Press "Enter" to skip to content

Monde. Les trois arrêts historiques de la Cour suprême ramèneront les États-Unis à la tradition

ACTUALITÉ > Monde

Récemment, la Cour suprême des États-Unis a rendu un certain nombre de décisions historiques, qui auront un impact à long terme sur les États-Unis. Mais les décisions ont également suscité la controverse : les partisans y voient un signe que le système judiciaire américain revient à la tradition, tandis que les opposants protestent.

Annulation de l’arrêt Roe v. Wade, qui a établi la légalité de l’avortement

Selon l’Institut Guttmacher, depuis 1973, la Cour suprême a statué dans Roe v. Wade que la liberté des femmes enceintes de choisir l’avortement est protégée par les dispositions de la Constitution relatives à la vie privée. Depuis lors, 60 millions de fœtus à naître ont été avortés. La société américaine a toujours été extrêmement divisée sur l’avortement.

Le 24 juin, la Cour suprême, avec une majorité de 6 contre 3, a annulé une décision vieille de près d’un demi-siècle dans Roe v. Wade, qui considérait la constitutionnalité des avortements des femmes, laissant à l’État le pouvoir de décider si l’avortement était autorisé. L’évènement a secoué la nation.

« L’avortement soulève une profonde question morale. La Constitution n’interdit pas aux citoyens de tous les États de réglementer ou d’interdire l’avortement. L’arrêt Roy v. Wade transcende ce pouvoir. Nous avons maintenant opposé notre veto à ces décisions et rendu ce pouvoir au peuple et à ses représentants élus », a écrit le juge Samuel Alito dans l’avis de la Cour.

Le rejet de la décision Roe v. Wade a donné aux États américains une grande liberté pour réglementer l’avortement. Treize États, dont le Texas, ont adopté le Trigger Act, ce qui signifie qu’une fois que la Cour Suprême aura annulé l’arrêt Roe v. Wade, le projet de loi sur l’interdiction de l’avortement de l’État entrera en vigueur immédiatement. Près de la moitié des États restreindront ou interdiront complètement l’avortement, tandis que certains États libéraux ont mis en place des systèmes qui autorisent l’avortement en vertu de la loi de l’État.

Ensuite, les cliniques d’avortement dans les États conservateurs sont susceptibles de fermer, tandis que les États bleus tels que l’Illinois, sont sur le point d’accueillir un grand nombre de patientes potentielles provenant des autres États.

Le Wall Street Journal a publié un éditorial le 25 juin disant que la Cour suprême avait corrigé 49 ans d’erreurs en renvoyant la décision d’avortement au peuple. Le débat sur l’avortement va maintenant passer des tribunaux au domaine politique. Les démocrates ont déclaré que l’avortement serait un sujet important lors des élections de mi-mandat.

De plus, le juge Clarence Thomas a soutenu que la Cour devrait également revoir la jurisprudence en matière de contraception et de mariage entre personnes de même sexe.

Statuer sur la possession d’armes à feu et leur légalité dans les lieux publics

La Cour suprême des États-Unis a déclaré le 23 juin que la Constitution des États-Unis protège le droit des individus de porter des armes à feu en public pour se défendre, annulant les lois sur le contrôle des armes à feu de l’État de New York qui existent depuis plus de 100 ans.

La loi de l’État de New York exige la preuve d’un besoin de légitime défense ou de « justification » pour porter un pistolet hors de la maison.

Le juge conservateur de la Cour suprême, Clarence Thomas, a rédigé une opinion importante sur la décision, et cinq autres juges conservateurs ont tous jugé la loi inconstitutionnelle. « Le deuxième et le quatorzième amendement de la Constitution protègent le droit des individus de porter un pistolet en état de légitime défense, à l’extérieur de leur domicile. » a écrit Thomas.

Cette décision historique devrait annuler des lois similaires dans d’autres États, dont la Californie et le New Jersey, et d’autres restrictions sur les armes à feu imposées dans les États dominés par les démocrates, pourraient également être contestées par la loi.

C’est la première fois depuis près de dix ans que la Cour suprême se prononce sur une importante affaire du deuxième amendement. En 2008, la Cour suprême a statué que les Américains ont le droit de garder les armes à feu à la maison pour se défendre.

En mai, deux fusillades meurtrières d’une ampleur choquante aux États-Unis, ont suscité des appels à des restrictions sur les armes à feu. Cependant, la Cour suprême a toujours soutenu l’opinion selon laquelle la Constitution garantit aux gens le droit de posséder et de porter des armes à feu.

