Press "Enter" to skip to content

Monde. Bitcoin dans les mâchoires de la Chine communiste

ACTUALITÉ > Monde

Bitcoin, la première crypto-monnaie au monde, est souvent saluée par les partisans, les experts et les influenceurs comme l’espoir de l’homme ordinaire de se sauver des pièges de la monnaie fiduciaire tels que l’inflation et la centralisation. Cependant, Bitcoin, créé à l’origine par le mystérieux personnage en ligne « Satoshi Nakamoto » en tant que système de paiement électronique décentralisé peer-to-peer (ou d’égal à égal entre ordinateurs), structuré de manière à ne pas être anéanti par le gouvernement américain comme ses prédécesseurs, tels que Liberty Reserve, l’était, a muté en quelque chose d’assez éloigné de la vision de son créateur.

Le Bitcoin semble maintenant non seulement être fermement entre les mains de la Chine communiste, mais peut être un contributeur majeur à la pénurie mondiale de semi-conducteurs et aux crises sans précédent auxquelles de nombreux réseaux électriques sont confrontés dans le monde entier.

Exploitation « minière » : un euphémisme pour les centres de données

Bitcoin (BTC) est, par essence, un registre de transactions partagé utilisant un type de base de données connu sous le nom de blockchain. Le terme « exploitation minière » a été inventé parce que le logiciel de Bitcoin a été conçu pour présenter la monnaie en tant que récompense pour les ordinateurs qui ont créés eux même le centre de données sur lequel les transactions reposent.

Il y a environ 13 ans, au début du Bitcoin, bien avant que la monnaie ne puisse être échangée contre les sommes astronomiques de dollars américains qu’elle vaut aujourd’hui, le logiciel pouvait être exécuté sur un ordinateur portable ou un ordinateur de bureau, et les pièces étaient à la fois abondantes et sans valeur. Après tout, il n’y avait pas d’échanges sur lesquels BTC pouvait être échangé contre des dollars, ils n’avaient aucune valeur ou utilisation sous-jacente en dehors de l’échange entre les utilisateurs, et le monde non seulement ne comprenait pas ce qu’était Bitcoin ou comment il fonctionnait, mais il était également sceptique.

Le 18 mai 2010, le monde était si réservé en matière de Bitcoin que Laszlo Hanyecz est entré dans l’histoire en offrant 10 000 BTC à la première personne qui se ferait livrer une pizza chez lui. Quelqu’un a accepté la transaction et lui a fait livrer deux grandes tartes de Papa John, ce qui est peut-être l’échange le plus célèbre de l’histoire de la crypto-monnaie.

Les pizzas de Hanyecz valaient plus de 600 millions de dollars américains en avril.

Le fonctionnement du système est moins obscur qu’il n’y paraît pour les étrangers. Les bitcoins, qui peuvent être divisés à huit décimales, peuvent être envoyés d’un utilisateur à un autre. Lorsqu’un utilisateur envoie une pièce (ou une fraction de pièce) d’un portefeuille à un autre, il signale cette transaction au réseau Bitcoin en échange d’une somme modique, qui est payée à ceux qui contribuent à la puissance de calcul du réseau pour permettre la transaction. Ces contributeurs sont appelés « mineurs ».

Bitcoin dans les mâchoires de la Chine communiste
Le matériel minier Bitcoin consomme une grande quantité de semi-conducteurs dans un contexte de pénurie mondiale d’approvisionnement. Ce matériel ne fait que hacher l’algorithme de cryptage SHA256 utilisé pour gagner une récompense avec le logiciel Bitcoin. (Image : Aaron Olson / Pixabay)

Cependant, la puissance de calcul n’est pas du tout utilisée pour traiter les transactions en soi. Au lieu de cela, le logiciel fonctionne comme une loterie, exécutant un hachage de l’algorithme de cryptage SHA256. Le premier ordinateur à trouver la bonne réponse pour chaque « bloc » de transactions traite les transactions du bloc et se voit attribuer un nombre défini de Bitcoins en plus des frais payés dans toutes les transactions du bloc. C’est ce qu’on appelle « trouver » un bloc.

Au début, le logiciel attribuait au mineur de chaque bloc 50 BTC. Bitcoin a été créé pour ne créer que 21 millions de Bitcoins, de sorte que le logiciel est programmé réduire de moitié de la récompense de bloc chaque fois que 210 000 blocs sont trouvés.

