Press "Enter" to skip to content

Monde. Des militants des droits humains condamnent le traitement infligé à Julian Assange

ACTUALITÉ > Monde

 

Julian Assange, cofondateur de WikiLeaks, fait face à une possible extradition vers les États-Unis, plusieurs défenseurs des droits de l'homme se sont présentés pour le défendre. Ils affirment que punir Assange serait un coup porté au journalisme et à la liberté d’expression. Assange purge actuellement une peine de prison de 50 semaines à Londres.

Les charges

Assange a créé WikiLeaks en 2006 dans le but de publier des documents d’État sensibles. Quatre ans plus tard, en 2010, le site Web a attiré l’attention de la communauté internationale en publiant des images de soldats américains tuant des civils irakiens à partir d’un hélicoptère. La vidéo a beaucoup nui à l’effort de guerre américain au Moyen-Orient. Le gouvernement américain a accusé Assange d’avoir violé la loi sur l’espionnage.

Le ministère de la Justice américain l’a récemment inculpé de 17 chefs d’espionnage, dont neuf chefs de divulgation d’informations relatives à la défense nationale, sept chefs d’obtention de telles informations et un chef de complot visant à les recevoir. Une accusation supplémentaire de complot en vue de commettre une utilisation abusive par ordinateur a également été portée contre l’Australien âgé de 47 ans.

S’il est reconnu coupable des accusations, Assange pourrait finir par passer des décennies derrière les barreaux. «C’est le mal de l’iniquité dans sa forme la plus pure. Avec l’acte d’accusation, le «leader du monde libre» rejette le Premier Amendement (de la constitution américaine - TASS) - considéré comme un modèle de la liberté de la presse dans le monde - et lance une attaque extraterritoriale flagrante en dehors de ses frontières, en s’attaquant aux principes fondamentaux de la liberté d’​​​​​​​expression. démocratie en Europe et dans le monde», a déclaré WikiLeaks dans un communiqué (TASS).

Une attaque contre les droits de l’homme ?

Jennifer Robinson, l’avocate d’Assange, se prépare à une lutte d’extradition. Elle pense que l’affaire aura de graves conséquences sur la liberté d’expression et pourrait éventuellement servir de précédent contre d’autres organisations de médias. Selon toute vraisemblance, la défense d’Assange dépendra en grande partie de son droit à la liberté d’expression, protégé par l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme.

La Fondation pour la liberté de la presse a déclaré que les accusations portées contre Assange menaçaient la liberté de la presse. L’American Civil Liberties Union déclare que les poursuites engagées contre Assange sont inconstitutionnelles. Amnesty International a demandé au Royaume-Uni de ne pas extrader Assange aux États-Unis. Human Rights Watch considère l’affaire comme un précédent dangereux pour les médias.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et certains États européens avaient déjà accepté d’attaquer les fuites des secrets d’État il y a près d’une décennie. Les pays sont arrivés à cette décision car ils étaient perturbés par la possibilité que des organisations telles que WikiLeaks puissent accéder aux informations du gouvernement ou de l’armée et les rendre publiques, ce qui pourrait leur donner une mauvaise image.

«Il s’​​​​​​​agit simplement d’​​​​​​​essayer de récupérer un secret d’​​​​​​​État… Les États-Unis ont dit que nous ne pouvions rien faire contre les journalistes, mais nous allons nous attaquer aux sources et aux fuyards avec vigueur… Il y a une grande campagne, des personnes sont renvoyées en vertu de la loi sur l’​​​​​​​espionnage. Les États-Unis sont déterminés à faire de ces personnes un exemple», a déclaré Richard Aldrich, professeur de sécurité internationale à l'Université de Warwick, à NBC News.

Au Royaume-Uni, le leader travailliste Jeremy Corbyn a déclaré que le gouvernement britannique ne devait pas extrader Assange simplement parce qu’il avait exposé les atrocités militaires commises en Irak et en Afghanistan. Soutenir Assange comporterait de graves risques politiques pour la Grande-Bretagne, puisqu’un refus de l’extrader aux États-Unis aurait pour effet de mettre à rude épreuve les relations américano-britanniques.

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.