Press "Enter" to skip to content

Monde. L’association américaine USAID déploie ses efforts pour lutter contre la faim dans le monde alors que la guerre en Ukraine aggrave l’insécurité alimentaire

ACTUALITÉ > Monde

Sarah Charles, administratrice adjointe du Bureau de l’aide humanitaire de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), a déclaré le 6 avril devant une sous-commission de l’agriculture de la Chambre des représentants que la guerre en Ukraine était sur le point de créer « une insécurité alimentaire aiguë dans le monde entier … pour les prochaines années ».

L’invasion de l’Ukraine par la Russie et les sanctions imposées à la Russie devraient accroître considérablement l’insécurité alimentaire dans le monde, laissant craindre une famine mondiale.

L’Ukraine est considérée comme « le grenier de l’Europe » et dans des circonstances normales, elle produit une part importante des céréales du monde. La Russie et l’Ukraine représentent en temps normal plus de 30 % des exportations de blé mondial, mais le récent conflit a plongé la région dans le chaos, ce qui a gravement compromis sa capacité de production.

Pour tenter de répondre à la crise imminente internationale, l’USAID et le ministère américain de l’agriculture débattent de la manière de débourser les fonds du Bill Emerson Humanitarian Trust Act.

Le Bill Emerson Humanitarian Trust Act a été créé pour fournir un financement flexible afin de répondre aux « crises alimentaires internationales imprévues», et est issu d’une réserve de blé que le Congrès a établie en 1980 et qui n’a pas été utilisée depuis 2014.

Selon l’USAID, la fiducie détient plus de 260 millions de dollars.

« Nous considérons tous les facteurs, y compris les produits et les pays qui pourraient bénéficier de ces produits alimentaires américains, avec l’intention de renforcer les opérations alimentaires d’urgence existantes dans les pays gravement touchés par cette crise », a déclaré Sarah Charles.

Il est dans l’intérêt de la sécurité nationale des États-Unis d’aider à éviter la crise alimentaire

Le représentant Glenn Thompson, chef républicain de la commission de l’agriculture de la Chambre des représentants, a déclaré qu’il était dans l’intérêt de la sécurité nationale des États-Unis d’aider à éviter la crise alimentaire.

« Tout ce que nous avons entendu nous amène à une conclusion plutôt sombre : d’ici à l’automne, nous allons assister à une augmentation significative de la faim, de la famine et des décès dus à la famine - et avec cela, une déstabilisation qui peut entraîner la violence et probablement une augmentation du terrorisme », a déclaré Glenn Thompson, ajoutant : « Il y a tellement d’urgences simultanées en ce moment. »

Alors que les pays développés devraient être confrontés à une hausse des prix et à une pénurie de divers produits, les pays plus pauvres, ou ceux qui dépendent fortement des importations de produits alimentaires, devraient être les plus touchés par la crise.

Sarah Charles a déclaré que l’Éthiopie, le Kenya et la Somalie recevront une aide de 114 millions de dollars, destinée à l’aide alimentaire et nutritionnelle, aux fournitures médicales et à l’eau potable. La Corne de l’Afrique connaît actuellement sa pire sécheresse depuis quatre décennies.

La capacité de l’USAID à lutter contre la faim croissante a été gravement affectée, principalement en raison de la hausse des coûts de transport qui a frappé l’agence avant même la guerre, a déclaré Sarah Charles. Le pouvoir d’achat de l’agence a diminué de 11,4 %, ce qui signifie qu’avec le même niveau de financement, l’USAID servira 10 millions de personnes en moins. Sarah Charles s’attend à ce que le pouvoir d’achat de l’agence continue de diminuer en raison de la guerre.

Trouver le bon équilibre

Arif Husain, économiste en chef du Programme alimentaire mondial (PAM), a déclaré aux membres du Congrès que son agence recherchait un juste équilibre entre « les produits de base et l’aide en espèces, en fournissant cette dernière là où les marchés alimentaires fonctionnent encore afin de soutenir l’économie locale même en période de crise », rapporte Devex.

Arif Husain a déclaré qu’environ 276 millions de personnes dans les pays où le PAM opère ont déjà été confrontées à une crise alimentaire et que la guerre en Ukraine « pourrait facilement » faire tomber 47 millions de personnes supplémentaires dans une situation de faim aiguë.

Le PAM cherche à obtenir un financement d’environ 20 milliards de dollars pour aider à nourrir quelque 145 millions de personnes et Arif Husain indique que, jusqu’à présent, l’initiative est financée à environ 50 %.

Arif Husain a également désigné le conflit en Ukraine comme le principal moteur de la crise alimentaire.

« Les coûts de l’inaction humanitaire sont énormes », a-t-il déclaré, ajoutant que « ce qui se passe en Ukraine a d’énormes ramifications dans le reste du monde, où, pays après pays, 44 millions de personnes sont à deux doigts de la famine… Cette situation ne disparaîtra pas tant que nous n’en aurons pas éliminé les causes profondes. Quelle est la plus grande cause fondamentale ? Ce sont les conflits ».

Il a ajouté que le monde s’attend à « des choses très désagréables » d’ici à l’automne, si la guerre en Ukraine se poursuit.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.