Press "Enter" to skip to content

Monde. Coronavirus : deux journalistes disparaissent en Chine

ACTUALITÉ > Monde

Fang Bin est le deuxième « citoyen-journaliste » disparu, alors qu’il faisait un reportage sur l’épicentre du coronavirus. (Image : Capture d’écran /YouTube)
 

Alors que les autorités chinoises luttent pour contenir le coronavirus Covid-19, elles s’efforcent également de faire taire le nombre croissant de critiques sur la gestion de l’épidémie et de la crise sanitaire. Les censeurs ont bloqué des sites de réseaux sociaux et supprimé les posts qui les critiquaient. Au moins deux « citoyens-journalistes » qui  exprimaient ouvertement leur opinion ont disparu. Chen Qiushi et Fang Bin sont parmi ceux qui ont disparu.

Chen Qiushi est arrivé à Wuhan à la veille du Nouvel An chinois. Il a fait des vidéos de scènes d’hôpitaux et de rues de Wuhan. Le soir du 6 février, Chen s’est rendu dans un hôpital de fortune et depuis lors, il est porté disparu. L’ami de Chen a tweeté : « Les médias ont contacté plusieurs postes de police locaux à Wuhan mais il n’y a toujours pas de nouvelles de Chen. »

Chen Qiushi, un «citoyen-journaliste» qui avait fait un reportage sur l’épidémie de coronavirus à Wuhan, ne peut plus être joint par ses amis et sa famille depuis le 6 février. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Chen Qiushi, un « citoyen-journaliste » qui avait fait un reportage sur l’épidémie de coronavirus à Wuhan, ne peut plus être joint par ses amis et sa famille depuis le 6 février. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Ses amis ont contacté plus d’une douzaine d’hôpitaux à Wuhan mais n’ont toujours pas trouvé où se trouvait Chen. Un avis ambigu a été affiché au poste de police de Qingdao : « où se trouve-t-il et quelle est la situation actuelle ? Même sa mère ne le sait pas ».

Chen Qiushi savait qu’il serait dangereux d’aller à Wuhan. Il y est allé dans l’intention de faire un rapport sur la situation. Maintenant, il n’y a plus aucune nouvelle de lui. Le 9 février, Chen Qiushi a mis en ligne une vidéo disant qu’il était en sécurité et montrant huit caractères de calligraphie qui se lisent : « La nation entière résiste, rendez l’administration au peuple. » Il a ensuite été arrêté le 10 février à Wuhan pour s’être exprimé.

Fang Bin, un citoyen de Wuhan, était conscient que le gouvernement communiste chinois dissimulait la vérité sur l’épidémie. Il s’est rendu dans des chambres funéraires et des hôpitaux pour mener des enquêtes sur le terrain et a mis en ligne les vidéos qu’il a prises, comme preuves. Il a été arrêté mais relâché par le gouvernement chinois en raison de l’énorme pression exercée par le public. Mais ensuite, Bin a été harcelé à plusieurs reprises.

Voici une vidéo sur la disparition des journalistes citoyens Chen Qiushi et Fang Bin et sur le manque de transparence des autorités gouvernementales.

Dans une vidéo qu’il a lui-même réalisée le 7 février, Fang a appelé la population à résister à la tyrannie du Parti communiste chinois (PCC). Il a dit au peuple : « Ma campagne nationale de soutien mutuel et d’auto-sauvetage est devenue la campagne de la " Rébellion nationale ". La cruauté du tyran est bien plus grande que celle des virus. Tout le monde doit être convaincu que nous pouvons éradiquer la tyrannie ».

Le 8 février, Fang a continué à appeler à la résistance à la tyrannie du PCC sur YouTube. Il a dit : « La tyrannie du PCC est si malfaisante qu’elle ne doit plus exister. La Chine est la terre du peuple chinois, comment peut-on laisser le diable errer librement ? Ne fuyez pas, il n’y a aucun moyen pour nous de battre en retraite ! ».

Rédacteur Swanne Vi

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.