Press "Enter" to skip to content

Monde. États-Unis : la NFRA adopte une résolution pour mettre fin aux prélèvements d’organes sur des prisonniers d’opinion en Chine

ACTUALITÉ > Monde

La National Federation of Republican Assemblies (NFRA), a adopté le 9 octobre une résolution appelant à la fin de la persécution religieuse et aux prélèvements d’organes sur des prisonniers d’opinion en Chine, principalement les pratiquants de Falun Gong, par le Parti communiste chinois (PCC), lors d’une réunion à Scottsdale, en Arizona.

La résolution exhorte les représentants de l’État et les membres du Congrès à condamner et à mettre fin aux prélèvements forcés d’organes par le PCC et appelle le gouvernement chinois à libérer immédiatement tous les pratiquants de Falun Gong et autres prisonniers de conscience. Elle demande aussi au Département d’État américain d’interdire l’octroi de visas aux personnes impliquées dans les prélèvements d’organes forcés.

La résolution indique que le Falun Gong est une pratique de qigong centrée sur les valeurs de « Vérité, Bienveillance et Tolérance ». Cette discipline a gagné en popularité dans les années 1990. Cependant, en juillet 1999, le dirigeant du Parti communiste chinois de l’époque, Jiang Zemin, a lancé une campagne de répression à l’échelle nationale pour éliminer le Falun Gong. Cette campagne reflète l’intolérance de longue date du parti à l’égard des grands groupes indépendants de la société civile. Depuis 1999, des centaines de milliers de pratiquants de Falun Gong ont été détenus de manière extrajudiciaire dans des camps de rééducation par le travail, des centres de détention et des prisons, où la torture et les abus sont monnaie courante.

La résolution indique également que, selon un rapport de 2015 de Freedom House, une ONG internationale, les pratiquants de Falun Gong constituent le groupe de prisonniers de conscience le plus important en Chine et qu’ils sont confrontés à un risque élevé de mourir ou d’être tués en détention. Les membres du Comité des Nations unies contre la torture, ainsi que le rapporteur spécial sur la torture, ont exprimé leur inquiétude quant aux allégations de prélèvements d’organes sur les pratiquants de Falun Gong.

Ils ont appelé le gouvernement de la République populaire de Chine à renforcer l’obligation de rendre des comptes, et à la transparence du système de transplantation d’organes, et de punir les responsables d’abus. Tuer des prisonniers religieux ou politiques dans le but de vendre leurs organes à des fins de transplantation constitue une violation flagrante et intolérable du droit fondamental à la vie.

La NFRA appelle les représentants de l’État et les membres du Congrès à adopter une législation, l’autorisant à :

(1) Réprimander la République populaire de Chine pour sa pratique, sanctionnée par l’État, du prélèvement forcé d’organes.

(2) Appeler le gouvernement de la République populaire de Chine et le PCC à cesser immédiatement la pratique du prélèvement d’organes sur tous les prisonniers de conscience.

(3) Exiger que le gouvernement de la République populaire de Chine et le PCC cessent immédiatement la persécution de 22 ans des pratiquants de Falun Gong et libèrent immédiatement tous les pratiquants de Falun Gong et autres prisonniers de conscience.

(4) Demander à la République populaire de Chine de permettre une enquête crédible, transparente et indépendante sur l’abus des transplantations d’organes, et

(5) demander au département d’État américain d’inclure dans ses rapports annuels sur les droits de l’homme une analyse plus détaillée des prélèvements forcés d’organes de prisonniers de conscience sanctionnés par l’État et de rendre compte chaque année au Congrès de la mise en œuvre de la section 232 de la loi d’autorisation du département d’État pour l’exercice 2003, qui interdit l’octroi de visas aux ressortissants chinois et autres qui se livrent à des transplantations forcées d’organes ou de tissus corporels.

Le président du comté de Solano de l’Assemblée républicaine de Californie, Norman Reece, a parrainé la résolution et a présenté une résolution similaire à l’Alliance républicaine de Californie en 2018, qui a été adoptée à l’unanimité.

Cette année, il espère réintroduire la résolution à la convention de la Coalition républicaine nationale pour « attirer davantage l’attention sur les atrocités qui ont lieu en Chine. »

Je pense qu’il est essentiel de continuer à tenir le PCC responsable des atrocités qu’il commet, « et c’est la plus brutale de toutes - la persécution de la religion, le prélèvement d’organes à vif, tout cela est dégoûtant, c’est abominable », a-t-il déclaré lors d’un entretien téléphonique avec The Epoch Times le 10 octobre.