Une étude réalisée en 2018 par la société d’analyse Chainalysis a révélé que près de 4 millions des pièces actuellement extraites sur la blockchain Bitcoin sont perdues et irrécupérables.

Février 2019 était la dernière réduction de moitié et la récompense de bloc actuelle est de 12,5 BTC. Finalement, ce nombre atteindra zéro et les mineurs décideront quelle version d’un nouveau protocole logiciel utiliser.

Naturellement, plus la puissance de calcul (« hashrate ») ajoutée au réseau est élevée, plus vite chaque puzzle SHA256 est résolu, plus vite chaque bloc de transactions est traité et ajouté à la chaîne et plus vite les propriétaires du matériel minier reçoivent leur prime.

Afin de limiter le rythme de paiement de l’offre finie de BTC, le logiciel est configuré pour une durée moyenne des blocs soit d’environ 10 minutes. Pour ce faire, il augmente la difficulté du calcul SHA256 proportionnellement au hachage tous les 2016 blocs, soit théoriquement toutes les deux semaines.

L’augmentation de la difficulté signifie que la quantité de pièces que chaque mineur génère diminue, ce qui a finalement conduit à la longue course aux armements de l’extraction de crypto-monnaies. De plus en plus de puissance de calcul doit être ajoutée au réseau pour que les mêmes mineurs restent rentables, ou aussi rentables qu’ils le souhaiteraient.

Notamment, la rentabilité est déterminée par le fait que la quantité de BTC générée est supérieure à l’électricité consommée pour faire fonctionner le centre de données.

Depuis de nombreuses années, les ordinateurs personnels ne suffisent plus à produire suffisamment de puissance de calcul pour gérer la difficulté définie par le hachage Bitcoin. Au lieu de cela, l’extraction de crypto SHA256 a depuis longtemps évolué vers l’utilisation de matériel spécialisé connu sous le nom de circuits intégrés spécifiques à une application (ASIC), qui est une façon sophistiquée de dire un semi-conducteur conçu pour faire une chose et une seule chose : hacher la loterie SHA256, tenter de gagner des pièces pour ses propriétaires.

En raison du passage des ordinateurs domestiques au matériel spécialisé, le « minage » de Bitcoin est maintenant un euphémisme pour les centres de données de taille industrielle hébergeant du matériel qui ne fait que hacher SHA256 et les vastes systèmes HVAC nécessaires pour les refroidir.

Hashrate centralisé en Chine

Quelle que soit la puissance de calcul de chaque centre de données, la recherche de blocs est toujours mathématiquement aléatoire et sujette à une variance statistique. Pour cette raison, les mineurs forment des « pools de mineurs », qui sont en fait des cartels de différents centres de données, sauf que pratiquement n’importe qui avec un mineur peut rejoindre.

Lorsqu’un mineur au sein du pool trouve un bloc, les pièces sont versées au pool et divisées par le pool à ses mineurs proportionnellement à la quantité de hashrate que chaque individu fournit, conduisant à un flux de revenus plus stable.

Bitcoin dans les mâchoires de la Chine communiste
Matériel d’exploitation minière. La forte demande de semi-conducteurs et d’électricité de la crypto-monnaie ne sert pas au traitement des transactions, mais plutôt à la résolution d’un problème mathématique posé par un algorithme de cryptage alors que les propriétaires tentent de gagner à la loterie. (Image : InstagramFOTOGRAFIN / Pixabay)

Parce que la blockchain Bitcoin est transparente, quel pool trouve un bloc est une donnée accessible au public. Selon les données de BTC.com, les cinq principaux pools de minage de la dernière année de données sont, par ordre décroissant, F2Pool, Poolin, BTC.com, AntPool et Huobi Pool. Ces cinq pools se sont combinés pour trouver environ 61% de tous les blocs au 24 mai. Les cinq pools sont soit chinois, soit liés à la Chine.

Huobi est un échange de crypto-monnaie fondé en Chine, AntPool et F2Pool tous droits réservés de F2Pool vers le même domaine. BTC.com a été acheté par 500.com, qui appartient à l’ancien PDG du fabricant de plates-formes minières clé de voûte Bitmain, Jihan Wu, en Février, et Poolin a son siège à Hong Kong, anciennement démocratique.

