Press "Enter" to skip to content

Monde. La Chan Zuckerberg Initiative accorde une subvention de 433 000 dollars à l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill

ACTUALITÉ > Monde

La Chan Zuckerberg Initiative, L’association caritative de Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a versé près de 450 000 dollars à une université américaine connue pour sa collaboration avec l’Institut de virologie de Wuhan, afin d’acheter du matériel de laboratoire et de financer des recherches sur le SRAS-CoV-2, le coronavirus à l’origine de la maladie que l’Organisation mondiale de la santé, soutenue par le Parti communiste chinois, a baptisée « Covid-19 ». l’Institut de virologie de Wuhan est administré par l’Académie chinoise des sciences qui elle, dépend du Conseil des affaires de l’État, l’autorité administrative principale de la république populaire de Chine.

Un rapport de National Pulse a révélé que l’Université de Caroline du Nord Chapel Hill et le virologue principal Ralph Baric ont reçu 433 000 dollars de la Chan Zuckerberg Initiative (CZI) dès juillet 2020. La Chan Zuckerberg Initiative est une organisation caritative fondée par Mark Zuckerberg et son épouse, Priscilla Chan.

Les fonds ont été affectés à l’achat d’équipements de laboratoire de pointe destinés à accélérer la vitesse des tests et le développement d’« une solution globale à la pandémie », peut-on lire dans un communiqué de presse, selon National Pulse.

Un communiqué de presse publié sur le site Web de l’UNC explique plus en détail l’utilisation des fonds : « La subvention couvre l’achat d’un " manipulateur de liquide " - un bras robotisé capable de pipeter des fluides beaucoup plus rapidement et précisément que les humains - et d’instruments auxiliaires, notamment un autre robot qui détecte les particules virales actives dans les échantillons et une machine permettant de séquencer l’ARN. Ensemble, ces outils multiplient par 20 le rythme des tests de composés. »

Dans le communiqué, Cori Bargmann, le responsable scientifique du CZI, a déclaré : « L’expertise du laboratoire Baric dans le domaine des coronavirus, associée aux progrès de l’équipe dans le domaine des tests antiviraux, a fait de cette subvention une aide importante pour accélérer le développement des traitements contre la Covid-19. »

Ralph Baric et l’UNC collaborent depuis longtemps avec Shi Zengli, la célèbre « batwoman » (femme chauve-souris) de l’Institut de virologie de Wuhan.

National Pulse a découvert que, dans un discours prononcé lors de la conférence 2020 du groupe de travail scientifique européen sur la grippe, Shi Zengli a félicité Ralph Baric et Peter Daszak, le directeur d’EcoHealth en disgrâce. « Je voudrais remercier tous les collaborateurs, en particulier mes collaborateurs de longue date, Linfa Wang, Peter Daszak et Ralph Baric », peut-on lire sur une diapositive intitulée « Remerciements ».

Le logo des National Institutes of Health (NIH) apparaît à côté de l’Académie chinoise des sciences et de la National Natural Science Foundation of China, au bas de la diapositive.

National Pulse a également déclaré que les fonds du CZI ont payé une étude sur le SRAS-COV-2 soumise en tant que pré-impression pour examen par les pairs le 1er juin.

Tromper Mère Nature

Après la conférence et lors d’une audition le 11 mai, le sénateur Rand Paul (R-KY) a interrogé le chef du NIAID, Anthony Fauci, lors d’un débat animé sur le financement de la recherche en Chine par les NIH.

« Pendant des années, le Dr Ralph Baric, un virologue américain, a collaboré avec le Dr Shi Zhengli de l’Institut de virologie de Wuhan, partageant ses découvertes sur la façon de créer des super virus. Cette recherche sur le gain de fonction a été financée par le NIH. Dr Fauci, soutenez-vous toujours le financement du laboratoire de Wuhan par les NIH ? » a demandé Rand Paul.

La réponse de Fauci était plutôt audacieuse à la lumière des révélations de juin sur le contenu des courriels de Fauci : « Sénateur Rand Paul, avec tout le respect que je vous dois, vous êtes entièrement et complètement dans l’erreur en affirmant que les NIH n’ont jamais financé et ne financent pas actuellement la recherche sur les gains de fonction dans l’Institut de virologie de Wuhan. »

Début janvier, l’administration Trump sortante a demandé à plusieurs reprises une enquête transparente et approfondie sur l’origine du SRAS-CoV-2. Pékin avait gardé le silence pendant des mois. Bien que le WIV se soit toujours présenté comme une « institution civile », il menait sournoisement des projets de recherche avec l’Armée populaire de libération.

Le département d’État a allégué une dissimulation de la part du régime chinois, déclarant que « Pékin continue aujourd’hui à dissimuler des informations vitales dont les scientifiques ont besoin pour protéger le monde de ce virus mortel, et du prochain. »

Ralph Baric a nié que ses recherches étaient liées au SRAS-CoV-2 dans une déclaration à « The Fact Checker » du Washington Post : « Nous n’avons jamais introduit de mutations dans le pic SHC014 (coronavirus du petit rhinolophe) pour améliorer la croissance dans les cellules humaines, bien que le travail ait démontré que les virus semblables au SRAS de la chauve-souris étaient intrinsèquement prêts à émerger à l’avenir. »

« Ces clones et virus recombinants n’ont jamais été envoyés en Chine. Fait important, des études indépendantes menées par des scientifiques italiens et d’autres du monde entier ont confirmé qu’aucun des virus de type SRAS de chauve-souris étudiés à l’UNC n’était lié au SARS-CoV-2, à l’origine de la pandémie de Covid-19. »

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.