des sources d’énergie renouvelables telles que l’éolien et le solaire afin de réduire leur dépendance à l’égard des combustibles fossiles et de diminuer l’influence de Vladimir Poutine.

Steve Daines, sénateur républicain du Montana, a reproché à Joe Biden de libérer des réserves de pétrole sans avoir pris de mesures pour augmenter la production d’énergie des États-Unis, estimant que cette approche revient à « mettre un pansement sur une blessure par balle ».

Qualifiant les actions de Joe Biden de « geste désespéré », Steve Daines a fait valoir que la véritable solution consistait à « investir dans la production énergétique américaine » et à relancer « la location de terres publiques à des fins de forage pétrolier et gazier ».

Steve Daines a déclaré : « Le président Biden utilise une fois de plus les réserves pétrolières de la nation pour tenter de dissimuler les résultats de ses politiques énergétiques anti-américaines désastreuses. »

Frank Machiarola, vice-président senior chargé des politiques, de l’économie et des affaires réglementaires à l’American Petroleum Institute, a reconnu dans une déclaration que la libération du pétrole pourrait apporter un « soulagement à court terme » à la hausse des prix de l’énergie, mais a déclaré que ce n’était « pas une solution à long terme ».

Selon l’administration Biden, l’augmentation de la production de pétrole est un processus graduel et la libération des réserves de pétrole est une façon de donner du temps pour augmenter la production de pétrole.

Une enquête publiée la semaine dernière par la Banque fédérale de réserve de Dallas a montré que les producteurs de pétrole cherchent davantage à satisfaire les besoins des investisseurs que ceux des consommateurs. Environ 59 % des dirigeants interrogés ont déclaré que la pression exercée par les investisseurs pour maintenir la « discipline du capital » face à des prix élevés était la raison pour laquelle ils n’ont pas augmenté la production.

La politique pétrolière est une question complexe, les défenseurs de l’industrie et les écologistes critiquant le projet de Joe Biden de libérer les réserves de pétrole. Des groupes tels que l’American Petroleum Institute veulent faciliter l’extraction du pétrole et le forage, tandis que les groupes environnementaux affirment que les entreprises énergétiques devraient être contraintes de payer une taxe spéciale sur leurs bénéfices exceptionnels.

L’administration Biden a d’abord annoncé la libération de 50 millions de barils de pétrole de la réserve stratégique en novembre dernier. Après le déclenchement de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, les États-Unis et 30 autres pays ont accepté de libérer 60 millions de barils supplémentaires de réserves de pétrole, dont la moitié provenait des États-Unis.

Selon le département de l’énergie, au 25 mars, les États-Unis disposaient encore de plus de 568 millions de barils dans leurs réserves stratégiques de pétrole. Une fois les réserves libérées, le gouvernement commencera à les racheter et à les reconstituer dès que les prix du pétrole auront suffisamment baissé.

La capacité maximale de la réserve stratégique américaine de pétrole est de 714 millions de barils, ce qui en fait la plus grande réserve d’urgence pétrolière connue au monde.

L’administration de l’ancien président américain Donald Trump a réalisé l’indépendance énergétique des États-Unis et a fait des États-Unis un exportateur net d’énergie. En 2020, le prix du pétrole brut aux États-Unis est tombé à une moyenne de 39,68 dollars par baril et l’essence à la pompe était en moyenne de 2,17 dollars par gallon. L’ancien président Trump a révélé dans le passé qu’il avait rempli la totalité de la réserve stratégique de pétrole des États-Unis au moment où les prix du pétrole brut étaient au plus bas.

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.