Press "Enter" to skip to content

Monde. Brésil : des dizaines de millions de personnes dans les rues pour s’opposer à la victoire controversée de Luiz Inacio Lula da Silva 

ACTUALITÉ > Monde

Des dizaines de millions de personnes manifestent toujours dans les rues du Brésil pour soutenir l’actuel président Jair Bolsonaro et protester contre le résultat des élections que beaucoup considèrent comme « volées », remportées par l’ancien président de gauche Luiz Inácio Lula da Silva.

« Cette année rappelle les souvenirs des gens dans la rue, qui ont cessé de combattre les communistes soviétiques à la fin des années 80, le mur de Berlin était en train de tomber, vous savez quoi, ce sont des ordres de grandeur plus puissants », a déclaré le commentateur politique et associé de Project Veritas Matthew Tyrmand à Steve Bannon de War Room.

« Je vais me risquer à dire que c’est la plus grande manifestation libre de l’histoire de l’humanité. 220 millions de personnes quand même, » a poursuivi Matthew Tyrmand. « Alors nous avons des dizaines de millions de personnes. Dans chaque ville et dans chaque région il y a des tonnes de gens dans la rue. Et ça n’a pas été signalé. »

Comment cela s’est produit

Le 19 novembre, l’ancien président socialiste Luiz Inacio Lula da Silva, ou Lula, condamné pour corruption à une peine de prison de 12 ans à compter de 2017, a été libéré après avoir purgé seulement 19 mois avant que sa condamnation ne soit annulée par les juges qu’il avait nommés pendant ses 16 ans au pouvoir.

Selon les registres officiels, Luiz Inacio Lula da Silva a remporté 50,9 % des voix et Jair Bolsonaro 49,1 %. Toutefois, lors du second tour de l’élection, le 30 octobre, des rumeurs persistantes ont circulé parmi les partisans de Jair Bolsonaro selon lesquelles les élections avaient été gravement falsifiées.

En réponse à la plainte initiale déposée par Jair Bolsonaro le 22 novembre, le président du Tribunal suprême électoral (TSE) du Brésil, Alexandre de Moraes, a ordonné au Parti libéral (PL) de Jair Bolsonaro de déposer une nouvelle plainte dans un délai de deux jours, notamment au sujet des élections législatives qui ont eu lieu plus tôt en octobre et au cours desquelles le PL a obtenu le plus grand nombre de voix dans les deux chambres du Congrès.

Cependant, le TSE a rejeté la plainte du PL. Il a statué que les résultats des élections étaient valides une opinion reprise par les médias nationaux et étrangers et approuvée par les dirigeants politiques internationaux qui ont félicité Luiz Inacio Lula da Silva pour avoir « sauvé la démocratie » et pour son allégeance déclarée aux plans de réforme environnementale et aux objectifs de développement durable.

Les superpouvoirs judiciaires d’Alexandre De Moraes en jeu

Le 20 octobre, la Cour suprême a adopté un décret lui conférant des pouvoirs impériaux en attendant les résultats des élections. Ce décret a conduit à une série de mesures visant à réduire au silence et à interdire les voix dissidentes que Alexandrede Moraes a prises dans une démonstration flagrante d’excès de pouvoir.

« The Citizens Free Press, The Gateway Pundits, The presse CDM, où j’écris avec Todd Wood, ces corollaires brésiliens, ont été censurés ; Khubilai Khan, avec des millions de suiveurs, ont été fermés », a déclaré Matthew Tyrmand à Steve Bannon.

« Bonjour à tous, comme nous le savons, les médias/presse locaux censurent (sic) les manifestations à travers le Brésil, mais nous savons avec certitude qu’il y a des milliers de personnes qui manifestent démocratiquement en pièce (sic). Merci de poster vos photos et vidéos. Partageons ce bel élan », a déclaré un utilisateur de Twitter.

Il semble que le gouvernement se lance dans une guerre totale contre sa propre population, prenant des mesures à la Trudeau, telles que le gel des comptes bancaires des manifestants. Il a même émis un ordre les autorisant à placer en garde à vue les enfants des manifestants qui ont participé aux manifestations afin de prétendument les protéger de tout danger.

« Ceux qui protestent contre les élections volées au Brésil se font enlever leurs enfants ! Ils arrivent très bientôt en Amérique », peut-on lire dans un autre message sur Twitter.

Du déjà vu

Le feuilleton des élections brésiliennes semble être une reconstitution des élections américaines de 2020. Dans un scénario similaire, les deux candidats ont terminé à environ 50 %, arrivant à une situation d’impasse.

Dans ce scénario, le candidat de gauche, un criminel soupçonné et condamné, remporte les élections à une courte majorité, sous fond de fraude électorale, un soupçon qui, bien sûr, serait nié unanimement et avec véhémence par les médias grand public.

Entre-temps, Jair Bolsonaro n’a pas pleinement reconnu la victoire de son adversaire, mais il ne la renie pas non plus entièrement. Depuis, il n’a pratiquement pas quitté sa résidence présidentielle, ce qui laisse à penser qu’il pourrait résister à la prise du pouvoir, qui devrait avoir lieu d’ici la fin de l’année.

Le pays est dans l’impasse depuis près de quatre semaines maintenant, aucun des partis ne voulant céder d’un pouce. Ainsi, de nombreux citoyens se sont tournés vers l’armée, dans l’espoir qu’elle intervienne en faveur du peuple.

Certains militaires semblent sympathiser avec le peuple et Jair Bolsonaro. L’un des huit commandements militaires de l’armée brésilienne, le commandement militaire du Nord-Est, a déclaré dans un communiqué : « le ministre de la Défense, le général d’armée Paulo Sérgio Nogueira, a clairement indiqué qu’il y a des signes de fraude, que le Tribunal suprême électoral (TSE) cache des données et que les manifestations doivent se poursuivre », a rapporté War Room.

Il est toutefois douteux que l’armée se range du côté du peuple, car elle est gouvernée par les mêmes forces qui dirigent les entreprises, les banques et les politiciens. Ainsi, le changement de pouvoir se produira probablement comme prévu, avec Luiz Inacio Lula da Silva et ses amis internationaux au pouvoir le 1er janvier.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : Tens of Millions Take the Streets in Brazil to Oppose Lula’s Controversial Victory

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.