Des enquêtes montrent que près de 400 millions d’armes à feu ont circulé parmi les résidents américains en 2017, avec une moyenne de 120 armes à feu pour 100 personnes.

Arbitrage de la liberté de religion

En 2015, Joseph Kennedy, ancien marine américain et entraîneur adjoint de football à la Bremerton High School dans l’État de Washington, a été licencié pour avoir prié sur le terrain après le match. L’incident est devenu la plus grande nouvelle aux États-Unis à l’époque. Joseph Kennedy a poursuivi le district scolaire en justice cette année-là.

Pendant sept ans, plusieurs tribunaux ont statué contre Joseph Kennedy et, en janvier 2022, la Cour suprême a accepté l’affaire Joseph Kennedy.

Le 27 juin, la Cour suprême a voté 6 contre 3 pour statuer que les pratiques du district scolaire de Bremerton violaient le premier amendement. L’issue finale de l’affaire de la liberté religieuse aux États-Unis est également historique.

« Une entité gouvernementale tente de punir des individus pour des rites religieux courts, silencieux et personnels », a écrit le juge Neil Gorsuch dans l’avis de la cour, « et la Constitution n’autorise ni ne tolère une telle discrimination ».

Fox News a rapporté que Joseph Kennedy, un chrétien, a été entraîneur-chef universitaire junior et entraîneur adjoint universitaire dans le district scolaire de Bremerton, Washington, de 2008 à 2015. Au début, il récitait des Écritures et priait seul après le match, et finalement des étudiants l’ont rejoint. Les documents judiciaires montrent que cela a évolué vers des discours de motivation avec des thèmes religieux. Le district scolaire a demandé à Joseph Kennedy d’arrêter. Quand il a refusé, il a été congédié.

Le juge Neil Gorsuch a déclaré que la Constitution et « les meilleures traditions de l’Amérique » appellent au « respect mutuel et à la tolérance pour les opinions religieuses et non religieuses, et non à la censure et à la répression ».

Controverse à la veille du Jour de l’Indépendance

Les récentes décisions de la Cour suprême des États-Unis auront des implications de grande portée pour la société américaine et ont suscité la controverse : les partisans soutiennent que le système judiciaire américain revient à la tradition, tandis que les opposants protestent.

En réponse à la décision annulant l’arrêt de Roe v. Wade, les opposants ont protesté contre la régression des droits des femmes. Des manifestations dans de nombreuses régions des États-Unis ont eu lieu et même des menaces de violence. Selon le New York Post, la police de Portland a annoncé le 26 juin que des manifestants avaient brisé des fenêtres et griffonné dans des locaux commerciaux. Des Starbucks, des banques et un centre de ressources sur la grossesse ont été détruits. Un dépliant indiquait : « Si l’avortement n’est pas sûr, vous ne le serez pas non plus. »

En outre, des contestataires ont manifesté à la porte du juge conservateur Brett Kavanaugh le week-end dernier. Plus tôt, un homme a été arrêté pour avoir menacé d’assassiner le juge Kavanaugh. Il y a aussi de nombreux opposants à la décision inconstitutionnelle sur la loi de contrôle des armes à feu de New York, comme le président américain Joe Biden.

Les conservateurs, quant à eux, ont exprimé leur soutien à plusieurs décisions de la Cour suprême. En réponse à l’annulation de l’arrêt Roy v. Wade, les opposants à l’avortement ont applaudi que la vie d’innombrables fœtus soit sauvée. L’ancien président Trump a déclaré à Fox News : « Dieu a pris cette décision ».

En réponse à la décision de la loi de New York sur le contrôle des armes à feu, qui a été jugée inconstitutionnelle, la National Rifle Association a déclaré que le droit constitutionnel à la légitime défense était enfin protégé.

Le 4 juillet, Jour de l’Indépendance, les États-Unis d’Amérique célébreront leur 246ème anniversaire, rappelant une fois de plus aux gens la fondation des États-Unis. La Déclaration d’indépendance des États-Unis commence par : « Nous croyons que les vérités suivantes vont de soi : le Créateur a créé des individus égaux et leur a donné un certain nombre de droits inaliénables, y compris le droit à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur. » Cela montre que le fondement fondateur des États-Unis est que toute la liberté et les droits de l’homme viennent de Dieu.

À l’heure actuelle, ces jugements historiques de la Cour Suprême ramènent les États-Unis à la fondation du pays et des valeurs traditionnelles.

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.