Binance Pool, ViaBTC, Lubian.com, OKExPool et BTC.top figurent également dans le top 12. Ces piscines sont également connectées à la Chine et représentent 24% supplémentaires de tous les blocs trouvés l’année dernière.

Les développements récents en 2021 ont mis en lumière la façon dont les centres de données centralisés de Bitcoin sont entre les mains de la Chine communiste. En avril, une mine de charbon de la zone autonome du Xinjiang a été inondée, piégeant au moins 21 mineurs. En conséquence, la livraison de charbon a été interrompue vers les centrales électriques de la région, ce qui a provoqué la mise hors ligne de plusieurs centres de données exploitant des mineurs de Bitcoin, réduisant immédiatement le hachage total sur le réseau BTC de 35%, selon Fortune.

À la mi-mai, le Parti communiste chinois (PCC) a interdit aux banques et aux services de paiement de traiter des transactions liées à la crypto-monnaie ou d’effectuer des échanges entre la crypto-monnaie et le yuan ou des devises étrangères. Le 13 mai, le réseau Bitcoin a affiché une puissance de hachage élevée à 171 exahashes. Le 22 mai, il était tombé à 118 exahashes, car les mineurs s’étant à nouveau rapidement déconnectés, soit une baisse de 31%.

Les mineurs chinois avides de semi-conducteurs

Les trois grands fabricants de plates-formes minières Bitcoin sont Bitmain, Canaan et MicroBT. Bitmain est le plus grand et le plus connu, étant le créateur de l’emblématique Antminer. Dans un rapport du 10 mars publié par les médias chinois d’outre-mer Dajiyuan, il a été découvert que Bitmain avait des liens avec le PCC, que Bitmain est lié au gouvernement du district de Haidan à Pékin par le biais d’une alliance de « construction du parti » et a également obtenu des subventions et un financement du PCC.

MicroBT indique que Shenzhen et Canaan ont leur siège social à Beijing et à Hangzhou.

Bitcoin dans les mâchoires de la Chine communiste
Les centres de données de Bitcoin sont beaucoup moins efficaces que ceux de Visa tout en traitant une maigre fraction de transactions. Par contre, les semi-conducteurs et la consommation électrique de la crypto-monnaie servent à résoudre un problème mathématique dans le but de gagner des pièces émises par le logiciel. (Image : dlohner / Pixabay)

Au milieu d’une pénurie mondiale de semi-conducteurs, Bitmain et Canaan se sont procurés les semi-conducteurs 5 nm pour leurs ASIC auprès du leader de l’industrie Taiwan Semiconductor Manufacturing Corporation (TSMC), tandis que MicroBT s’approvisionne auprès de Samsung.

En mars, les procureurs taïwanais ont accusé Bitmain de créer des sociétés écrans et de travailler dans les coulisses pour débaucher le personnel de TSMC. Selon Nikkei Asia, le système a permis à Bitmain de recruter plus de 100 ingénieurs.

Dans un article publié en 2017 par IEEE Explorer sur les centres de données Bitcoin en Mongolie intérieure, en Chine, la publication a révélé que chaque Antminer S9 utilisait 189 puces fabriquées par TSMC. Le centre IEEE visité comptait plus de 20 000 S9 en fonctionnement.

Le S9 a depuis été remplacé par le S19 Pro plus puissant et plus gourmand en énergie.

Le S9 utilisait un semi-conducteur ASIC 16 nm et produisait 13,5 térahashes par seconde avec une consommation d’énergie de 1320 watts contre 110 térahashes par seconde du S19 Pro 5 nm avec une consommation électrique de 3250 watts.

Selon le site Web minier Bitcoin MinerDaily, les trois fabricants sont en rupture de stock d’équipements depuis le 1er mai. Selon 8BTC, la pénurie d’approvisionnement est un problème depuis au moins novembre 2020. Selon Blockchain.com, le hashrate de BTC a néanmoins augmenté d’environ 130 exahashes en novembre pour atteindre son apogée en mai.

La loterie la plus chère du monde

Investing.com affirme que les mineurs de Bitcoin gagnaient 57 millions de dollars américains (environ 365 millions de yuans) par jour en avril, lorsque le prix du Bitcoin s’échangeait entre 47 000 et 65 000 dollars américains.