Des enquêteurs indépendants ont accusé le gouvernement chinois de prélever systématiquement et à grande échelle les organes des prisonniers de conscience pour des transplantations d’organes et de solliciter le « tourisme d’organes » à des fins lucratives. Les victimes sont principalement des pratiquants de Falun Gong emprisonnés et des membres d’autres groupes religieux et de minorités ethniques. Dans son ouvrage intitulé « Rapport sur les allégations de prélèvement d’organes par le Parti communiste chinois », David Jogow a mené une enquête indépendante d’une importance capitale.

De nombreux gouvernements et agences ont adopté des résolutions et des politiques contre le prélèvement forcé d’organes

L’allégation de prélèvement forcé d’organes figure depuis des années dans les rapports des Nations Unies, du Département d’État américain, du Congrès américain et d’autres agences. La République de Chine (1911-1949), le Parlement européen, le Sénat australien, le Sénat italien, le Parlement irlandais et le Congrès américain ont tous adopté des résolutions condamnant le prélèvement forcé d’organes sur les pratiquants de Falun Gong et autres prisonniers de conscience. L’Union européenne a également adopté la Convention du Conseil européen contre le trafic d’organes humains, et Israël, l’Espagne et Taïwan ont achevé la législation visant à interdire le tourisme de transplantation d’organes vers la Chine.

Le 17 juin 2019, à Londres, le tribunal chinois, créé par la Coalition internationale pour mettre fin aux abus de la transplantation d’organes en Chine (ETAC), a rendu son verdict final dans l’affaire des prélèvements forcés d’organes par le gouvernement chinois. Le président du tribunal, Sir Geoffrey Nice, QC, qui a été procureur dans le procès pour crimes de guerre de l’ancien président serbe Slobodan Milosevic devant la Cour internationale de La Haye, a condamné le gouvernement chinois dans l’affaire des prélèvements forcés d’organes. L’un des témoins clés du procès était le Dr Enver Tohti, à qui l’on avait demandé d’effectuer un prélèvement d’organes sur un prisonnier vivant.

« Les États-Unis ont atteint un point d’inflexion et nous ne pouvons plus être des spectateurs »

Le député Rees a déclaré que la Fédération nationale des coalitions républicaines tient une convention nationale tous les deux ans et a proposé cette résolution lors de la dernière convention en 2019, mais elle a été ignorée. Cette fois, avec le soutien de ses collègues de la Coalition républicaine de Californie, ils ont fait en sorte que la résolution soit votée et adoptée à la majorité.

« Beaucoup de gens commencent à se rendre compte que les médias grand public ne couvrent pas ce genre de choses, donc plus nous attirerons l’attention sur ce sujet, mieux ce sera ». Le député Rees pense que les grands médias ignorent ce genre de nouvelles parce que le PCC les menace : Le « (gouvernement) chinois investit beaucoup et les gens se sentent menacés par cela. Le PCC peut avoir une emprise sur eux, et ils ont peur d’être exposés. »

C’est pourquoi il espère que les organisations de base, comme la National Republican Coalition, joueront un rôle plus important pour réveiller les gens : « Les politiciens professionnels et les consultants, qui sont payés, qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, n’ont pas ce sentiment d’urgence. Les bénévoles ne sont pas payés ; ils travaillent pour faire bouger les choses. Nous essayons donc de travailler avec des bénévoles de la base pour souligner que l’Amérique est à un point d’inflexion, qu’il faut agir, qu’il faut s’impliquer et que nous ne pouvons plus être spectateurs. »

La National Federation of Republican Assemblies (NFRA) est un mouvement de base des conservateurs de Reagan qui croient en un petit gouvernement non invasif, des impôts faibles, un capitalisme de marché libre, une défense nationale forte, le droit à la vie et une Amérique décente. « La Coalition républicaine de Californie est le plus ancien chapitre de l’organisation. Parmi les membres actuels et anciens notables figurent le président Reagan, la fondatrice d’Eagle Forum, Phyllis Schlafly, le fondateur d’Americans for Tax Reform, Grover Norquist, l’ancien sénateur américain Rick Santorum et les sénateurs américains actuels Rand Paul et Ted Cruz, entre autres. »

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.