Selon NiceHash, chaque Antminer S19 Pro, qui, s’il était disponible à la vente, coûterait environ 5 000 USD et se trouverait sur des marchés tiers à plus du double, générerait environ 22 USD par jour au prix actuel de Bitcoin de 38 000 USD.

Avec un coût de l’électricité de 15 cents le kilowatt/heure dans l’État de New York, chaque machine de 3 250 watts rapporterait environ 11 $ US par jour après avoir payé l’électricité. Selon certaines estimations, le coût de l’électricité en Mongolie intérieure peut être aussi bas que 3 cents par kilowattheure, ce qui entraînerait un bénéfice de plus de 20 USD par jour.

Bitcoin dans les mâchoires de la Chine communiste
Tout en scrutant la prochaine hausse du Bitcoin, les spéculateurs amateurs passent souvent toute la journée devant leurs ordinateurs, à regarder des graphiques et à participer à des forums de discussion, ne se rendant pas compte que le marché de la crypto-monnaie est fabriqué et contrôlé par des entités de la Chine communiste. (Image : Sergei Tokmakov, Esq. / Pixabay)

Parce que les centres de données Bitcoin fonctionnent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, non pas pour traiter les transactions, mais pour calculer SHA256 pour avoir une chance de gagner à la loterie du prochain bloc, chaque mineur de 3250 watts consommera environ 28 500 Kwh par an. Ce chiffre, cependant, ne concerne que le matériel minier lui-même et n’inclut pas le coût du système de refroidissement pour refroidir le centre de données ou l’alimentation de l’entrepôt lui-même.

Selon l’US Energy Information Administration, la maison individuelle familiale moyenne du sud, où les besoins en climatisation sont les plus élevés, consomme un peu moins de 16 000 Kwh par an.

Dans un article de mai de Worldcrunch, qui a visité des centres de données de crypto-monnaie en Chine continentale, un employé d’un entrepôt rural aurait déclaré que son centre de données, qui exploitait à la fois Bitcoin et utilisait des cartes graphiques de jeux vidéo de détail pour extraire des crypto-monnaies alternatives telles que l’Etherium, a utilisé « L’équivalent de la consommation d’électricité de 10 000 foyers chaque jour. »

Website Digiconomist évalue l’empreinte électrique annuelle de Bitcoin à environ 121 térawattheures, ce qui est en concurrence avec certains pays tels que les Pays-Bas, le Pakistan et la Norvège.

Dans un effort pour évoquer une vision d’efficacité pour cette somme astronomique de l’utilisation des ressources de la terre, Digiconomist compare Bitcoin aux centres de données de Visa. En 2019, Visa a utilisé l’équivalent en électricité d’environ 19 000 foyers américains pour traiter 138 milliards de transactions. Selon l’analyse de Blockchain.com, Bitcoin en comparaison a traité environ 112 millions de transactions en une année.

Ce calcul se décompose en un peu moins de 86 5000 transactions Visa traitées pour le même coût énergétique qu’une seule transaction Bitcoin.

Pour toute l’énergie dépensée par les mineurs de Bitcoin, le réseau ne peut toujours traiter qu’environ cinq transactions par seconde, car les ressources sont dépensées pour calculer un algorithme de cryptage de plus en plus difficile et non sur la charge transactionnelle réelle.

En janvier, l’Iran, un allié du PCC, a subi des pannes de réseau électrique, ce qui a laissé la capitale Téhéran paralysée. Selon ABC, les responsables affirment que les coupables étaient plus de 1600 installations minières Bitcoin, certaines légales et d’autres souterraines, qui avaient surchargé la capacité du réseau électrique du pays. Le coût de l’électricité en Iran est d’environ 4 cents le Kwh, selon le rapport.

En novembre 2020, RadioFreeEurope a rapporté que l’État géorgien d’Abkhazie, avec ses quelque 250 000 habitants, avait subi le même sort que l’Iran après que les opérations minières russes se soient installées pour profiter d’une électricité bon marché, surchargeant le réseau du pays. Selon le rapport, certains ingénieurs ont estimé que les mineurs utilisaient 120 millions de Kwh par mois en électricité, soit environ l’équivalent de 10 000 foyers américains.

Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : Bitcoin in the Jaws of Communist China